Pages

samedi 4 juillet 2009

134 milliards de dollars - Hal Turner

134 MILLIARDS DE DOLLARS - CHRONOLOGIE INVERSÉE

XXI. 134 milliards de dollars - LE PROCÈS - I (1er décembre 2011)
XX. 134 milliards de dollars - Affaire relancée (26 novembre 2011)
XIX. Exclusivité mondiale Adscriptor ! 134 milliards de dollars : procès civil n° 8500 aux US (24 novembre 2011)
XVIII. Exclu Adscriptor : Monsieur Yin & Monsieur Yang (xyz milliards de dollars) (10 avril 2011)
(Version anglaise) [Exclusive]: Mr. Yin & Mr. Yang (+200 billion dollars more...) (April 10, 2011)
XVII. 134 milliards de dollars - l'affaire évoquée dans les Statelogs de Wikileaks ! (28 novembre 2010)
XVI. 134 milliards de dollars - l'opération Lys d'Or et le Traité de Versailles ! (2 octobre 2010)
XV. 134 milliards de dollars - épilogue ... "officiel" (24 mai 2010)
XIV. xyz ... milliards de dollars : conférence de presse (22 septembre 2009)
XIII. 314,5 milliards de dollars : la piste russe ! (21 septembre 2009)
XII. 180 milliards de dollars (19 septembre 2009)
XI. 134 milliards de dollars - Autre saisie ! (18 septembre 2009)

Résumé de l'affaire (5 septembre 2009)

X. 134 milliards de dollars - Interrogation parlementaire (3 août 2009)
IX. 134 milliards de dollars - Ordre exécutif 11110 (15 juillet 2009)
VIII. 134 milliards de dollars - Dragon Family (6 juillet 2009)
VII. 134 milliards de dollars - Hal Turner (4 juillet 2009)
VI. 134 milliards de dollars - le mystère continue ! (30 juin 2009)
V. 134 milliards de dollars - les comptes ne tournent pas rond ! (24 juin 2009)
IV. 134 milliards de dollars - les mystères de l'information (16 juin 2009)
III. 134 milliards de dollars - trop gros pour être faux (14 juin 2009)
II. 134 milliards de dollars - suite (10 juin 2009)
I. 134 milliards de dollars (8 juin 2009)

* * *

Préambule.

Pour celles et ceux qui connaissent Adscriptor, et pour celles et ceux qui ne connaissent pas, vous savez qu'en général, lorsque je m'empare d'un sujet, j'essaie de faire le tour. C'est ce que je tente de faire depuis 2005 avec Google, les noms de domaine, l'ICANN, la traduction, l'écriture Web, le référencement, Facebook, les réseaux sociaux, le Web 2.0, l'impossible fusion Microsoft-Yahoo!, Internet, et plus récemment, les révolutions des médias et de l'information avec le blogging, le journalisme, le naming, les nuages sémantiques, etc., sans oublier l'Italie...

Le moteur essentiel de ma curiosité est mon profond désir de comprendre les choses. J'ai horreur de ne pas comprendre ce qui se passe autour de moi.

Or ces "choses" étant de plus en plus complexes, imbriquées, interdépendantes, "métastatiques", il devient totalement impossible de les aborder sous un seul angle, d'où l'effort constant que je mène pour tenter de multiplier les approches, les analyses, de prendre en considération différents points de vue, de m'informer, etc.

En parallèle, il m'arrive de temps en temps de me heurter à des sujets qui ne me sont pas familiers : hier ce fut le droit avec l'affaire Martinez, aujourd'hui c'est la finance mondiale avec cette histoire des 134 milliards de dollars...

Or hier comme aujourd'hui je me heurte à "ceux qui savent", aux orthodoxes, aux tenants de la "vérité" : hier ce fut avec le très hautain et dédaigneux Eolas, aujourd'hui c'est avec un digne représentant de la catégorie "idiots utiles".

Personnellement, j'appelle ces gens-là les "compétents" (en deux mots et avec quelques fautes d'orthographe...), pour qui le monde se divise entre celles et ceux qui savent d'un côté, celles et ceux qui ne savent pas de l'autre, mais qui ne semblent pas envisager un seul instant la possibilité que celles et ceux qui ne savent pas pourraient, je dis bien "pourraient", être tentés de mobiliser leur intelligence (oui, je sais, le mot est fort, mais que voulez-vous !?) et les atouts à leur disposition (sauf à croire que celles et ceux qui ne savent pas en seraient privés à tout jamais...) pour essayer de COMPRENDRE les choses.

Or étymologiquement, comprendre c'est "saisir ensemble", par l'intelligence, par la pensée, la compréhension c'est l'action intellectuelle de saisir ENSEMBLE.

J'insiste sur ENSEMBLE, car pour moi cela suppose que "celles et ceux qui savent" doivent interagir avec "celles et ceux qui ne savent pas" au cœur d'une dialectique. Ce qui n'est pas le cas lorsqu'un Eolas réplique à ce billet (qui répondait à celui-ci) en attaquant ainsi :
Je ne pensais pas pouvoir y répondre rapidement vu sa longueur, mais en fait, il s'avère que la partie argumentative, au demeurant intéressante, peut se résumer aisément, le reste n'étant que des scories atrabilaires contre le droit, accusé d'être contraire au “bon sens”, comprendre celui de Jean-Marie Le Ray, ou votre serviteur, accusé de n'être qu'un valet dudit droit. L'auteur me pardonnera de passer rapidement sur ces paragraphes qui n'ont d'autre intérêt que lui permettre de passer ses nerfs, et lui conseiller amicalement de se relire et élaguer la prochaine fois avant de poster, par respect pour son lectorat et surtout son interlocuteur, faute de quoi ce dialogue risque de terminer prématurément.
et en concluant sur cette gentillesse :
Qu'il suffise de se rappeler que le droit s'apprend à l'université, et le bon sens, au bistro.
Certes ! Sauf que cette morgue évite surtout de répondre aux questions (à ce jour ma riposte est restée sans réponse et ma question de même), quand bien même mon simple "bon sens" a fini par triompher puisque la Cour d'appel a donné raison à Fuzz...

Or aujourd'hui me voici confronté à cet autre idiot utile, je cite (en graissant ce qui me choque le plus) :
Bien entendu, dans cette affaire, on retrouve les inévitables idiots inutiles habituels tels que le Leap et autres blogueurs dans la même mouvance. (...)

La désinformation a été bien organisée puisqu’on pouvait même voir la reproduction d’un document signé de B-2 (Ben Bernanke) et de Ferguson vice président de la Fed certifiant l’authenticité de bons du trésor détenus par un citoyen singapourien qui se trouvaient sur le compte d’une banque (sans support papier bien entendu).

Le jeudi 18 juin, le blogueur de référence (!) a quand même fait part de la réalité (cliquer ici pour lire le billet) : les $134 milliards n’étaient que des imitations de… faux bons !

Dans cette affaire, les douaniers italiens, qui dépendent du ministère des Finances, ont montré leur totale incompétence : aucun de ces fonctionnaires ne sait que les valeurs mobilières sont dématérialisées depuis plusieurs décennies partout dans le monde !
Dixit le compétent !

Hier Eolas et sa clique m'accusaient de ne rien comprendre au droit et par conséquent m'autorisaient tout juste à fermer ma gueule, aujourd'hui je me retrouve promu "blogueur de référence dans la mouvance du LEAP en charge d'organiser la désinformation" !!!

Donc avant que quelqu'un ne m'accuse en plus de faire de la propagande pour le LEAP, il serait bon de savoir que je n'en avais jamais entendu parler avant le 10 juin !

Mais d'où sortent ces gens-là !? C'est d'autant plus inquiétant que si celles et ceux qui savent ont des raisonnements aussi tordus (et je modère mon élocution), où tout ce beau monde conduira-t-il le troupeau de celles et ceux qui ne savent pas ?

La réponse est dans l'intitulé : $134 milliards d’idiots inutiles, un titre odieux qui respire un je ne sais quoi d'euthanasie (ce qui est inutile ne servant à rien par définition, la seule chose à faire est de s'en débarrasser...), autrement dit on met d'une part celles et ceux qui savent, les eugéniques bon ton, et de l'autre, pour le bétail du petit peuple, c'est direction l'abattoir.

* * *

Bon. Voilà qui est dit. On ne recommandera jamais assez aux compétents de peser leurs mots dès qu'ils sortent des sentiers battus des seuls domaines qu'ils maîtrisent...

Et si je l'ai dit, c'est parce que je sais qu'en consacrant à présent un billet à Hal Turner, je risquerais de m'attirer les foudres de celles et ceux qui savent. Donc autant prendre les devants.

Maintenant, si celles et ceux qui savent sont disposés à laisser tomber leurs stéréotypes et leurs raisonnements formatés pour expliquer à l'assemblée des Madame et Monsieur Tout-le-monde ce qui se passe, on pourra dialoguer. Sinon qu'ils soient définitivement assurés que je les emmerde profondément. Je ne connais rien à la finance mondiale, j'ignore tout des acteurs de la finance, je ne suis à la traîne d'aucune mouvance, et si je tente d'expliquer quelque chose dans mes billets, c'est d'abord pour me l'expliquer à moi-même.

Écrire sert à poser la réflexion, à mettre de l'ordre dans les arguments, en les liant si possible par une logique. Donc ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, sans quoi vous vous exposeriez à une réaction - parfois violente - de ma part. J'ai découvert cette affaire par le plus grand des hasards, et c'est parce que je la trouve entourée de curieux mystères et de non-dits encore plus curieux que j'aimerais faire le tour de la question. Rien de plus, rien de moins.

J'ai reçu hier le courriel d'un lecteur qui dit ceci : - « Hal Turner n’était-il pas la personne qui a publié les chiffres non maquillés du stress test des banques US une semaine avant la parution officielle ? »

Ma réponse : - « À vrai dire, je n'en sais absolument rien, je vais vérifier. Merci de me l'avoir signalé :) »

Donc, comme pour le LEAP, avant d'aborder cette affaire, je n'avais jamais entendu parler d'Hal Turner, j'ignorais tout de l'Amero, des fuites sur les "stress tests" et ainsi de suite.

Par contre j'ai été très fortement surpris, et frappé, de constater un élément important :
la révélation de Turner - qu'il a été le SEUL à faire - sur les connexions entre les deux japonais et le Ministère japonais des Finances a été corroborée à quelques jours de distance À PARTIR D'AUTRES SOURCES, d'abord par AsiaNews puis par deux journaux économiques aussi sérieux qu'Italia Oggi et Milano Finanza...
Mon autre surprise vient du fait qu'une source a priori crédible cite l'histoire de l'Amero (dont j'ignorais absolument tout, dois-je le préciser ?).

Donc sans qu'on ne m'accuse d'une quelconque "conspiration" (autre parallèle avec l'affaire Martinez, puisque selon Authueil, je ferais "un très bon conspirationniste"), la première chose qui me saute aux yeux dans toute cette histoire, de l'Amero aux 134,5 milliards de dollars saisis par les italiens, des 134,5 milliards de dollars du TARP aux stress tests, c'est que tout tourne autour du Dollar comme monnaie de réserve mondiale.

Or c'est là où les gens sont complètement largués. Moi le premier.

Et c'est là où celles et ceux qui savent devraient prendre leur plus belle plume pour expliquer avec les mots de celles et ceux qui ne savent pas ce qui se passe à celles et ceux qui ne savent pas !

Me fais-je bien comprendre ? C'est là, selon moi, où le journalisme traditionnel est coupable de ne pas informer, ou peu, ou mal, de ne pas proposer d'analyses de fond, en préférant pratiquer le copier-coller bête et méchant de dépêches pleines d'erreurs plutôt que d'essayer de tracer un tableau d'ensemble à l'usage de leur lectorat :
- Quelle est la signification du Dollar comme monnaie de référence dans le monde d'aujourd'hui ?
- Comment fonctionne le système de la Dette US ?
- Quelles sont les conséquences dans la vie quotidienne des gens ?
- Que se passerait-il si ce système s'effondrait ?
- Comment évaluer les éléments confluant vers une baisse de confiance dans le dollar ?
- Comment évaluer les cataclysmes économiques qui se succèdent ? Le système financier en péril ? L'écroulement du système des assurances et des banques ? Sont-elles en bonne ou en mauvaise santé ? Le TARP ? Les fraudes au TARP ? Les "stress tests" ? Les mensonges du Trésor américain ?
- Quelles sont les conséquences dans la vie quotidienne des gens ?
- Est-il totalement impossible de trouver un remplaçant au dollar comme monnaie de réserve mondiale ? Pourquoi oui ? Pourquoi non ? Pourquoi peut-être ? Quelles échéances ? Quelle est l'histoire des DTS du FMI ? Comment cela s'inscrit-il dans le panorama général ?
- Quelles seraient les conséquences de tout ce qui précède dans la vie quotidienne des gens ?
- Comment comprendre l'histoire des 134 milliards de dollars saisis ? Pourquoi tant de choses qui ne cadrent pas dans cette affaire ? Pourquoi tant de mystères ? Pourquoi l'information ne fait-elle pas son travail ?
- Etc., etc., j'en passe et des meilleures...
Ça fait quand même beaucoup de choses que les gens ignorent et auxquelles nous ne comprenons rien parce que personne ne nous les explique CLAIREMENT, vous ne trouvez pas ? Car entre ceux qui s'interrogent, est-ce la mort du dollar ?, et ceux qui affirment, non, le dollar n'est pas mort !, qui croire, et pourquoi ?

Mais revenons-en à Hal Turner ! J'ai retrouvé le coup de fil dont parle AsiaNews, et que Turner a passé depuis la prison, dans lequel il déclare que son arrestation est à 100% de nature politique, liée à ses prévisions sur le déclin du dollar...

Le voici :



Le passage en question est entre 7'45" et 8'15". Et de fait, le 28 mai, il publiait sur son blog $99 TRILLION U.S. DEBT!, reprenant cet article sur les gros doutes des chinois à propos de la politique monétaire américaine, et le 1er juin un billet intitulé : Panic selling of the U.S. Dollar.

Son blog n'est plus en ligne, mais on trouve encore une version cache du billet sur Google, profitez-en tant que c'est disponible...


Voici le texte :
Monday, June 01, 2009
Panic selling of U.S. Dollar

Panic selling of the U.S. Dollar has begun in overseas markets and massive interest spikes are now hitting U.S. Treasury long-term bonds.

On Friday, the Federal Reserve has leaked information to several media outlets saying they are "puzzled" by a sudden, sharp spike in long term Treasury interest rates.

The Federal Reserve leaked to CNBC's Steve Liesman on Friday that they weren't targeting long rates. Why such a leak? Because the Fed did not want to appear impotent in controlling the long rate. So they put out the word through Liesman that they weren't targeting the long rate.

Can you imagine what would happen to the markets if it sensed long rates were beyond the control of the Fed? That is exactly what is happening right now. The Fed has, in fact, lost control of the long rates because no one around the world trusts the US Government will actually pay back what they are presently borrowing.

Look at the facts:

The U.S. Treasury must sell a record net $2 trillion in new debt in 2009 to fund a $1.8 trillion projected fiscal deficit, resulting from falling tax revenues, an economic stimulus package and sundry bank bailouts.

Investors worry this could erode the United States' cherished triple-A sovereign credit rating when Standard and Poors's on May 21 revised its outlook for Britain's triple-A status to negative from stable, blaming higher government debt.

The International Monetary Fund estimates that gross U.S. debt will reach 97.5 percent of the country's GDP in 2010, which is mathematically, "unserviceable." It simply cannot be paid back. There's no magic to this; it's straight math.

Investors are worried about the deterioration in the U.S. fiscal outlook, or the potential for a collapse in the U.S. dollar as the Fed floods the world with newly minted currency as part of its quantitative easing program. As such, they are bailing out of long term Treasuries.

In order to fund those long term Treasuries, the US Government must offer investors much higher interest rates. In fact, investors are demanding record high interest rates.

It's the Chinese, and other Treasury bond buyers who follow the markets, who have pulled away, to varying degrees from buying Treasury long securities. No one wants to be the last one holding bonds, where the new debt about to be issued is in the trillions.

China, the largest foreign holder of U.S. Treasury debt, has decided to refocus its portfolio by leaning more heavily on shorter-term maturities.

The Fed didn't want to spook the world into thinking that it can't push long term rates down, so it leaked a story saying it is not trying. But as interest rates continue to climb for long term Treasuries, a panic out of long term Treasury securities is developing and will strike with an absolute vengeance this week.

The end of the current financial system, as we know it, is imminent. If you would have asked me even two weeks ago if collapse was imminent, I would have said it was highly unlikely, now I am saying it is not only possible, it is taking place.

Fed Chairman Ben Bernanke may be able to patch things up short-term, if he is lucky, but long term the U.S. financial structure is in serious trouble. There is just too much Treasury debt that needs to be raised. An international panic out of Treasury securities is taking place right now. Overseas markets are proving this.

The Fed will be have to be the major buyer as people worldwide dump Treasuries and the Dollar. This will ultimately mean record inflation; the likes of Zimbabwe which saw 231 Million percent annual inflation last July.

And keep this in mind, we have never seen a collapse of a currency like the dollar. Even the Wiemar Republic inflation which gave rise to Hitler can not serve as an example. Since the dollar is the reserve currency of most of the world, a panic out of the dollar means more dollars will return to U.S shores than any country has ever experienced.

Other countries have had collapsed currencies, but never in the history of world of finance has so much currency been held outside a country of issue that could come flying back, almost on a moments notice.

Panic out of the dollar has begun. Even if Bernanke stops printing money (unlikely), all the dollars flying back into the U.S. will cause a huge price inflation all on its own.

Those holding long-term Treasury notes will find them worthless, probably by the end of this summer. . . . . if the system lasts that long, which is no longer guaranteed.

It appears those who do not get out now will lose everything.

There is no stopping it.
Le lendemain il publiait le fameux billet où il menaçait de mort trois juges (coupables, selon lui, d'avoir débouté le puissant lobby des fabricants d'armes US), ce qui a officiellement conduit à son emprisonnement le 3 juin, selon des modalités pour le moins bizarres :
North Bergen, NJ (TRN) -- At about 4:00 this afternoon, Hal received a call from the North Bergen Police telling him to go to the Police Station because they had received a tip from a credible source about a death threat made against him and they needed to talk. He arrived at the station at about 4:10 and was arrested at 4:15. It seems that the state of Connecticut issued a warrant for his arrest for making "Harassing Communications". There is no other information available at this time.
Autres détails ici. Après quoi il a été relâché, puis arrêté de nouveau (après avoir publié son billet sur les titres saisis...), et les juges ne lui ont même pas accordé la possibilité d'être libéré sous caution... Il est à présent dans l'attente d'être transféré à Chicago, et risque jusqu'à 20 ans de prison !

Turner est-il allé trop loin ? C'est évident. Mais risquer jusqu'à 20 ans de taule pour de "simples" menaces, ça me semble quand même excessif...

Donc qu'il s'agisse d'un membre de l'extrême droite américaine convaincu de la suprématie de la race blanche, aujourd'hui considéré comme un ennemi public en Amérique, c'est une chose.

Mais qu'il puisse disposer par ailleurs d'excellentes sources, c'en est une autre.

Lors de la fuite des "stress tests" (texte intégral du billet ici !), certains ont manifesté un avis dans le sillage de notre business économiste préféré, d'autres ont eu des réactions plus modérées, en signalant d'une part que le Trésor aussi avait menti, et en insistant de l'autre sur la certitude que Turner disposait de bonnes sources... En réalité, en l'espace de quelques jours il a mis en ligne deux rapports confidentiels : celui-ci (voir ici, publié le 12 avril), et celui-là (voir , publié le 25 mai).

Du reste Turner est probablement aussi un informateur sur le livre de paie du FBI, comme semble le prouver la teneur de cet échange de courriels intercepté entre lui et Stephen Haug, un agent du FBI. Je suis surtout frappé par cette phrase (sic!) :
Thank God some of the Marines at the White House feed me info. You'd be shocked what they hear standing there opening doors all day.

« Dieu merci, des Marines en service à la Maison Blanche m'informent. Vous n'avez pas idée de ce qu'ils réussissent à capter par les portes ouvertes pendant qu'ils font les plantons... »

En conclusion, il est évident que le personnage peut compter sur un réseau d'informateurs de bon niveau, le fait qu'il ait annoncé avant tout le monde que les hommes arrêtés puis relâchés en Italie étaient liés au Ministère japonais des finances le démontre !

Certes, nous n'avons encore aucune certitude "officielle" de cette circonstance, mais je ne vois aujourd'hui aucune raison justifiée de douter de TROIS autres sources aussi sérieuses qu'AsiaNews, Italia Oggi et Milano Finanza...

Qui disent la même chose que Turner ! Troublant, n'est-ce pas ? Indépendamment de la moralité du personnage...

Enfin, pour conclure, ceux qui savent affirment que le dollar est bien vivant, que les besoins en liquidités des Banques US diminuent toujours et encore, en somme que tout est plus que parfait, ouf !

Ainsi rassurés de vivre dans le meilleur des mondes, je me joins volontiers à celles et ceux qui ne savent pas pour remercier chaudement celles et ceux qui savent.

Que ferions-nous sans vous ?


Partager sur Facebook

P.S. À propos de sa liberté sous caution, dans le dernier message qu'il a pu faire parvenir à ses lecteurs, daté du 29 juin, Turner disait ceci :
As a part of the arrangement to get me bailed out, I have to shut off the Turner Radio Network Web Server and I have to stop doing the Hal Turner Show. I also can't be on the internet, on the radio, or any of that stuff. Maybe, at some point in the future, we'll be able to modify these terms; but for now, the stuff all has to get shut off.
En clair, l'accord pour sa mise en liberté sous caution prévoyait entre autres la mise hors ligne de son blog et de son site radio. Effectivement, ils ne sont plus accessibles, mais lui est toujours en prison. Et même ce billet a été mis hors ligne.

Il terminait son message par ces mots : « Hopefully, I’ll be bailed out on Monday or Tuesday. » L'audience n'a pas pu avoir lieu pour une panne de courant au Tribunal...

Donc apparemment les nouveaux accords sont : silence total, sans aucune contrepartie !

* * *

Et puisque j'y suis, fasciné par les mots, je ne peux m'empêcher d'observer l'étrange coïncidence entre "bail out" (la mise en liberté sous caution tant espérée par Turner), et "bailout", le gigantesque plan de sauvetage bancaire américain, ou de renflouement, pour mieux dire, or cela suffira-t-il pour remettre l'économie mondiale à flot ? Là est la question...


, , , , , , , ,

4 commentaires:

Loran Bernardi a dit…

Bonjour Adscriptor,

merci pour ce billet,

l'idiot utile, insulte tout le monde, ne vous formalisez pas!

Quand aux milliards, c'est vrai que cette histoire est bizarre...

Courage!

Michel Volle a dit…

Mais que diable dit-elle, cette f... documentation bancaire ?

Jean-Marie Le Ray a dit…

Michel,

Ce que dit la doc bancaire, nous n'en savons rien, sauf qu'elle accompagne les titres et qu'elle est originale.
Dixit les douaniers.
Or dire a priori des douaniers italiens qu'ils sont totalement incompétents, c'est dire une grosse connerie...

Jean-Marie

skunked a dit…

Merci pour l'enorme travail de digestion que vous faites pour nous. Juste une remarque : si vous etiez vraiment un conspirationiste, vous ne demanderiez pas à ceux qui "savent" de vous eclairer, où alors ça s'appelle faire intelligemment l'innocent ;)