Pages

samedi 13 août 2011

Les grands discours d'un petit président

I. Les grands discours d'un petit président
II. Les grands discours d'un grand président


* * *
Dans le sillage de mon précédent billet, une longue réflexion sur les mots et sur le pouvoir qu'ils ont de changer le monde, en bien et/ou en mal, selon l'usage qu'on en fait et, surtout, selon qui les prononce, et pour quelles finalités (trop souvent bien cachées derrière des apparences trompeuses), la lecture du récent Parti pris d'Edwy Plenel contre la dictature financière, m'a ramené, presque malgré moi, au sens et à la valeur des mots :
Face à la catastrophe annoncée et confirmée par la folle journée de ce mercredi (...), nous avons rendez-vous avec l'histoire. Car la crise actuelle ne résulte pas d'une inévitable fatalité économique ou d'une éphémère folie financière. Elle est la conséquence de politiques socialement criminelles, mensongères et amorales, qui, si elles ne sont pas défaites par les peuples, entraîneront nos sociétés dans une spirale de violences. Aussi est-il temps d'imposer des solutions s'attaquant à la racine du mal : réalistes parce que radicales.

Il y aura bientôt trois ans, le 25 septembre 2008, ces solutions étaient évoquées par un orateur, indigné devant ce que révélaient, avec le scandale des subprimes, les débuts de la crise qui, aujourd'hui, s'approfondit. Ce n'était alors que refrains sur ces spéculateurs impunis, ces banques avides, ces financiers rapaces, ces Etats impuissants, ces idéologues complices, cette misère sociale, ces injustices croissantes, ces escrocs mondains – l'affaire Madoff allait bientôt éclater –, bref, cet argent fou devenu tueur en série lâché sur le monde, détruisant ses richesses humaines et naturelles, premier ennemi du genre humain et de sa terre nourricière.

C'était en France, à Toulon, et l'orateur tenait à « dire la vérité aux Français », et notamment cette vérité première : « L'idée que les marchés ont toujours raison est une idée folle. » Et il ne cessait de la marteler, en lisant son discours écrit par l'un de ses conseillers. Nos lecteurs nous pardonneront la longueur de la citation, justifiée par la gravité de l'heure tant ces mots bruyants d'hier résonnent aujourd'hui bizarrement, dans le silence feutré des conversations téléphoniques et des communiqués lénifiants qui, trois ans après, tiennent lieu de réactions officielles à une crise historique de nos économies. Informer, c'est aussi, sinon d'abord, se souvenir. Ne pas perdre la mémoire. Se rappeler les engagements pris. Ne jamais croire sur parole et, toujours, mettre en perspective. Voici donc...
Je n'ai jamais aimé les discours des politiques, car ils ne sont le plus souvent que mensonges. Mensonges au sens où il n'y a pas la moindre correspondances entre les - belles - paroles annoncées et proclamées avec convinction, ô combien !, et la triste réalité. Pire encore : 90 fois sur 100, la réalité est même exactement le contraire du sens véhiculé par les mots composant tous ces beaux discours (avec des exceptions : Berlusconi, c'est du 100%. Dès qu'il parle, il ment. On chercherait en vain dans sa vie une seule déclaration véridique. C'est du Goebbels à l'état pur : propagande mensongère et matraquage de masse quotidien sont les deux mamelles du langage berlusconien, porté par tout un appareil étatique & médiatique digne d'une démocrature en parfait état de marche). Refermons-là la parenthèse.

Je m'étais déjà penché sur le cas Sarko dans l'État, c'est moi, mais Jean Véronis avait mis un bémol à mon analyse en expliquant que d'autres faisaient bien mieux et plus fort que lui dans le maniement du "je", tout en s'interrogeant :
D'où vient alors l'impression d'égotisme qui se dégage de son discours ? Je faisais l'hypothèse, dans les billets en question, que les pronoms forment un écosystème, et qu'on les perçoit les uns par rapport aux autres. Nicolas Sarkozy n'utilise peut-être pas plus je que d'autres, mais sa marque est de ne parler que très peu de nous ou vous, contrairement à Ségolène Royal par exemple. L'autre élément qui contribue aussi à mon sens à cette perception de discours personnel, est l'association des mots je + veux, beaucoup plus fréquente chez lui que chez les autres ("je veux être le Président de la France qui...").
J'ai donc voulu vérifier cette "théorie" en prenant 7 "grands discours", dont celui de Toulon que m'a remis en mémoire Edwy Plenel, répartis de 2006 à 2011 :
  1. Discours de Périgueux (12 octobre 2006)
  2. Discours du Zénith à Paris (18 mars 2007)
  3. Discours de Dijon (23 avril 2007)
  4. Discours du Zénith à Toulon (25 septembre 2008)
  5. Discours du congrès de Versailles (22 juin 2009)
  6. Discours de Davos pour l'ouverture du 40ème Forum économique mondial (27 janvier 2010)
  7. Discours d'ouverture de la conférence du G20 (23 mai 2011)
Mon seul critère de choix a été l'importance affichée de ces discours, en les étalant sur une période temporelle significative. Une fois décortiqués, j'obtiens 44 958 mots, soit une moyenne de +6 422 mots par texte : de gros discours, donc, probablement censés être proportionnels à leur "grandeur".

Voici le tableau des 40 premiers termes avec le nombre d'occurrences :

Donc une première constatation, pour poursuivre l'analyse de Jean sur le sentiment perçu d'égotisme, force est de constater que même si le NOUS et le VOUS semblent remonter, le JE l'emporte haut-la-main et nous avons quand même 177 fois JE VEUX sur 7 discours, soit une moyenne supérieure à 25 fois par discours, dans le genre anaphore volontariste (ou d'enfant gâté...), ça se pose là !

Ceci étant dit, une fois évacué le JE sarkozyen (802 occurrences, quand même : 590 JE + 99 J' + 38 MOI + 33 M + 32 M' = 802 SARKO), nous nous consolerons de voir que le premier substantif est la FRANCE avec 193 occurrences (soit 4 fois moins que son chef, quand même), suivi des 49 termes significatifs ci-après :


Chacun/e pourra prendre le(s) mot(s) de son choix et aller voir comment ils sont traités dans ces discours, mais il m'a semblé important d'énumérer les 177 JE VEUX, car même si ça risque d'être long, un seul coup d'œil suffira pour comprendre si chaque JE VEUX (ou JE NE VEUX PAS) s'est transformé en réalité ! Exemple : JE VEUX moraliser l'économie...

C'est parti pour la plus grande anaphore (figure rhétorique qui consiste en une répétition des débuts de phrases) de la politique française :
  1. je veux dire très clairement que la mondialisation de l'épargne a engendré un monde où tout était donné au capital financier, tout, et presque rien au travail, où, l'entrepreneur passait après le spéculateur, où le rentier prenait le pas sur le travailleur, où les effets de levier - ... -, atteignaient des proportions déraisonnables, et tout ceci a engendré un capitalisme dans lequel il était devenu normal de jouer avec l'argent, de préférence des autres, de gagner facilement, extrêmement rapidement, sans effort et souvent sans aucune création de richesses ou d'emplois, des masses d'argent absolument considérables.
  2. j’en veux pour preuve, ..., cette dépréciation de l'avenir dans les exigences absolument exorbitantes de rendement. Ce rendement dopé par la spéculation et les effets de levier, c'était le taux d'actualisation des revenus futurs : plus ils s'élevaient, moins l'avenir comptait. Tout, tout de suite.
  3. je veux être compris ici : il ne s'agit pas de nous demander par quoi nous allons remplacer le capitalisme mais de savoir : « quel capitalisme voulons-nous ? ».
  4. je veux dire une chose : c'est bien beau de prendre des décisions, encore faut-il qu'elles soient -- ces décisions -- mises en œuvre.
  5. je veux saisir cette occasion pour affirmer que si les signes de reprise qui semblent marquer la fin de la récession mondiale sont là, cela ne doit pas nous inciter à être moins audacieux mais davantage encore.
  6. je veux dire combien je soutiens les initiatives de l'Angleterre et de Gordon BROWN.
  7. je veux rendre hommage aux entreprises, les entreprises les plus mondialisées, les banques les plus globales qui ont redécouvert avec une facilité déconcertante qu'elles avaient une nationalité.
  8. (Si vous ne rêvez pas aujourd'hui, vous serez des adultes à la "petite vie".) je ne veux pas que vous la connaissiez !
  9. je veux, si je deviens Président de la République, couper tous les liens qui vous entravent, et vous donner les moyens de cette liberté que j'appelle l'autonomie.
  10. (« Ma petite maman chérie » - parole prononcé par Guy Môquet, assassiné par la guerre à 17 ans -. Ce mot d’amour que nous portons tous en nous et que nous n’avons pas dit, quand nous le pouvions, aussi souvent que nous aurions dû. Ce mot d’amour et de tendresse prononcé au seuil de la mort), je veux vous dire une chose importante, il n’est pas ridicule.
  11. (À ceux qui ont osé dire que je n’avais pas le droit de citer Guy Môquet parce que je n’étais pas de gauche), je veux dire que je demeure stupéfait de tant de sectarisme.
  12. (Président de la République) je veux rassembler tous les Français et leur dire que j'honorerai tous ceux qui ont fait la grandeur de la France, sans me préoccuper de la couleur de leur peau, de leur appartenance politique, de leurs origines sociales.
  13. je veux dire que cette lettre de Guy Môquet, elle devrait être lue à tous les lycéens de France non comme la lettre d’un jeune communiste mais comme celle d’un jeune Français faisant à la France et à la liberté l’offrande de sa vie, comme celle d’un fils qui regarde en face sa propre mort et dit à ses parents et à son frère le dernier mot d’amour qui sera tout ce qui restera vivant de lui dans leur cœur.
  14. je veux proposer aux jeunes Français une grande ambition, parce que les petites sont médiocres.
  15. je veux faire de la France le pays de la vie, de la joie, du dynamisme, de la jeunesse retrouvée et de la création renouvelée !
  16. (Je ne suis pas né pour subir, je suis fais pour agir.) je veux mettre cette force au service de mon pays, de chaque Français, pour que chacun ait un avenir à sa mesure.
  17. je ne veux pas vous aider à rester jeunes le plus longtemps possible mais à devenir des adultes accomplissant les rêves de leur jeunesse.
  18. je veux parler à tous les Français et tous les rassembler parce que tous, à mes yeux, ont un rôle à jouer, une utilité sociale, une valeur qui leur est propre.
  19. (C’est-à-dire à une société où chacun n’aime que celui qui lui ressemble, celui qui a la même couleur de peau, la même origine, la même religion.) je veux lutter contre cette dérive.
  20. je veux rendre à chaque jeune Français la fierté d’être Français.
  21. (Cette fierté), je veux que nous l’offrions en partage à tous ceux qui veulent devenir Français, au lieu de les accueillir dans une France qui croirait si peu dans ses valeurs qu’elle ne se donnerait même plus la peine de les défendre.
  22. je veux rappeler que la France est plus forte quand elle est unie
  23. je veux remettre la fraternité au cœur de la politique.
  24. je veux remettre la fraternité au cœur du projet républicain.
  25. (La France) je ne veux pas la laisser caricaturer par une minorité qui ne lui ressemble pas, qui ne cherche qu’à attiser la violence et la haine.
  26. (Cette France) je veux lui dire que la fraternité c’est d’abord pour elle...
  27. ... que je veux la remettre au coeur de la République.
  28. je veux lui dire que la fraternité ce n’est pas seulement des allocations, ce n’est pas seulement la réhabilitation des immeubles, l’aide aux territoires.
  29. (À tous ceux qui vivent dans l’angoisse de l’exclusion, du déclassement, qui vivent avec au ventre la peur de ne plus pouvoir loger leurs enfants, de ne plus pouvoir les nourrir, les habiller), je veux leur dire que la France est leur pays, qu’elle a besoin d’eux et qu’elle ne les abandonnera pas.
  30. je ne veux pas d’une société où les travailleurs sont si pauvres qu’ils ne peuvent pas se loger.
  31. je ne veux pas d’une société qui laisse des hommes et des femmes mourir de froid sur le trottoir.
  32. je ne veux pas d’une société où la pauvreté est tolérée comme une fatalité, où le chômage est supporté comme un mal nécessaire.
  33. je veux lutter contre la pauvreté et contre le chômage par la revalorisation du travail, par l’augmentation du pouvoir d’achat, par l’incitation à travailler plus pour gagner plus, parce que c’est le travail qui crée le travail.
  34. je veux être le Président d’une France qui se sente solidaire de tous les proscrits, de tous les enfants qui souffrent, de toutes les femmes martyrisées, de tous ceux qui sont menacés de mort par les dictatures et par les fanatismes.
  35. (À tous les jeunes) je veux dire : ne vous laissez pas décourager, ne renoncez pas, ne vous avouez pas vaincus.
  36. je veux vous dire aussi que la jeunesse est un passage et pas une fin en soi.
  37. je veux dire à la jeunesse que la liberté est un bien précieux mais qu’il y a des règles à respecter sans lesquelles, précisément, il ne peut plus y avoir de liberté.
  38. je veux lui dire que si la jeunesse s’affirme en transgressant, il n’y a rien à transgresser s’il n’y a pas de règle.
  39. je veux lui dire qu’on ne lui a pas rendu service en lui laissant croire que tout était permis, que l’âge excusait tout.
  40. je veux lui dire qu’on ne lui a pas rendu service en lui laissant croire qu’elle pouvait tout avoir sans effort, sans travail et sans courage, qu’elle n’avait même pas besoin de vouloir puisque la société serait toujours là pour vouloir à sa place.
  41. je veux être un Président qui, parce qu'il aime la jeunesse, lui dira la vérité. (Parce qu’on doit toujours la vérité à ceux que l’on aime...)
  42. je veux être le Président qui avec vous accomplira une triple révolution : la révolution numérique, la révolution écologique et la révolution de l’éducation.
  43. je veux être le Président qui avec vous réconciliera la France avec elle-même et avec le monde parce qu’au XXIe siècle les nations continueront de mener le monde et parce que la France ce n’est pas fini.
  44. je veux être le Président qui avec vous refera de l’Europe un idéal de paix et de prospérité pour tous les hommes parce que sans l’Europe l’idée que nous nous faisons de l’Homme serait condamnée à disparaître.
  45. je veux être le Président qui avec vous fera l’union de la Méditerranée parce que c’est en Méditerranée que se joue l’avenir de l’Europe et de la civilisation mondiale.
  46. je veux redonner à la politique plus de sincérité, plus d’humanité, plus de morale, plus de courage. (La sincérité, je la mettrai au service de la vérité...)
  47. je veux aussi rappeler que des objectifs de plein emploi figurent dans les textes fondateurs du FMI et de l'OMC.
  48. je veux dire par là qu'un socle de protection sociale peut être un élément du développement économique et je voudrais défendre cette idée.
  49. je veux souligner le pas important qui a été franchi au niveau européen, ... , avec le pacte pour l'euro.
  50. je ne veux pas rouvrir le débat sur le terme de discrimination positive dont j’ai conscience qu’il renvoie à des histoires, à des traditions différentes des nôtres.
  51. (Mais) je veux dire que pour atteindre l’égalité il faut savoir donner plus à ceux qui ont moins, il faut savoir compenser les handicaps de ceux auxquels la vie a donné d’emblée moins de chance de réussir qu’à tous les autres.
  52. je veux parler avec eux (les citoyens) des moyens par lesquels la République pourra tenir ses engagements.
  53. je veux parler avec eux des moyens juridiques et matériels qui sont nécessaires pour y parvenir.
  54. je veux le dire solennellement, la burka n’est pas la bienvenue en France.
  55. je veux dire à ceux qui s’étonnent que l’on puisse s’endetter pour doter le Fonds Stratégique d’Investissement que ce fonds nous aide à créer des emplois, à préserver des avancées technologiques et que de surcroît il va rapporter de l’argent à l’Etat parce que les actifs qu’il achète vont se valoriser.
  56. je veux dire à ceux qui trouvaient que le Grenelle de l’environnement coûtait trop cher, que c’est la dépense la plus rentable que l’on puisse imaginer. (Elle va créer 600 000 emplois...)
  57. je veux que l’on propose une solution à tous les adolescents qui sortent du système scolaire à 16 ans sans rien.
  58. je veux revaloriser l’apprentissage, la filière professionnelle, la filière technologique, la filière littéraire.
  59. je veux que l’on mette les moyens nécessaires pour en faire des filières d’excellence au même titre que la filière scientifique, avec des passerelles, avec des diplômes de haut niveau. (Nous serons au rendez-vous des réformes...)
  60. je veux que l’on mette les moyens pour que dans notre pays les jeunes puissent conquérir leur autonomie par leur travail, par leur mérite. (Je pense ainsi à la croissance de demain...)
  61. je veux poser la question de la fiscalité : allons-nous continuer à taxer la production et à taxer le travail alors que nous savons bien qu’en faisant peser des charges fixes trop lourdes sur le travail et la production nous détruisons nos emplois et nos industries ? (Le but est-il que toutes nos usines s’en aillent ? Le but est-il qu’il n’y ait plus d’ouvriers dans notre pays ?)
  62. je ne veux pas m’y résigner.
  63. je veux l'unité. (Je suis le garant de l'unité. Et s'il le faut je serai unitaire pour tous les autres...)
  64. (Alors que le monde se met à douter de la France, et que les Français eux-mêmes s'interrogent, voilà qu'une fois de plus, des tréfonds du pays je sens monter cette volonté de renouveau) que je veux incarner et par laquelle ...
  65. ... je veux vaincre la fatalité. (Cette force que j'imagine, elle est en vous. Elle est dans cette foule immense rassemblée ce soir à Périgueux.)
  66. je veux dire que la République n'est pas un modèle figé pour l'éternité mais un projet toujours inachevé, un élan du coeur et de l'esprit, un idéal de civilisation et d'humanisme, un rêve d'universalité et de fraternité.
  67. je veux dire que la République, depuis 200 ans, c'est une continuité de principes, de valeurs, d'objectifs et une variété de moyens, de procédures et de priorités en fonction des circonstances.
  68. je veux dire que la République de Jules Ferry et de Gambetta n'était pas celle de Danton pas davantage celle de Robespierre, que celle de Clémenceau n'était pas celle de Lamartine et pas non plus celle du Général De Gaulle.
  69. je veux construire une nouvelle relation avec les Français, faite de vérité, de respect de la parole donnée, de confiance.
  70. je veux un nouvel État, une nouvelle nation, une nouvelle République.
  71. (À tous), je veux dire : la nation n'est pas un obstacle à la démocratie, elle en est la condition.
  72. je veux un État respecté.
  73. je veux un État que les fonctionnaires soient heureux de servir et dont les Français soient fiers.
  74. je veux un État exemplaire sur le plan de la diversité et de la lutte contre les discriminations.
  75. je veux un État qui domine les intérêts catégoriels au lieu d'être dominé par eux.
  76. je veux un État qui ne soit pas fragilisé par le laxisme et par la fraude.
  77. je ne veux pas que ceux qui ne veulent rien faire, que ceux qui ne veulent pas travailler vivent sur le dos de ceux qui se lèvent tôt et qui travaillent dur.
  78. je ne veux pas que ceux qui fraudent l'assurance chômage, l'assurance maladie, les allocations familiales, ceux qui escroquent le fisc ou les ASSEDIC, ceux qui détournent de l'argent public par copinage ou par favoritisme, continuent à mettre en péril la solidarité nationale.
  79. je veux le dire ce soir : je n'aime pas la façon dont on parle des fonctionnaires dans notre pays.
  80. je ne veux pas que la seule voie de réussite soit celle des concours et des examens. L'expérience, cela compte aussi.
  81. (À l'infirmière qui veut progresser je dis que) je veux lui donner la possibilité d'acquérir une formation complémentaire qui lui permette de devenir médecin par la promotion interne si elle en a l'aptitude et la motivation.
  82. je veux par dessus tout qu'elle gagne plus parce qu'elle le mérite.
  83. je veux dire aux juges que ...
  84. ... je veux une justice respectée.
  85. je veux dire aux juges que je sais à quel point leurs conditions de travail sont difficiles, à quel point leurs moyens matériels et humains sont insuffisants.
  86. je veux leur dire combien la justice à mes yeux est une institution essentielle de la République.
  87. (Mais) je veux leur dire aussi que dans la République nul ne peut prétendre se soustraire à la critique.
  88. je veux leur dire que l'indépendance de la justice ne peut les exonérer d'avoir à rendre compte au peuple de la manière dont la justice est rendue en son nom.
  89. je veux rappeler qu'ils ont mission d'appliquer la loi, non de la faire.
  90. je veux rappeler qu'ils ont à juger en fonction du droit et non d'une idéologie.
  91. je veux rappeler qu'ils ont pour fonction de rendre justice aux victimes.
  92. je veux leur dire que je serai toujours à leurs côtés pour défendre l'indépendance de la justice et l'accroissement de ses moyens.
  93. je veux l'égalité des chances pour tous.
  94. je veux la culture pour chacun, parce la culture c'est la clé de l'égalité des chances.
  95. (D'autres comme d'habitude m'ont dit que c'était impossible). (...) je veux leur dire : la différence entre vous et moi c'est que ...
  96. ... je veux faire en sorte que tout ce qui est nécessaire et qui est juste devienne possible et vous ne le voulez pas !
  97. je veux l'égalité des territoires devant le service public.
  98. je veux que les services publics reviennent dans les quartiers en difficulté.
  99. je veux que les services publics restent présents dans les zones rurales.
  100. je veux la mutualisation des risques par le moyen d'un cautionnement public pour que le malade puisse emprunter, pour que l'enfant de famille modeste ait le même droit à l'emprunt que l'enfant de riche, pour que celui qui n'a pas les moyens d'apporter une garantie puisse quand même louer ou emprunter pour financer ses projets.
  101. je veux que grâce à la mutualisation des risques il y ait plus d'investissement immobilier, plus d'opportunités d'entreprendre, plus de création, plus d'invention, plus de consommation et donc plus d'égalité de chances et plus de croissance.
  102. je veux qu'il y ait plus d'égalité et de justice dans les retraites.
  103. je veux un État exemplaire en matière d'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes et on est encore bien loin du compte.
  104. je veux que dans les conseils d'administration des entreprises publiques il y ait au moins 50% de femmes.
  105. je veux que le principe de la parité tel qu'il s'applique à la politique s'applique aussi aux représentants du personnel dans les entreprises.
  106. je veux que le temps passé à l'éducation des enfants soit intégralement pris en compte pour le calcul des retraites, que les femmes aient continué de travailler en les élevant ou qu'elles aient cessé de travailler pour les élever.
  107. je veux que les femmes qui ont cessé longtemps de travailler pour élever leurs enfant et qui se séparent de leur mari soient davantage aidées pour retrouver un emploi.
  108. je veux que les femmes au chômage qui cherchent un emploi aient le droit de faire garder leurs enfants comme les femmes qui travaillent.
  109. je veux que la violence conjugale soit plus durement réprimée et que les femmes qui en sont victimes soient mieux accompagnées.
  110. je veux répéter qu'aucune coutume, aucune culture d'origine, aucune pratique religieuse ne saurait en France autoriser quiconque à proclamer l'infériorité intrinsèque de la femme.
  111. je veux que partout en France les femmes soient libres de se promener en jupe, libres de vivre comme elles l'entendent, libres de se marier à leur guise.
  112. je veux que la République s'attaque aux nouvelles inégalités. Depuis des années, au nom de la morale républicaine, on proclame des droits qui ne sont pas suivis d'effet.
  113. je ne veux pas faire une discrimination positive sur des critères ethniques qui serait la négation de la République.
  114. (Mais) je veux que sur la base de critères économiques, sociaux, éducatifs, on mette tous les moyens nécessaires pour combler des écarts qui sont devenus insupportables et qui mettent en péril la cohésion nationale.
  115. je veux qu'on n'aide pas seulement les territoires ou les quartiers mais aussi les personnes.
  116. (À ceux qui pensent que cela coûtera trop cher), je veux dire que ne pas faire assez pour restaurer le sentiment de l'égalité et de la justice coûterait infiniment plus cher.
  117. (À ceux qui pensent que la pureté idéologique de la République pourrait en souffrir), je veux dire que la République souffrira bien davantage de la persistance d'injustices intolérables.
  118. (À ceux qui pensent que les bénéficiaires de la discrimination positive prendront les places des autres), je veux dire qu'il n'en sera rien car des places supplémentaires seront créées à cette fin.
  119. je veux le dire aux Français : l'anticapitalisme n'offre aucune solution à la crise actuelle.
  120. je veux poser une question grave : si ce qui s'est passé aux États-Unis s'était passé en Europe, avec quelle rapidité, avec quelle force, avec quelle détermination l'Europe, avec les institutions actuelles, les principes actuels, aurait-elle fait face à la crise ? (nous allons pas tarder à le savoir...)
  121. je veux dire aux Français qu'il n'existe aucune solution miracle qui permettrait à notre pays de se dispenser des efforts nécessaires pour surmonter la crise.
  122. je veux prendre mes responsabilités devant vous, j'assume donc la décision de financer le RSA en taxant légèrement les revenus financiers qui depuis des années augmentent plus vite que les revenus du travail.
  123. je veux le dire aux Français, il va falloir payer plus cher le pétrole, plus cher le gaz, plus cher les matières premières.
  124. je veux dire à quel point je crois que le système du bonus-malus est un bon système.
  125. je veux que soit mis à l'étude un grand plan de rénovation des infrastructures des transports collectifs dans les grandes villes où la situation est devenue souvent critique.
  126. je veux m'adresser aux 11 millions de Français qui m'ont apporté leurs suffrages.
  127. je veux leur dire que je ne les trahirai pas, que tous les engagements que j'ai pris, je les tiendrai scrupuleusement.
  128. je veux leur dire que si j'ai voulu mettre la morale au cœur du débat politique, ...
  129. ... je veux aussi la mettre dans le comportement politique.
  130. je veux la vérité, je refuse le mensonge.
  131. (Aux 11 millions de Français qui m'ont fait confiance dès le premier tour), je veux dire que mon souhait de moraliser la politique et de remédier à la crise de confiance commence pour moi par la volonté de ne pas les décevoir.
  132. je veux leur dire que c'est autour d'eux que je compte faire le rassemblement du peuple français le plus large possible.
  133. je veux dire qu'ils ont toute leur place dans ce rassemblement dès lors qu'eux aussi partagent les valeurs de l'identité nationale et de l'amour de la France, du travail et de son respect, du mérite et de sa récompense, du civisme et de ses devoirs, de la justice républicaine.
  134. (La République), je la veux fraternelle et rassemblée.
  135. (la France, moi), je veux la renforcer, pas l'affaiblir.
  136. je veux être le candidat de l'ouverture parce que ...
  137. ... je veux être le président de l'ouverture, mais d'une ouverture qui n'a rien à voir avec la politique politicienne, d'une ouverture qui n'est pas l'ouverture vers les appareils.
  138. (L'ouverture dont) je veux être le candidat, c'est l'ouverture d'esprit.
  139. (L'ouverture dont) je veux être le candidat, c'est l'ouverture vers les autres, vers ceux qui ne pensent pas la même chose que moi, qui n'ont pas le même parcours, pas la même expérience de la vie, pas la même histoire, vers ceux qui n'ont pas voté pour moi, vers ceux qui parfois m'ont combattu.
  140. je veux être le président de tous les Français, qui parlera en leur nom à tous, qui les respectera et qui les aimera tous, qui les unira.
  141. (La majorité présidentielle que) je veux rassembler, c'est une majorité dans laquelle tous les Français, quelles que soient leurs croyances, quelle que soit leur sensibilité, quelles que soient leurs origines, doivent pouvoir se reconnaître, doivent pouvoir retrouver cette part d'eux-mêmes, cette part de leur identité qui leur donne le sentiment qu'ils appartiennent à la même République et que ce qui les unit est plus fort que ce qui les sépare.
  142. (La France est une synthèse, sans cesse recommencée.) je veux faire la synthèse de l'ordre et du mouvement, de l'autorité et de la fraternité, de la liberté et de la justice.
  143. je ne veux pas que la France donne le visage de l'extrémisme. Voilà ce que je dis, voilà ce que je ferai.
  144. je ne veux pas qu'on demande aux enfants d'expier les fautes supposées de leurs pères ?
  145. (C'est la vérité), je ne veux pas de la repentance. (Pourquoi tant de haine ?...)
  146. (C'est cela la France et) je veux que l'on parle de cela. (Pourquoi tant de haine ?...)
  147. je veux tourner définitivement la page de mai 68.
  148. je veux en finir avec cet héritage, avec ce relativisme moral et intellectuel.
  149. je veux dire la vérité sur l'école. (Lorsqu'elle n'arrive plus à remplir son rôle ce n'est pas la question des enseignants, c'est la question de la politique...)
  150. je veux l'école de l'excellence qui tire les enfants vers le haut.
  151. je veux l'école qui tourne le dos à l'égalitarisme, qui permet aux enfants des milieux modestes d'accéder à la promotion sociale, qui aide les enfants à devenir des adultes et non à demeurer de grands enfants. Voilà l'école de la République.
  152. je veux une école qui donne aux enfants le goût de l'effort intellectuel et du travail. Mais si l'enfant n'apprend pas le sens de l'effort à l'école, où l'apprendra-t-il ? (Pourquoi tant de haine ?...)
  153. (Peut-être cette haine vient-elle du fait que) je veux que la police fasse son métier ?
  154. je veux redonner le moral à la France qui travaille.
  155. je veux augmenter le pouvoir d'achat des salaires, parce que ...
  156. ... je ne veux plus qu'il y ait de travailleurs pauvres.
  157. je veux prendre à bras-le-corps le problème des conditions de travail qui amènent tant de travailleurs à la dépression ou au suicide.
  158. (Ce ne sont pas des mots qui me font peur), je veux les affronter parce que derrière, il y a de la souffrance.
  159. je veux protéger les travailleurs contre les délocalisations.
  160. (Je l'affirme), je veux une préférence communautaire.
  161. je veux lutter contre les dumpings et contre la concurrence déloyale.
  162. je veux que l'entreprise qui délocalise rembourse les aides publiques qu'elle a reçues.
  163. je veux que l'impôt sur les sociétés soit plus élevé pour les entreprises qui détruisent des emplois et qui délocalisent, que pour les entreprises qui créent des emplois et qui investissent.
  164. (Ces dernières paieront moins d'impôts sur les bénéfices des sociétés car) je veux redonner la priorité au travail, à l'investissement et à la création d'emploi.
  165. je veux poser ce diagnostic juste.
  166. (Pourquoi tant de haine ? Parce que) je veux moraliser le capitalisme.
  167. je veux en finir avec la pratique détestable des parachutes dorés.
  168. je veux autant de sévérité à l'encontre des patrons voyous qu'à l'encontre des petits voyous.
  169. je veux que les stocks options soient pour tout le monde et pas seulement pour quelques-uns, parce que tous les salariés contribuent à la réussite de l'entreprise
  170. (Oui, j'ai compris pourquoi tant de haine ? Parce que) je veux que chacun puisse transmettre à ses enfants sans droit de succession le fruit d'une vie de travail et d'épargne.
  171. (Parce que) je ne veux pas que l'impôt puisse prendre plus de 50% du revenu.
  172. (Pourquoi tant de haine ? Parce que) je veux instaurer le service minimum dans les transports.
  173. (Parce que) je ne veux plus qu'une minorité puisse prendre la majorité des citoyens en otage.
  174. (Parce que) je veux faire respecter le principe fondamental de la continuité du service public.
  175. je ne veux pas la confiance de ceux qui ne comprennent pas qu'en France le temporel et le spirituel sont séparés. C'est cela la France.
  176. je veux que les pauvres puissent gagner leur vie. C'est toute la différence entre eux et nous.
  177. je ne veux me consacrer qu'à une seule chose : rassembler le peuple français autour d'un nouveau rêve français, celui d'une République fraternelle où chacun trouvera sa place, où personne n'a plus peur de l'autre, où la diversité sera vécue non comme une menace mais comme une richesse.
Bien, rassurez-vous, je vous fais grâce des 625 autres occurrences où Ego Sarko manie le moi, le me, le m', le j', le je dis, je fais, je truc, je machin-chouette, etc.

Si vous ne craignez pas l'indigestion, vous pouvez toujours aller explorer la base de plus de 630 (!) discours du chef rassemblés par Jean Véronis, ou bien vous la jouer institutionnel et aller puiser à la source...

Quoi qu'il en soit, Jean avait parfaitement cerné le problème...


Perso, tous ces JE VEUX qui ne veulent plus rien dire me donnent la nausée, et JE VEUX vous dire, Monsieur le président des français, que vous devriez surtout arrêter de nous prendre pour des cons en alignant tous ces mots, certes avec énormément de conviction, mais dont le seul - gros - défaut est qu'ils ne sont que des coquilles vides.

Et si j'ai titré "grands discours" pour un "petit président", ce n'est certes pas en rapport avec votre taille mais du seul fait qu'à l'évidence vous êtes un président qui veut beaucoup mais qui peut peu ! Car à part le burqa, je ne vois pas trop ce que vous avez réellement réalisé de vos mille promesses fumeuses...

J'imagine que lorsque Edwy Plenel lit des déclarations telles que "je veux redonner à la politique plus de sincérité, plus d’humanité, plus de morale, plus de courage. (La sincérité, je la mettrai au service de la vérité...)", ou "je veux dire (aux français) que si j'ai voulu mettre la morale au cœur du débat politique, je veux aussi la mettre dans le comportement politique.", "je veux la vérité, je refuse le mensonge", il doit s'étrangler (de rire, d'indignation ou des deux).

Et vous qui vous targuez d'être un président moderne (je veux être le Président qui avec vous accomplira une triple révolution ... dont la révolution numérique), sachez que le temps où les politiques pouvaient faire gober ce qu'ils voulaient à la plèbe crédule est révolu, nous sommes désormais au cœur de la société transparente. Et que la transparence s'apparente justement avec le devoir qu'ont nos gouvernants de nous rendre des comptes, aussi bien de ce qu'ils font que de ce qu'ils disent, dès lors qu'ils disent ce qu'ils ne font pas et surtout qu'ils font ce qu'ils ne disent pas. Les anglo-saxons appellent ça l'accountability :
The government continues to increase its ability to look in on citizens, creating an Orwellian-like society that people may find alarming. According to Brin, reciprocal accountability, which is the ability for people to look back at the government and hold it accountable, is key to minimizing undesirable effects and behaviors.
Donc ne vous étonnez pas, Monsieur Sarkozy, si de temps en temps quelqu'un vous demande compte d'autant de promesses jamais tenues ! Du reste vous le dites vous-même : « Comment faire espérer dans une République qui continuerait à tenir si peu ses promesses ? Je ne me résigne pas à ce qui serait un désastre. »

Je ne m'y résigne pas moins que vous, Monsieur Nicolas Sarkozy. Mais le désastre est bien réel, hélas !


Partager sur Facebook

2 commentaires:

Jacques BRILLOT a dit…

Bonjour,
Que voilà un travail de romains réussi et significatif. Compliments.
Cependant, un regret, la difficulté de pouvoir lire, ici et ailleurs, tout ce qui d'écrit d'important.
Comment faire, en dehors de demander aux auteurs d'assortir leur publication de la longueur maximale d'un A 4 ? Cela risque de paraître humiliant pour ceux qui font l'effort pédagogiquement utile d'exposer les tenants et aboutissants de leurs affirmations.
Ayant trouvé votre lien dans un commentaire de Médiapart, il pourrait être bon de vous rapprocher de ce journal numérique d'information.
Salutations cordiales. Jacques Brillot 78380 Bougival
j.brillot@neuf.fr

Jean-Marie Le Ray a dit…

Monsieur Brillot,

Merci pour votre commentaire. Il est impossible de lire tout ce qui s'écrit d'important sur le Web, on y passerait ses journées et ses nuits sans toutefois en faire le tour. Mieux vaut s'en remettre au hasard ! Les internautes lui ont même donné un nom : sérendipité :-)

Jean-Marie