Pages

lundi 4 mars 2013

Pourquoi Beppe Grillo fait peur ? Et à qui ?

Italie, lundi 25 février 2013, 15h. Heure officielle de fermeture des bureaux de vote. Les premiers sondages commencent à tomber, donnant apparemment Pierluigi Bersani (Parti démocrate italien) vainqueur. Bon, ce n'était qu'une apparence...

Je suis resté pratiquement non-stop devant la télé jusqu'à 4h du matin, heure vers laquelle on a eu une projection plutôt fiable de la victoire électorale (mais défaite politique) de la gauche, car jusqu'au dernier moment les craintes étaient que Berlusconi l'emporte une fois de plus. On est vraiment passés à deux doigts de la catastrophe !

Or ces presque 13 heures de direct n'ont été qu'une succession haletante de coups de théâtre, tantôt la gauche gagnait, tantôt la droite, avec toutefois quelques constantes : la mise à l'écart définitive de Rivoluzione civile, d'Antonio Ingroia, à mon grand regret, et donc la sortie d'Antonio Di Pietro, le flop de Mario Monti (entraînant dans sa chute l'UDC de Casini, et Gianfranco Fini, perdant sur tous les tableaux), et, surtout, la percée fantastique du Mouvement 5 Étoiles, de Beppe Grillo.

En zappant d'une chaîne à l'autre pour essayer d'engranger les opinions des uns et des autres, j'ai eu l'occasion d'entendre Enrico Letta, vice-secrétaire du Parti démocrate, commenter la réussite surprenante de Grillo. Je ne me rappelle pas les mots exacts, mais la teneur était la suivante :
Ce que signifient les résultats des élections d'aujourd'hui en Italie, qui sont une grande première mondiale, ne concerne pas seulement notre pays, mais toute l'Europe. Car au-delà du succès de Grillo, la vraie question désormais posée par son Mouvement, c'est celle du choc entre démocratie directe et démocratie représentative. Le débat est ouvert...
Donc s'il me fallait trouver une "recette Grillo" afin d'expliquer pourquoi en l'espace de trois ans (à tout casser), son Mouvement est devenu le premier mouvement (il n'aime surtout pas qu'on le définisse un "parti") politique italien, je dirais :

Démocratie directe + Sagesse des foules (Intelligence collective) + Transparence (mode Wikileaks)

* * *
1. Démocratie directe

En novembre 2011, Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio (son alter ego dans cette aventure politique) ont publié aux éditions Chiarelettere un essai intitulé : Nous sommes en guerre (pour une nouvelle politique)... Ça dit bien ce que ça veut dire (d'où aussi les "mots guerriers"...) !

Le livre commence ainsi (extraits) :
Nous sommes en guerre : une guerre entre deux mondes, entre deux conceptions différentes de la réalité. Elle peut nous sembler lente, presque imperceptible, mais non, elle est féroce et va toujours plus vite, caractérisée en permanence par une alternance d’embuscades et d’avancées soudaines. Les médias tentent de la dissimuler, les politiques la craignent, les organisations internationales la combattent, les multinationales la haïssent. 
Cette guerre totale, qui a des répercussions dans notre vie à tous les niveaux et remet en question des structures économiques et sociales données pour acquises depuis des siècles, est due à la propagation d’Internet. 
Les journaux sont en train de disparaître, après ce sera le tour des télévisions, puis des livres. Dans dix ou vingt ans, tout cela sera considéré comme des espèces disparues, à l’instar des dinosaures. Toute l’information convergera sur le Réseau et nous serons tous des Produconsommacteurs, à la fois producteurs et consommateurs d'information. 
Partout émergent des mouvements spontanés pour remplacer les partis : le Parti des pirates en Islande, en Suède et en Allemagne, les indignados espagnols, les jeunes d’Afrique du Nord qui donnent naissance au printemps arabe, et jusqu'au Mouvement 5 Etoiles en Italie, ignoré par les médias…La participation directe des citoyens aux affaires publiques prend la place de la délégation des pouvoirs en blanc. 
De nouvelles valeurs économiques telles que la réputation et les idées gagnent de plus en plus d’importance face à l'argent. À l’avenir les ressources primaires telles que l'eau ou l'électricité seront gérées par des réseaux de citoyens pour satisfaire leurs besoins, puis redistribuées. 
Le Réseau a ses propres lois, qui se manifestent constamment. L'une d'entre elles est l'élimination des activités sans valeur ajoutéeLe Réseau est partout, il suffit de s’arrêter un instant pour l'observer. 
Donc dans cette guerre le vieux monde périra, mais avant de quitter la scène il usera de TOUTES les ressources à sa disposition pour conserver ses anciens privilèges et ses rentes de situation. La guerre durera longtemps. En Italie, les partis contrôlent la société, l'économie, l'information, le commerce, les transports, les lois et leur application : TOUT. Ils sont la quintessence du vieux monde. Pour tenter de se défendre, ils ont rédigé des quantités industrielles de lois contre le Réseau. Ils se croient invulnérables, mais grâce à Internet, les citoyens sont sur le point de pénétrer dans les palais du pouvoir. 
Or notre premier projet de loi, qui puise son origine directement sur Internet, s’intitule pour un « Parlement propre »…
Voilà, j’arrête ici, mais beaucoup des grandes idées qui font le succès du Mouvement y sont. Dans cette citation, j'ai mis en gras les concepts clés : la participation directe aux affaires publiques des citoyens (qui ont désormais pénétré les palais du pouvoir avec ces élections, puisqu'ils sont 163 élus entre Chambre des Députés et Sénat) prend la place de la délégation des pouvoirs en blanc (à éliminer puisque n'ayant plus la moindre valeur ajoutée) (cf. ma précédente - et partielle - tentative d'explication), d'où l'impératif "improcrastinable" de donner enfin un "Parlement propre" à l'Italie.

Il y a 20 ans, lors de la terrible saison 1992-1993, l'opération "Mains propres" avait redonné un peu d'espérance aux citoyens honnêtes de ce pays de voir enfin moins de corruption et d'inégalités, mais l'espoir fut bref puisque l'arrivée de Berlusconi allait tuer toutes les illusions dans l'œuf. Deux décennies plus tard, nous voici face à un deuxième tournant historique pour l'Italie (certes, il peut arriver que certains trains passent deux fois, mais jamais trois...), donc si le pays veut garder espoir que celui-ci puisse être le bon, il faut d'abord qu'il se débarrasse de ce maudit.

Berlusconi personnalise à merveille l'achétype du politicien ripoux, compromis avec toutes les mafias, corrompu et corrupteur (l'un ne va pas sans l'autre...), qui a su mettre en œuvre avec une assiduité et un entêtement qu'on doit lui reconnaître une mise à sac programmée et systématique de son pays, absolument digne des plus grands prédateurs de l'Histoire. Il traîne tant de casseroles au cul que lorsqu'il se déplace on croirait entendre passer une brinquebalante "just married". D'ailleurs il vient tout juste d'être dénoncé par un sénateur l'accusant de l'avoir corrompu avec 3 millions € pour faire tomber le gouvernement Prodi, affaire à suivre...

Alors voilà, les gens n'en peuvent plus de donner un mandat de représentation à des énergumènes qui le bafoueront avec acharnement, ils n'en peuvent plus de cette alternance infinie droite-gauche qui a dédaigneusement saccagé le pays en parfaite harmonie, et qui continuerait volontiers si personne n'était là pour les arrêter. Or la justice italienne s'étant révélée impuissante face à la politique, les seules étoiles qui se font jour dans cet océan de merde sont celles du Mouvement de Grillo.

Que les pouvoirs constitués accusent par conséquent d'anti-politique et de populisme, il faut bien qu'ils trouvent quelque justificatif à bonimenter, en lui opposant les deux arguments massue :
  • Où va-t-il trouver les ressources suffisantes pour financer son programme (car il en a un, sérieux, aussi étonnant que cela puisse paraître), et notamment son "revenu de citoyenneté" ?
  • Dans quel gouffre son anti-européanisme va-t-il entraîner l'Italie (et l'Europe par la même occasion) ?
Loin de se démonter, Grillo répond point par point :
  • Par exemple en récupérant les 98 milliards d'euros (soit l'équivalent d'environ cinq plans de rigueur...) que les derniers gouvernements ont préféré laisser dans les poches des gérants des casinos en ligne (!), nouvelle voie royale pour blanchir la finance mafieuse (d'ailleurs le fait que Berlusconi soit aussi impliqué là-dedans n'est que pure coïncidence...), ou les 60 milliards d'euros que coûte chaque année la corruption au pays, les 159 millions d'euros que les partis politiques devraient récupérer pour ces dernières élections (qui ont duré un mois en gros), un bottin multiplié par 10 ces 14 dernières années que le Mouvement de Grillo refuse d'encaisser, comme il l'a déjà fait en Sicile avec d'autres "remboursements", en utilisant cet argent pour créer un fonds destiné à financer les PME en difficulté, ou encore en annulant l'achat de 90 F35 (env. 12 milliards €), dont on sait déjà qu'ils ne marchent pas et qu'ils ne serviront à rien si ce n'est remplir certaines poches, etc. Mais aussi en réduisant considérablement les "salaires" des politiques et administrateurs de la "chose publique" de tous bords, puisqu'il faut quand même savoir que l'appareil des pouvoirs publics (nationaux, régionaux, provinciaux, etc.) en Italie est celui qui coûte le plus cher au monde : des présidents de région qui prennent 2 ou 3 fois plus qu'Obama, un gouverneur de la banque d'Italie qui prend 900 mille € et des poussières (contre env. 350 mille pour son homologue de la Bundesbank), un chef de la police qui émarge à 600 mille €, etc. etc. Et je pourrais vous en tartiner comme ça des pages et des pages...
  • Par exemple en renégociant la dette "souveraine", d'environ 100 milliards € à l'année, non sans avoir d'abord racheté les bons du Trésor italien qui sont dans les coffres des banques françaises et allemandes...
  • Concernant l'Europe, il est évident que le fiscal compact est une gigantesque arnaque, au sens où JAMAIS il ne pourra être mis en oeuvre, et encore moins dans la situation actuelle, et inutile de parler de la règle d'or, etc. etc. 
Je crois donc, personnellement, comme l'observe fort justement François Bonnet dans "Pourquoi les élections italiennes sont une excellente nouvelle ?", que « (l)es tenants d’une Europe libérale, où ont été engagés quarante plans d’austérité en cinq ans, voient à nouveau le suffrage universel déjouer leurs plans », ou encore, pour le dire avec Arnaud Montebourg, que « les peuples ne sont pas prêts à passer sous la table, et c'est la démonstration italienne. (…) Les Italiens ont dit qu'ils n'étaient pas d'accord avec la politique imposée par les marchés ».

C'est ça aussi, la sagesse des foules !

Jean-Marie Le Ray

P.S. J'aborderais les ingrédients Sagesse des foules (Intelligence collective) + Transparence (mode Wikileaks) dans de prochains billets...

Aucun commentaire: