Pages

jeudi 16 juillet 2009

IL PAPELLO


[MàJ - 14 octobre 2009] Ça y est !!! Le "papello" a été remis aux juges, un moment HISTORIQUE pour l'Italie, on en reparlera...

(Per chi vuole parlare...)

Suite : Italie, pacte état-mafia : les négociations

[MàJ - 17 juillet 2009, peu après minuit] Il n'est pas encore très clair si les pièces déposées hier (extrêmement sensibles, puisque le cabinet de son avocat a été cambriolé le jour même !) par Massimo Ciancimino comprennent ou non "il papello", nous en saurons probablement davantage dans les jours qui viennent...

En attendant, enquêtes officiellement rouvertes sur la mort des juges Falcone et Borsellino !

* * *

« Il papello », je vous en ai déjà parlé : une simple feuille de papier, au format A4, où serait indiquée une liste de 10 à 12 requêtes signées de la main de Totò Riina.

Une liste de prétentions faites parvenir à l'état italien pour passer un pacte de fer et de sang entre l'état et la mafia, écrites sur un bout de papier qui marque pourtant la transition entre la première république et la deuxième république italiennes, c'est-à-dire entre le déclin de la démocratie chrétienne et du parti socialiste italien d'un côté, respectivement symbolisés par Giulio Andreotti et Bettino Craxi, et l'arrivée politique et la montée en puissance du parti-entreprise de Silvio Berlusconi de l'autre, encore au pouvoir aujourd'hui pour le plus grand malheur de la démocratie.

[ Et pas seulement en Italie si j'en juge par les aspirations de Sarkozy qui semble vouloir faire tout ce qu'il peut pour ressembler chaque jour davantage à son parangon transalpin, sous le regard probablement détourné de sa femme (qui a quelque excuse, puisqu'on sait que l'amour rend aveugle...). D'ailleurs, s'il est vrai qu'on juge aussi les hommes par les modèles qu'ils se choisissent... Bien, fini la parenthèse française ! ]

En Italie, donc, ce pacte état-mafia est aujourd'hui un secret de polichinelle, et Massimo Ciancimino, fils de Don Vito, assure vouloir remettre incessamment sous peu le papier original aux juges italiens. Y en a déjà qui commencent à chier dans leur froc de ce côté des Alpes, et les premières puanteurs qui se font sentir un peu partout ne sont que les prémisses de l'avalanche de merde qui devrait s'abattre sur tout le pays dans les plus brefs délais. Excusez le langage, mais je ne vois pas d'autres termes plus explicites mieux à même de rendre compte de l'actuelle situation.

D'autant plus lorsque Ciancimino fils affirme dans une interview à Repubblica qu'il remettra non seulement "il papello" mais également d'autres documents de son père, qui devaient lui servir à la rédaction d'un livre qu'il n'a jamais écrit.

Il ajoute entre autres un "détail" qui pèse lourd comme une enclume : en 2005, toute cette documentation se trouvait dans le coffre-fort de son domicile de Mondello. Or pendant qu'il était à Paris, les carabiniers firent une perquisition chez lui ... sans toucher au coffre-fort ! Pourtant le même jour, les carabiniers perquisitionnaient également chez Giovanni Lapis, comptable de son père, dont ils ouvrirent le coffre. Un coup je prends, un coup je laisse...

Salvatore Borsellino, frère du juge Paolo Borsellino qui fut assassiné il y a 17 ans presque jour pour jour, selon toute probabilité parce qu'il aurait tout fait pour entraver la finalisation de ce "pacte état-mafia", ne peut s'empêcher d'observer :
Cette histoire me rappelle celle du coffre-fort du général Dalla Chiesa, le "traitement" de l'ordinateur et des agendas électroniques de Giovanni Falcone, le coffre-fort retrouvé vide dans le refuge de Totò Riina, ou encore l'agenda rouge de mon frère qui n'a jamais été retrouvé.
Sur la capture de Totò Riina en janvier 1993, Ciancimino fils révèle explicitement que son père, porte-parole de Provenzano, négocia directement cette capture avec l'état italien, par l'intermédiaire du colonel Mori et du capitaine De Donno, sous l'œil attentif d'un certain "Franco" des services secrets (dont l'omniprésence est un fil rouge ... sang), dernier paravent de l'homme politique italien qui se cachait derrière tout ça. Et dont Ciancimino junior a déjà indiqué le nom aux juges, mais les procès-verbaux sont top secrets, pour l'instant...

Imaginez d'ailleurs la capture de Riina après 23 ans de cavale, on le prend et tout le monde s'en va ! Pas de fouille du repaire (et encore moins du coffre-fort...), laissé libre et sans surveillance pendant 15 jours, juste histoire de donner à la mafia le temps nécessaire pour tout déménager, tout vider. Ils se sont même payés le luxe de repeindre pour effacer traces et empreintes...

Du travail bien fait, digne d'un Victor dans Nikita !

Mais la série "disparition de documents sensibles" ne s'arrête pas là. Car c'est toujours à l'année 2005 que remonte la découverte d'un autre "papello", un bout de page dont le haut a été déchiré où l'on peut lire :
...posizione politica intendo portare il mio contributo (che non sarà di poco) perché questo triste evento non ne abbia a verificarsi. Sono convinto che questo evento onorevole Berlusconi vorrà mettere a disposizione una delle sue reti televisive.

Un morceau de phrase à la syntaxe décousue, où le scripteur dit qu'il aurait apporté son appui, important sans aucun doute, pour que le triste événement n'ait pas lieu (menaces de rapt ou de mort sur le fils aîné de Berlusconi), à condition que celui-ci laisse à la mafia le contrôle d'une de ses chaînes télévisées.

Or cette lettre, saisie en 2005 à Palerme, n'a été officiellement remise au tribunal que le ... 16 juillet 2009 : aujourd'hui !

C'est-à-dire que pendant 4 ans personne n'en a officiellement rien su, et pourtant, imaginez la tempête qu'aurait produite cette découverte dès 2005, déjà en plein gouvernements II et III de ... Silvio Berlusconi !

Une lettre alors entière, qui aurait été écrite par un lieutenant de Riina et aurait passé de main en main selon Ciancimino Junior : de Totò Riina à Bernardo Provenzano, de Provenzano à Vito Ciancimino, de Ciancimino père à Marcello Dell’Utri, de Dell’Utri à Berlusconi. Ces nouvelles révélations ont d'ailleurs été entendues par les juges qui instruisent actuellement le procès d'appel contre Dell’Utri, condamné à plus de 9 ans de prison pour concours mafieux en première instance, et qui se sont réservés de décider le 17 septembre prochain si insérer ou non ces nouveaux éléments (y compris le témoignage du fils Ciancimino) dans le procès d'appel.

En attendant Dell'Utri continue d'être sénateur de la république italienne et il œuvre intensément à la création d'un futur Parti du Sud, une coalition politique qui aurait pour finalité de « défendre les intérêts du Sud de l'Italie », un vieux rêve de la mafia :
...au même moment (1993-1994), en Sicile, dans tout le sud-ouest de la Botte et jusqu'en Calabre, on voyait l'effervescence d'étranges ligues du sud qui, dans le sillage de la Ligue du Nord - il y eut même à Lamezia Terme une réunion avec un représentant de la Ligue du Nord -, visaient la sécession en voulant détacher de l'Italie péninsulaire la Calabre ou la Sicile... De fait, ces mouvements s'appelaient "la Sicile libre, la Calabre libre". Ces ligues fédéraient un peuple interlope, fait non pas de padans féroces, mais plutôt de gens étranges, un peu liés à la mafia, un peu à la 'ndrangheta, un peu à la P2 ; l'un d'eux, le prince Domenico Napoleone Orsini, qui avait des liens avec ces personnages, avait également des liens avec Marcello Dell'Utri.

Nous savons donc que Dell'Utri - chose démontrée par Gioacchino Genchi en analysant les relevés téléphoniques d'appels entrants et sortants, quel hasard ! - avait des contacts directs avec le prince Orsini. Dans un premier temps, Dell'Utri suivait de près l'évolution de ces milieux, justement parce que ce sont des organisations mafieuses, liées à des membres de la P2 et de la subversion d'extrême-droite, qui se fédèrent dès qu'elles sentent l'odeur d'un coup d'état possible, de la naissance d'une nouvelle République, et qu'elles veulent faire peser le poids, une fois de plus, de leur mainmise sur un ou plusieurs nouveaux partis.

Comme Sicilia Libera, parti à la création duquel s'intéressent directement des boss du calibre de Tullio Cannella, Leoluca Bagarella, les frères Graviano ou Giovanni Brusca.

Puis il se passe quelque chose, après la tentative d'assassinat de Costanzo et les attentats évoqués plus haut
(voir chronologie)..., cette stratégie terroriste mise en œuvre par la mafia obtient les résultats escomptés : Riina ne frappe pas au hasard, comme il eut l'occasion de le dire à ses troupes, on fait la guerre pour faire la paix avec l'État.

Une nouvelle paix avec de nouveaux acteurs et de nouveaux contacts politiques, qui, à la différence des précédents, déjà à l'agonie, étaient bien vivants, réactifs, et en mesure de respecter les accords, une fois conclus.

Nous en sommes à l'été 1993, et l'aventure de Forza Italia est déjà décidée : vers avril-mai, Berlusconi annonce à Montanelli qu'il se lance en politique...
Nous sommes là au cœur du nouveau pacte mafia-état italien, dont Riina fut le grand perdant, trahi et livré par Provenzano (pour le compte de qui Vito Ciancimino menait les négociations) en échange d'une "pax mafiosa" durable...

Provenzano qui décida alors de laisser tomber la sécession et de tout miser sur Berlusconi et Forza Italia, comme l'affirmait dès février 1994 Luigi Ilardo, un boss mafieux, "confident" ultra-secret d'un colonel des carabiniers, Michele Riccio, à qui il raconta que Cosa Nostra avait décidé de soutenir le mouvement naissant de Berlusconi dès les élections de mars 1994.

Et Ilardo d'expliquer à Riccio que quelques semaines plus tôt (à cheval sur fin 1993 - début 1994), les "palermitains" avaient organisé une « réunion restreinte » à Caltanissetta avec d'autres chefs mafieux, durant laquelle décision fut prise que les différentes organisations mafieuses sur le territoire national auraient voté pour « Forza Italia », le parti de Berlusconi, qui remporta effectivement les élections. Chaque famille aurait reçu ensuite les informations sur les candidats vers lesquels reporter leurs voix...

L'histoire, et surtout la fin d'Ilardo, sont d'ailleurs très riches d'enseignements :
Le 31 octobre 1995, Ilardo prévient Riccio qu'il doit rencontrer Bernardo Provenzano en personne. Riccio, qui fait maintenant partie du ROS, demande à ses supérieurs d'obtenir les moyens nécessaires pour intervenir. La réponse tombe, laconique, glacée : ne rien faire...
C'est ainsi que Provenzano aurait pu être capturé 11 ans plus tôt, si les commandants Mario Mori et Mauro Obinu n'avaient pas dit NON à Michele Riccio.
  • Ce même Mario Mori qu'on retrouve aux côtés du capitaine Sergio De Caprio alors qu'il ne disposèrent aucune perquisition ni aucune planque au refuge de Riina après que celui-ci ait été arrêté, le 15 janvier 1993...

  • Ce même Mario Mori qu'on retrouve aux côtés du capitaine De Donno alors qu'il négociait, entre autres, la capture de Riina avec Vito Ciancimino, selon les déclarations du fils, et « l'un des médiateurs » du pacte état-mafia selon Giovanni Brusca...

  • Ce même Mario Mori qui fut reconnu - alors qu'il n'aurait pas été censé l'être - par Ilardo, lors de la réunion secrète organisée le 2 mai 1996 à Rome pour décider de son avenir comme collaborateur de justice, entre les juges Caselli (Palerme), Tinebra (Caltanissetta) et le général Mori, qui avait pris du galon entre temps. Ilardo entre dans la pièce, il voit Mori, se dirige vers lui et, sans même le saluer, il lui dit : « Colonel, sachez que les massacres que nous avons commis, c'est vous, c'est l'État qui nous les avez commissionnés. » Grand moment de silence et de gêne, puis Mori, sans rien dire, tourne les talons et s'en va.

    Lors de cette réunion, le premier interrogatoire d'Ilardo est fixé au 15 mai. Celui-ci décide alors de rentrer une semaine chez lui pour prévenir sa famille de sa décision de collaborer, ce qui l'obligera à rester loin de la Sicile. Le 10 mai, Ilardo et Riccio se rencontrent une dernière fois à l'aéroport de Catane. Quelques heures plus tard, à 21h30, il est assassiné par deux tueurs devant chez lui.

    Il ne se présentera jamais à l'interrogatoire du 15 mai.
Mario Mori, commandant, colonel, général, préfet, chef des services secrets, etc. ; Marcello Dell'Utri, co-fondateur du parti politique de Berlusconi, bibliophile, sénateur ; Silvio Berlusconi, homme le plus puissant d'Italie, actuel chef du gouvernement, etc. : voilà un bel échantillon des hommes qui gouvernent gangrènent le pays aujourd'hui.

Et après on s'étonne que l'Italie pourrisse à petits feux...


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: