Pages

vendredi 6 mars 2009

Changement de cap


Dans Adscriptor c'est quoi, je citais deux pôles d'intérêt encore à développer sur mon blog, qui me sont particulièrement chers :
  1. la poésie : pour l'heure, je n'ai pas le temps et encore moins la tête à ça ;
  2. l'Italie : ma deuxième patrie, où je vis désormais depuis près de 27 ans (septembre 1982), la France restant ma patrie de sang, l'Italie ma patrie de cœur, un pays et une culture que j'aime profondément...
Or vu ce qui ce passe actuellement - et va se passer prochainement - ici, je ressens l'exigence profonde, la nécessité impérieuse, et urgentes, de commencer à décortiquer l'Italie comme j'ai pu le faire pour le Web jusqu'à aujourd'hui, en mettant probablement Internet, Google & Co. de côté jusqu'à nouvel ordre...

À l'occasion, je ne dis pas, mais de toute façon le Web francophone est plein d'excellentes ressources qui parlent de tout ça bien mieux que je ne le fais.

En revanche, à ce jour, avec seulement 17 billets tagués "Italie" sur 609, l'argument n'a représenté qu'à peine 2,8% de ma production, et bien que j'aie été tenté d'ouvrir un blog en italien pour en parler, je ne vois pas trop l'intérêt d'aller dire et redire aux italiens des choses que d'autres disent et redisent déjà bien mieux que moi, là encore.

Donc il me semble plus intéressant, plus juste, aussi, de raconter l'Italie à un lectorat francophone, et surtout, plus que de raconter, de témoigner. Témoigner de ce qui se passe au quotidien dans ce pays, tout au moins tel que je le perçois, car nous vivons une époque cruciale, veille de grands bouleversements. Où tout peut basculer, vite ; dans un sens, ou dans l'autre.

Or puisque je ne me sens pas trop l'âme d'un spectateur, je préfère tenter d'être acteur de ce changement, à mon niveau. C'est-à-dire en faisant ce que je sais faire : écrire.

Je n'ai encore aucune idée du rythme de publication, les sujets sont longs et complexes, ce qui est d'autant plus délicat lorsqu'on veut tenter d'expliquer les choses clairement, avec des mots simples. Et avec des mots vrais, surtout, qui savent faire le tri entre, d'une part, une propagande officielle visant à l'obscurantisme et l'abêtissement du peuple, et, de l'autre, la réalité des choses.

Masquée le plus souvent, dissimulée par les pouvoirs en place - politiques, médiatiques, économiques, occultes, mafieux, etc. -, qui ont dressé depuis des décennies un gigantesque barrage pour contenir toute la merde qui nous submerge aujourd'hui.

Beaucoup ont déjà tenté - et tentent encore - de faire brèche dans ce barrage, apparemment sans grands résultats au niveau national, puisque nous sommes dans une phase où les pouvoirs ci-dessus sont plus puissants que jamais, tellement puissants qu'ils ne se cachent même plus et ont décidé de concert d'enterrer le peu qui reste de démocratie au profit exclusif de leurs magouilles, de leurs affaires louches, où le citoyen lambda ne compte absolument plus rien.

Et où ses libertés fondamentales se réduisent comme peau de chagrin jour après jour. C'est cette érosion quotidienne et constante de la liberté et des "droits démocratiques" en Italie que j'entends désormais raconter sur ce blog. Tant que je peux le faire...


Partager sur Facebook

P.S. Je demanderai mon exclusion du classement Wikio car dorénavant le high-tech ne sera plus vraiment ma priorité.

,

5 commentaires:

marc tirel a dit…

Changement de Cap à la fois inquiétant sur la situation en Italie et courageux de ta part.
Merci !! ce sera très utile dans les semaines et mois qui viennent...
Comme tu as pu peut-être le voir aussi depuis peu je colle beaucoup plus à l'actualité de la crise, plutôt LA GRANDE MUTATION, que nous commençons à peine à vivre.
Je n'ai pour ma part pas pris la peine d'en informer mes lecteurs je pense qu'ils l'auront compris...

Szarah a dit…

Je lirai cette manière d' "Italie à la loupe" avec grand intérêt.

Et bravo pour cette décision : il fallait bien que quelqu'un commence à traiter minutieusement des dérives démocratiques dans la péninsule, autant que ce soit un passionné comme vous.

Olivier a dit…

Merci aussi pour ces infos sur l'Italie, c'est intéressant (quoique inquiétant) et puis ça fait pas de mal de lire d'autres sujets que les nouvelles technologies :)

Guillaume a dit…

Bravo pour cette décision !

je me réjouis déjà des articles fouillés sur la péninsule, comme jusqu'à présent.

En même temps, j'espère que cela ne fera pas trops aux frais de sujets rares comme les recherches sémantiques, ou l'ICANN et le DNS.

Maciej Poltorak a dit…

J'ai suivi avec ÉNORMÉMENT d'intérêt vos réflexions sur l'évolution d'Internet (référencement et tutti quanti) et c'est avec plaisir que je suivrai pas à pas votre vision de l'Italie d'aujourd'hui !

Merci de partager avec nous vos pensées et points de vue.