Pages

lundi 4 mars 2013

Pourquoi Beppe Grillo fait peur ? Et à qui ? - II

Nous avons survolé dans un premier billet la "démocratie directe" annoncée par Enrico Letta, vice-secrétaire du Parti démocrate, le jour du dépouillement des votes (25 février 2013), dont je ne me rappelle pas les mots exacts, mais qui disait à peu près :
Ce que signifient les résultats des élections d'aujourd'hui en Italie, qui sont une grande première mondiale, ne concerne pas seulement notre pays, mais toute l'Europe. Car au-delà du succès de Grillo, la vraie question désormais posée par son Mouvement, c'est celle du choc entre démocratie directe et démocratie représentative. Le débat est ouvert...
Aujourd'hui, la démocratie représentative en Italie, ça donne plus ou moins ceci : les représentants du peuple "souverain", élus par ce même peuple "souverain", oublient complètement la souveraineté du peuple qui les a élus dès l'instant même où ils pénètrent dans les palais du pouvoir, car de fait, juridiquement, leur mandat électif ne les engage à rien !!!

Voici pourquoi sur son blog, Beppe Grillo s'est élevé contre l'article 67 de la Constitution de la République italienne :
Chaque membre du Parlement représente la Nation et remplit ses fonctions sans mandat impératif.
Le problème, c'est le "sans", qui permet ainsi aux élus de faire tout et n'importe quoi sans jamais devoir répondre de rien à leurs électeurs, abusés par de mirobolantes promesses n'ayant pas plus de valeur que la conscience de qui les a prononcées en mentant sciemment !

Une étude comparative mondiale de Marc Van der Hulst sur le mandat parlementaire (2000) définit le "mandat impératif" comme suit :
Si le mandat impératif est de nos jours devenu l'exception, il n'en reste pas moins qu'il a été la règle, jusqu'à la fin des années 80, dans les pays socialistes. Dans ces pays, la loi établissait non seulement que le parlementaire était responsable devant les électeurs, mais elle contenait également deux dispositions garantissant l'exercice effectif de cette responsabilité. 
Tout d'abord, le député était tenu de rendre compte régulièrement à ses électeurs de son action personnelle et des activités de son assemblée. La loi établissait quelquefois les mesures minimales que le parlementaire devait prendre pour s'acquitter de cette obligation. Ensuite, le député pouvait être rappelé [voire révoqué] par ses électeurs s'il avait trahi leur confiance ou s'il avait commis un acte 'indigne' de sa fonction.
Cet "indigne" évoque inéluctablement en moi un autre article de la Constitution italienne, l'article 54 :
Tous les citoyens ont le devoir d’être fidèles à la République et d’en observer la Constitution et les lois. 
Les citoyens auxquels des fonctions publiques sont confiées ont le devoir de les remplir avec discipline et honneur, en prêtant serment dans les cas fixés par la loi.
Dans le cas de Berlusconi, juste pour citer un nom au hasard, imaginez combien de fois par jour il viole la Constitution...

Et bien non, c'est Grillo qui violerait la Constitution, puisqu'un certain Matteo Mecacci, membre du parti radical, a menacé de dénoncer le Mouvement au motif qu'il voulait justement redonner tout son sens au "mandat impératif"...

Tout l'absurde du théâtre de la politique politicienne en Italie ! Vous comprenez pourquoi par son vote, le "peuple souverain" (Article premier de la Constitution italienne) a enfin décidé de reprendre ses droits, confisqués depuis des lustres par des instances politiques sans plus aucune légitimité ?

Donc en récapitulant, après la démocratie directe, premier des trois ingrédients de ce que j'ai défini la "recette Grillo", afin d'expliquer pourquoi en l'espace de trois ans (à tout casser), son Mouvement 5 Étoiles est devenu le premier mouvement (il n'aime surtout pas qu'on le définisse un "parti") politique italien :

Démocratie directe + Sagesse des foules (Intelligence collective) + Transparence (mode Wikileaks)

passons à présent au second.

* * *
2. Sagesse des foules (Intelligence collective)

Nous avons vu en conclusion de mon premier billet, que la sagesse des foules s'est exprimée - quand bien même partiellement - par les résultats du suffrage universel italien, une idée ainsi rendue par Arnaud Montebourg : « (L)es peuples ne sont pas prêts à passer sous la table, et c'est la démonstration italienne. (…) Les Italiens ont dit qu'ils n'étaient pas d'accord avec la politique imposée par les marchés ».

Depuis longtemps déjà je parle sur ce blog de sagesse des foules, que Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio déclinent dans leur livre comme "intelligence collective" (pp. 145-146). Mais c'est l'application  de ce concept aux programmes régionaux et national, "fruits du partage d'idées et de compétences qui sont la lymphe vitale de toute intelligence collective", qui m'intéresse plus particulièrement, et notamment la "navigation aux étoiles" de Grillo, dont les fameuses "5 étoiles" sont à l'origine :
  1. Régions, citoyens
  2. Environnement, énergie
  3. Santé, économie, services sociaux
  4. Transports, infrastructures
  5. Instruction, information


Avec pour chaque programme et sous-programme la mise en commun - essentiellement via le Réseau - des meilleures compétences et expertises disponibles à participer. Les décisions et actions qui s'en suivront seront sous les yeux de tous. Le comportement de Grillo et des 163 nouveaux élus au Parlement fera donc l'objet d'une surveillance particulière de la part de leurs électeurs en premier lieu, et de tous ceux qui sont prêts à les descendre en flèche en second. Laissons du temps au temps, disait quelqu'un (traduction littérale de l'italien "dare tempo al tempo")...

Le tout avec un maximum de transparence (annoncée, souhaitable et à vérifier en permanence), naturellement, qui fera l'objet de mon prochain billet...

Jean-Marie Le Ray

2 commentaires:

Henry a dit…

Decouvert votre blog par hasard.
Peut-être en raison de mon "grand" age (le même que le votre, je suis né en 57 et j'habite Bordeaux ou plus exactement Pessac), j'ai gardé la nostalgie du temps ou l'Europe faisait rever, et 2 de mes enfants (14 ans) ont choisi d'apprendre l'Italien (plutôt que le chinois).
Pour cette raison, je suis heureux de lire autre chose que la presse française sur ce phenomène Grillo sur lequel, sans rien connaitre de la situation italienne, je partage a priori votre position.

A+
Henry

Jean-Marie Le Ray a dit…

Henry,

Enchanté qu'un "pays" commente sur mon blog, ça me fait venir un brin de nostalgie, j'ai habité quelques années à Talence, nous n'étions pas si loin :)
Ce qu'il faut bien comprendre avec le "phénomène Grillo", c'est qu'il vient de loin et qu'il est l'aboutissement d'un système qui s'effondre, celui des partis politiques corrompus qui ont bouffé le pays. Lui amène du renouveau, de l'espoir et de l'honnêteté, après tout n'est pas parfait, loin de là, mais il est sans aucun doute incomparable avec ceux qui l'on précédé et qui continuent de s'accorcher de toutes leurs forces, pire que des morpions !
J'ai encore pas mal de choses à raconter, mais il va me falloir du temps et c'est la denrée qui me manque le plus en ce moment...
Je suis content de voir que des jeunes bordelais s'intéressent à l'italien, s'ils ont besoin de conseils linguistiques, il suffit qu'ils m'écrivent :-)
Cordialement,
Jean-Marie