Pages

samedi 14 novembre 2015

Le terrorisme = la peste

Écoutant, en effet, les cris d'allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait ce que cette foule en joie ignorait, et qu'on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, qu'il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse.
Albert Camus, La Peste (fin du roman) 



Les terroristes sont des rats contaminés, à tuer sans pitié.

Jean-Marie Le Ray

P.S. Je viens de découvrir que Noël Mamère a pris la même citation.

Aucun commentaire: