Pages

vendredi 24 juillet 2009

Italie, pacte état-mafia : les négociations


[MàJ - 1er août 2009] Négociation POLITIQUE confirmée...

[MàJ - 25 juillet 2009] Dans le magazine Panorama de cette semaine, Gianluigi Nuzzi (auteur de Vaticano S.p.A.) anticipe en exclusivité ce que représentent les archives de Vito Ciancimino qui confirment les négociations entre l'état et la mafia :


Environ 800 pages manuscrites, plus quelques cassettes vidéo et audio ! Le bout de message ci-dessus dit textuellement :
ayant reçu les pleins pouvoirs pour négocier, j'ai contacté les carabiniers qui me dirent de formuler la proposition suivante : vous livrez à la justice certains des principaux chefs mafieux en cavale et en retour nous vous garantissons de bien traiter les familles...
Signé : Vito Ciancimino
* * *

Je vous ai déjà anticipé l'histoire du "papello", dont la lecture est un préalable indispensable si vous voulez mieux comprendre ce billet, et notamment la partie finale où il est question de Michele Riccio et Luigi Ilardo, mais en ce moment les événements se développent à la vitesse grand V !

Je commencerai en rendant hommage aux magistrats d'un côté (ceux qui n'ont jamais cessé de se battre pour parvenir à la vérité sur ces événements terribles), et aux journalistes de l'autre, dont l'emblème est bien sûr Marco Travaglio, qui répètent inlassablement ces histoires depuis des années, et que l'establishment fait tout pour tourner en dérision, tant à droite qu'à gauche ou au centre (pensez que jusqu'à la fin des années 80 - début des années 90, même la Cassation affirmait que la mafia n'existait pas mais n'était qu'une invention...), histoire de les faire apparaître moins crédibles qu'ils ne sont, pour ne pas dire totalement affabulateurs.

Or voilà que les faits sont en train de leur donner raison, voici que leurs écrits trouvent confirmations dans différents témoignages, qui se recoupent parfaitement et sont trop nombreux et proviennent de sources trop diverses pour qu'on puisse sérieusement nier, aujourd'hui, que ces choses ont bien eu lieu.

D'ailleurs il est frappant de constater qu'une multitude de personnages commencent à retrouver des lambeaux de mémoire, mais seulement parce que, placés de force devant l'évidence, ils ne peuvent plus faire autrement. Voir l'exemple de papounet le débauché qui finit par reconnaître, depuis des mois que ses mensonges à répétition et sa lobotomie informationnelle ne fonctionnent plus, qu'il n'est "pas un saint"...

(J'aurais bien une litanie d'insultes pour le qualifier, mais il est inqualifiable), fermer la parenthèse.

Quant aux zones d'ombre et aux questions qui demeurent, nombreuses, là encore, la première constatation est que rien n'a jamais été éclairci, bien au contraire (je vous parle de plus de 20 ans de dépistages, de mensonges "officiels" et de manipulations à n'en plus finir), juste par volonté délibérée de ne rien éclaircir. Volonté aux plus hauts niveaux, tant il est vrai que dans l'Italie d'aujourd'hui, la vraie mafia c'est la politique...

D'aujourd'hui et d'hier, malheureusement, faisons donc tout notre possible pour que ça ne soit pas aussi "de demain" !

Hier, au sens propre, il s'est passé trois choses extrêmement nouvelles et encourageantes, trois témoignages, deux devant les juges et un devant la presse :
  1. Suite au témoignage de Michele Riccio devant les juges Nino Di Matteo et Antonio Ingroia, qui a dévoilé que Marcello Dell'Utri était le personnage politique que lui avait indiqué Ilardo comme étant le "référent" de la mafia (circonstance qu'il n'avait jamais précisé dans ses rapports parce qu'il n'avait aucune confiance en ses supérieurs, dont Mario Mori), Dell'Utri est à présent officiellement inculpé dans le cadre de cette affaire. Rappelons que l'actuel sénateur Dell'Utri est déjà condamné à 9 ans de prison pour concours extérieur à une association mafieuse, et en attente de son jugement d'appel, dont les juges décideront, le 17 septembre, s'ils versent aussi au dossier les nouveaux éléments apportés par Massimo Ciancimino.

    Mais quoi qu'il en soit, ce sont deux procès parallèles, quand bien même avec de nombreux points de contact. En fait, cette nouvelle affaire est en train de mettre à jour une deuxième négociation, ou si vous préférez la continuation de la première, qui aurait été menée par Bernardo Provenzano alors que Riina était déjà en prison. En effet, si vous regardez la chronologie, vous verrez que la série d'attentats commence APRÈS la capture de Riina par Mori.

    L'autre élément crucial à établir est la date à laquelle a débuté la première négociation. Selon Mori, il aurait rencontré Vito Ciancimino pour la première fois le 5 août 1992, c'est-à-dire après les tueries Falcone et Borsellino (11 morts en deux attentats). Une date contestée d'abord par son second de l'époque, le capitaine De Donno, qui situe le début de la négociation entre l'assassinat de Falcone et celui de Borsellino, durant ces 57 jours qui ont profondément modifié le cours de l'histoire italienne. Une fenêtre temporelle confirmée par Massimo Ciancimino, mais pas seulement, comme nous allons le voir...

  2. Hier, Luciano Violante, ex-magistrat, ex-président de la Chambre des Députés et ex-président de la Commission nationale anti-mafia entre 1992 et 1994, a été entendu par Antonio Ingroia et Roberto Scarpinato à propos de cette négociation "présumée" entre l'état et la mafia. D'après les éléments en possession des juges, Vito Ciancimino aurait souhaité rencontrer Violante en septembre 1992, en lui faisant parvenir la requête par personne interposée - Mori, toujours lui, le brave homme -, mais Violante aurait refusé.

    La nouveauté dévoilée par Massimo Ciancimino, c'est que son père voulait obtenir des garanties, soit de Violante soit de Mancino, dans le cadre des fameuses négociations. Voici donc, 17 ans après, que Violante confirme qu'il a bien été approché par l'intermédiaire de Mori...

    Du reste, Ciancimino père confirma par la suite qu'il avait obtenu les garanties qu'il voulait, donc s'il ne les a pas eues de Violante, suivez mon regard !

  3. 17 ans après (17 ans d'amnésie...), hier encore, Giuseppe Ayala, qui faisait partie du pool antimafia dès les années 80 aux côtés de Falcone et de Borsellino, a déclaré à une journaliste :
    J'ai eu l'occasion de parler avec Nicola Mancino, que j'ai côtoyé au Sénat pendant des années, et il a bien eu une entrevue avec Borsellino le 1er juillet 1992, même si la chose s'est faite totalement par hasard.

    - Mais Mancino a toujours nié cette entrevue...

    Ce n'est pas ce qu'il m'a dit. Il m'a même fait voir son agenda annoté avec la date du RdV. Franchement, je n'ai aucun élément pour interpréter rétrospectivement cette circonstance. Borsellino discutait avec Parisi, le chef de la police de l'époque. Celui-ci dit au nouveau ministre que Borsellino était là et lui demanda s'il voulait le saluer, ce à quoi Mancino répondit : « Mais pensez donc ! ». Il accompagna Borsellino dans son bureau, au milieu d'autres personnes, et lui serra la main. Je ne dispose d'aucun autre élément pour imaginer que le rôle de Mancino fut autre...
Une déclaration qui contredit formellement Martelli, ancien ministre de la justice du gouvernement Craxi (Si parla di una visita di Borsellino a Mancino, nel giorno in cui quest'ultimo si insediava agli Interni al posto di Scotti. Beh, Mancino non ricorda quella visita che, tra l'altro, è strano coincidesse proprio col giorno del suo insediamento. Pare invece che proprio quel primo luglio Borsellino dovesse incontrare il capo della Polizia, Vincenzo Parisi, che però non c'è più e non può far luce su questa vicenda...), soit dit en passant...

La réaction de Salvatore Borsellino, frère de Paolo, ne s'est pas faite attendre, qui se déclare "interdit" par ce qu'il apprend...

Une poignée de main que Mancino n'a jamais reconnu jusqu'à présent, osant même affirmer qu'il ne connaissait pas physiquement Borsellino (c'eût été le seul dans toute l'Italie !), totalement empêtré dans ses mensonges et ses contradictions entre une version et la suivante. Y compris sur l'existence d'une négociation, puisqu'il a déclaré récemment que l'état avait refusé de négocier avec la mafia !

Or paradoxalement, "refuser de négocier" signifie bien que quelqu'un a tenté de négocier... Une déclaration immédiatement reprise par Antonio Ingroia, qui a répliqué « comment l'état a-t-il dit non ? »

Certes, il aurait du mal à l'expliquer, surtout maintenant que l'accumulation d'éléments nouveaux conduit à une seule conclusion : l'état a bien dit oui, et la montée au pouvoir de Berlusconi est étroitement liée au pacte état-mafia, dont nous payons aujourd'hui encore les conséquences.

En attendant les développements ultérieurs, qui ne sauraient tarder...



Partager sur Facebook

P.S. À noter que Totò Riina est interrogé aujourd'hui même par les juges (la fois précédente, c'était il y a 13 ans), à propos de ses récentes déclarations sur l'implication de l'état dans le meurtre de Borsellino : « C'est eux qui l'ont tué... », en confirmant ainsi le triste présage de Paolo Borsellino lui-même : « Quand ils me tueront, et non pas s'ils me tueront, ce ne sera pas seulement la mafia ! (Quando mi ammazzeranno, e non "se" mi ammazzeranno, non sarà stata solo la mafia...) »

J'ai regardé les deux principaux JT de 13h et 13h30' pour voir si l'un des sujets ci-dessus était abordé. Sur RAI 2, rien de rien, pas un mot. Sur RAI 1, juste un service consacré à l'interrogatoire de Riina. Sur Dell'Utri, Violante et Ayala, rien. Sur les télés de Berlusconi, j'ai pas osé...

, , , , , , , , , , ,

2 commentaires:

rizzoli a dit…

Je prépare un site (mafias.fr) à la palce de mon blog http://rizzoli-mafias.over-blog.com/
Il faudrait qu'on s'échange les liens.
Cordialement

Jean-Marie Le Ray a dit…

OK, en attendant j'ai déjà mis le nouveau lien dans mon blogroll :)