Pages

mercredi 28 octobre 2009

IL FATTO fait l'événement !


Arrivée fracassante d'un nouveau quotidien dans la presse italienne, qui se classe d'emblée dans le Top 10 de la PQI : IL FATTO QUOTIDIANO.

LE FAIT QUOTIDIEN. Traduit littéralement.

Né sous l'égide de deux des plus grands noms du journalisme italien, si ce n'est les plus grands : Indro Montanelli et Enzo Biagi. Qui eurent en commun d'avoir fait l'objet de l'attention la censure de Silvio Berlusconi...

Comme l'explique si bien son directeur, Antonio Padellaro, dans l'éditorial du premier numéro, paru le mercredi 23 septembre 2009, intitulé « Linea politica: la Costituzione »

Extraits :
On nous demande : quelle sera votre ligne politique ? Nous répondons : la Constitution de la République Italienne. Rien de rhétorique là-dedans, juste le constat d'une réalité dramatique. Prenez le principe de légalité consacré par l'article 1. Qu'y a-t-il de plus révolutionnaire dans un pays où chaque jour la loi est "ajustée" aux caprices de l'empereur et de ses courtisans ? Et encore, l'article 21, qui dispose que l'information ne peut être soumise à aucune autorisation ni censure ?...

On nous demande : quel besoin y avait-il de donner naissance à un nouveau journal ? Et bien nous avons tellement ressenti ce besoin que nous y avons investi notre travail et nos économies. Lorsque Indro Montanelli fut contraint de quitter "Il Giornale" qu'il avait créé pour fonder "La Voce", il raconte qu'il se jura à lui-même : « Plus jamais de patron ». Il en avait assez des porte-voix au service de Berlusconi. Nous aussi, aujourd'hui, pouvons dire que nous n'avons pas de patron.

La propriété du journal est divisée en quote-parts égales entre un petit groupe d'associés dont le seul but est de garantir l'indépendance du journal et de joindre les deux bouts. Autant de petits actionnaires auxquels nombreux sont celles et ceux qui veulent se joindre pour nous aider. Nous ne sommes pas riches, mais jamais nous ne demanderons un seul euro de subvention à l'État ou aux partis politiques. Trente mille personnes nous ont déjà soutenu dans notre choix grâce à leurs pré-abonnements. Un test de confiance sans précédent, vu qu'ils ont dû attendre aujourd'hui pour voir le premier numéro. Merci à eux.

IL FATTO sera un journal d'opposition. À Berlusconi, bien sûr, (...) mais pas seulement...

Nous l'avons intitulé ainsi en mémoire d'Enzo Biagi, qui nous a appris à distinguer les faits des opinions. Un grand journaliste et un homme honnête, expurgé, comme Montanelli, de la compagnie des serviles et des médiocres. Que leur courage nous rende courageux...
Donc dès le premier numéro, tiré à 100000 exemplaires et épuisé dans l'heure qui a suivi, le journal pouvait déjà compter sur 30000 pré-abonnements payants.

Un phénomène éditorial particulièrement intéressant à l'heure du Web, dont j'avais déjà parlé dès le 9 juin sur Médiachroniques :
Bonjour,

Je voudrais vous parler d'un nouveau journal sur le point de naître en Italie, qui s'appellera Il Fatto (le fait, littéralement, ou l'événement, transposé en langage journalistique), en hommage à Enzo Biagi, un grand nom du journaliste italien qui avait une émission quotidienne homonyme et qui fut brutalement viré par Berlusconi malgré plus d'un demi-siècle d'un professionnalisme de premier plan.
La naissance de ce journal, annoncée il y a moins de deux semaines, enregistre déjà 20000 pré-abonnements!
Une telle demande est le signe évident qu'en Italie, les gens sont vraiment affamés et assoiffés d'information saine, pour un journal qui sortira sur papier et sera naturellement décliné aussi sur le Web.
C'est une expérience passionnante, en contre-tendance totale avec tout ce qui se passe dans la presse en ce moment, et un peu dans tous les pays, et au moment voulu je ferai un billet sur mon blog pour la partager avec un lectorat francophone.
Mais en attendant, j'aimerais bien savoir ce que cette histoire vous inspire...
À vrai dire, je n'ai eu aucune réponse...

Mais peu importe. Même s'il y a eu quelques réactions en France pour souligner l'arrivée de ce nouveau confrère.

Dans le numéro 17 du dimanche 11 octobre 2009, Antonio Padellaro nous donnait quelques stats sur les trois premières semaines de publication : 100000 exemplaires vendus en moyenne, plus 36000 abonnements, 13000 par la poste et 23000 directement sur Internet.

Pour un journal qui prévoyait l'équilibre à 10-12000 expemplaires/jour, c'est évidemment un énorme succès. Même si Padellaro s'empresse d'ajouter "ce sont des chiffres qui suscitent l'enthousiasme, mais nous devons les interpréter avec une extrême prudence (effet nouveauté)". Une semaine plus tard, il déclarait dans une interview :
Notre moyenne journalière est à 85000 exemplaires, avec des pointes à 115000 lorsque l'actu s'y prête. Pour autant, j'exclus totalement que notre journal soit un quotidien à 100000 exemplaires/jour. Si on pense que notre point d'équilibre est à 10000/jours, j'irais en pèlerinage pour consolider ne serait-ce que la moitié de ces ventes. Sans compter nos 42000 abonnements actuels.
Il faudra bien sûr revoir ces chiffres dans les mois qui viennent pour suivre leur progression, mais en attendant la courbe des abonnements ne faiblit pas : de 20000 préabonnements en juin, à 36000 en septembre, qui grimpent à 42000 entre le 11 et le 17 octobre (date de l'interview) !

Donc comme je le disais, tout cela est clairement « le signe évident qu'en Italie, les gens sont vraiment affamés et assoiffés d'information saine », une tendance qui va de pair avec leur lassitude, pour ne pas dire plus, vis-à-vis de la mauvaise information et des mauvais journalistes, jugés par pratiquement plus de la moitié de la population comme des menteurs, peu ou pas du tout informés, mal ou très mal préparés, pas indépendants, partiaux et corrompus...

La totale !

Enfin, compte tenu de ce qui précède, il est clair que l'arrivée de ce nouveau journal remet à plat les (dés)équilibres de la presse en Italie, largement dopée par les subventions. Dans son numéro d'aujourd'hui, en page 5, IL FATTO fait le point sur les subventions de l'État, dont la note globale s'élève à plus de 200 millions d'euros pour le contribuable italien !


Avec le premier journal subventionné, Libero, qui encaisse presque 8 millions d'euros de subsides, alors qu'en kiosque il est talonné par IL FATTO dans le top 10 de la presse quotidienne italienne (hors journaux sportifs), selon les derniers chiffres disponibles (juillet) :


Les quatre colonnes représentant, dans l'ordre, le tirage moyen, la diffusion moyenne, les invendus et le total des ventes.

Donc longue vie à ce nouveau journal, dont je peux me vanter d'avoir été parmi les tout premiers à souscrire un pré-abonnement. :-)


En tout cas une expérience à méditer aussi pour le journalisme français (Médiapart, Rue89 ?), et pas seulement...


Partager sur Facebook

P.S. Je signale pour être précis que le journal fait 20 pages (avec en moyenne deux de pub), et qu'il ne sort que 6 jours par semaine (pas de parution le lundi), vu l'équipe réduite à l'os...

Tous les soirs, entre 22h et minuit, je télécharge ma version PDF de l'édition du lendemain.

Enfin, pour donner un ordre d'idée, Backchich va déposer son bilan car ils ne vendent que 20 000 exemplaires au lieu des 30 000 nécessaires :
Lancé il y a bientôt deux mois, l'hebdomadaire, qui visait un seuil d'équilibre de 30 000 exemplaires, semblait avoir atteint un rythme de croisière de 20 000 copies.
Hebdomadaire vs. quotidien, mais quand même...

, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: