Pages

jeudi 29 novembre 2012

Des ponts dans la voie lactée

Les traducteurs sont des ponts entre les peuples, les langues, les cultures. L'idée n'est pas nouvelle ! Dans un texte écrit pour accompagner la traduction de Shakespeare par son fils, François-Victor (dont les quinze volumes paraîtront de 1859 à 1865), Victor Hugo dit sur [Les Traducteurs] :
Les traducteurs ont une fonction de civilisation. Ils sont des ponts entre les peuples. Ils transvasent l’esprit humain de l’un chez l’autre. Ils servent au passage des idées. C’est par eux que le génie d’une nation fait visite au génie d’une autre nation. Confrontations fécondantes. Les croisements ne sont pas moins nécessaires pour la pensée que pour le sang.  
Autre fonction des traducteurs : ils superposent les idiomes les uns aux autres, et quelquefois, par l’effort qu’ils font pour amener et allonger le sens des mots à des acceptions étrangères, ils augmentent l’élasticité de la langue. À la condition de ne point aller jusqu’à la déchirure, cette traction sur l’idiome le développe et l’agrandit.  
L’esprit humain est plus grand que tous les idiomes. Les langues n’en expriment pas toutes la même quantité. Chacune puise dans cette mer selon sa capacité. Il est dans toutes plus ou moins pur, plus ou moins trouble. Les patois puisent avec leur cruche. Les grands écrivains sont ceux qui rapportent le plus de cet infini. De là l’incompréhensible quelquefois, l’intraduisible souvent...
Je suis un pont (faites bien attention à la prononciation...), ou je suis un lien, si vous préférez.

Or en parlant de liens, outre le lien du sang par lequel je suis naturellement le pont entre mon père et mon fils, je me suis toujours demandé quel était le lien invisible qui unissait mon père et mon fils en passant par moi. L'un était breton de naissance, de langue et de culture françaises, l'autre est romain de naissance, de langue et de culture italiennes. Bien que français par le sang, celui de ses grands-parents et de ses aïeux par son père, moi, raison pour laquelle il est légalement franco-italien (lui dit italo-francese, notez la nuance...).

Et ce lien, je l'ai découvert le 27 novembre 2005 ! Laissez-moi vous conter cette - belle - histoire.

Le 26 novembre est l'anniversaire du décès de mon père. Le 26 novembre 2005, en proie à un peu de nostalgie, j'eus la curiosité de chercher le nom de mon père sur Google, et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un homonyme ... bordelais ! N'écoutant que mon impulsion, j'écrivais dans la foulée à ce monsieur. Voici mon message :

Bonjour, 
Je m'appelle Jean-Marie Le Ray, né à Bordeaux, et mon père s'appelait Bernard Paul Le Ray, décédé alors que j'avais 15 ans. Voilà maintenant près de 25 ans que j'ai quitté Bordeaux et la France, mais en ce jour anniversaire, la curiosité m'a pris de chercher son nom sur Google, et quelle n'a pas été ma surprise de voir que vous aussi êtes de Bordeaux, où vous exercez un métier plutôt proche du mien. J'ai ressenti une grande nostalgie. J'espère que mon message ne vous importunera pas. Avec l'expression de mes salutations les plus cordiales...
Un simple message, dicté sous le coup de l'émotion, qui aurait fort bien pu rester sans réponse ! Or voici un résumé de ce que je reçus le lendemain :
Cher Monsieur, 
J'ai bien reçu votre message et je vous avoue que je suis moi-même très ému par ce contact. Bien sûr, pas pour les mêmes raisons que vous, mais parce que la coïncidence est troublante. Figurez-vous en effet qu'à l'époque je venais de finir mes études secondaires à l'école St Genès de Bordeaux et j'attendais de partir faire mon service national. Or, à cet âge, je ne prenais sûrement pas le journal SUD-OUEST tous les jours. Mais le hasard a fait que j'ai eu l'occasion de parcourir ce quotidien, le mardi 28 Novembre 1972, et je suis tombé avec beaucoup de surprise sur une annonce nécrologique d'un homonyme. Apprendre "son" décés dans le journal que l'on est en train de lire, produit un certain malaise. J'ai donc, à l'époque, gardé cette page de journal, peut être un peu par défi... 
Et de m'envoyer le scan du "Carnet de Sud-Ouest", daté du 28 novembre 1972, où je pouvais lire, 33 ans plus tard, le faire-part de décès de mon père !!!


- Le 29 novembre 1972 (chose dont je ne me souvenais absolument pas), ma mère (décédée trois ans plus tard) et moi avons donc enterré son mari et mon père, qui s'appelait Bernard Paul. C'était il y a quarante ans aujourd'hui.

- Le 29 novembre 2001 naissait mon fils, Paul Bernard, qui s'appelle ainsi par volonté de ma femme (pour respecter une tradition italienne qui veut que le petit-fils porte le même prénom que son grand-père), il fête ses onze ans aujourd'hui.

- Voici le lien, découvert totalement par hasard : j'ai enterré mon père le même jour où est né mon fils !!!


Jean-Marie Le Ray

P.S. De son métier, qu'il exerce à Bordeaux, M. Bernard Le Ray dit ceci :
À cette place privilégiée, [l’écrivain public] peut devenir alors un « tisseur de lien social », véritable trait d’union entre les individus et leur environnement administratif, juridique ou social. 
Du lien, des liens et des ponts, encore et toujours, invisibles mais qui lient pourtant les personnes entre elles, parfois à leur insu, je les appelle « les liens dans les étoiles », en référence à ceux qui unissent souvent les poètes...

Ça me rappelle un sonnet écrit il y a plus de dix ans, en hommage à Rimbaud et Baudelaire, qui s'intitule :


La Voie lactée
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course  
 Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.

Je m’en irai donc, seul, un pied près de mon cœur
Lançant l’autre dans une céleste marelle
Sautant de case en case et d’étoile en étoile
Poète somnambule en quête du bonheur

Pèlerin de l’univers franchissant par bonds

Les cieux dans la chevelure ailée des comètes
Courant après la folle errance des planètes
Et portant leur traîne aux reines des vagabonds

Oui ! pour toujours allant ma route de bohème

Semant dans le grand champ lacté là un poème
Ici un pleur ou deux, là une pluie de mots

J’écouterai parfois, assis sous la grande arche

– Chemineau blessé ôtant ses lourds croquenots –
Lentement s’avancer « la douce nuit qui marche »…

Je voulais juste lancer un pont dans la voie lactée, et me sentir alors plus proche de poètes qui ont accompagné mon existence, aux côtés de Hugo, Jim Morrison, Frédéric Dard, Antonin Artaud, Armand Robin, et d'autres, d'autres, et d'autres encore !

Heureux anniversaire à Paolo Bernard :-)

Aucun commentaire: