Pages

vendredi 9 juillet 2010

Italie : la grande, grande, grande réforme de la justice


Lire ce billet sur l'Observatoire des médias, de Gilles Bruno...

[MàJ - 10 juillet 2010] Déclaration de Berlusconi ce matin, qui persiste et signe : « La liberté de la presse n’est pas un droit absolu »… Et d'ajouter : « La presse gauchiste bâillonne la vérité. » ! Comme si la vérité ou la liberté étaient de gauche ou de droite...

* * *

Troisième partie de la série « Pourquoi l'Italie de Berlusconi est-elle un danger pour l'Europe ?», le premier étant consacré à la démocratie, le second à l'environnement, et ce dernier à la justice.

I. Pourquoi cette "réforme de la justice" ?
II. Bâillonner la presse, ça presse !


Aujourd'hui, vendredi 9 juillet 2010, la plupart des titres de presse n'ont pas été publiés au motif d'une grève nationale des journalistes italiens contre la Loi-bâillon : en silence aujourd'hui, pour pouvoir parler demain.


De quoi s'agit-il ? C'est difficile à expliquer en deux mots, d'autant plus que cette "loi" s'inscrit dans une stratégie globale dont le but ultime est d'assurer une immunité-impunité totale à Berlusconi et à ses ministres.

I. Pourquoi cette "réforme de la justice" ?

Une stratégie globale qui concerne la "grande, grande, grande réforme de la justice" voulue et annoncée par Silvio Berlusconi, à faire en deux temps :
  1. La Loi-bâillon
  2. La réforme constitutionnelle pour protéger définitivement de tous ses procès - passés, présents et à venir - Silvio Berlusconi (et accessoirement ses ministres)...
Disons que l'objectif final est la "réforme constitutionnelle", motivée par le fait que les lois que Berlusconi a voulu faire passer jusqu'à présent pour se protéger des procès ont toutes été déclarées inconstitutionnelles. Essentiellement parce qu'elles mettent à mal l'article 3 de la Constitution italienne :
Tous les citoyens ont une même dignité sociale et sont égaux devant la loi, sans distinction de sexe, de race, de langue, de religion, d'opinions politiques, de conditions personnelles et sociales.
Il appartient à la République d'éliminer les obstacles d'ordre économique et social qui, en limitant de fait la liberté et l'égalité des citoyens, entravent le plein développement de la personne humaine et la participation effective de tous les travailleurs à l'organisation politique, économique et sociale du pays.
Ce qui est en quelque sorte un condensé de l'article 1 et de l'article 6 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789 :
Article 1

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ; les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article 6

La loi est l’expression de la volonté générale.
Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation.
Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège soit qu’elle punisse. Tous les citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et leurs talents.
D'où le constat sans faille de Berlusconi : ce ne sont pas mes lois sur mesure, censées me protéger contre les persécutions "justitialistes et communistes" qui sont inconstitutionnelles, c'est l'actuelle Constitution italienne qui est erronée, donc je change la constitution pour rendre constitutionnel ce qui est aujourd'hui inconstitutionnel. CQFD !

Ce qui donnerait à l'Italie une primauté absolue pour un pays "démocratique", à savoir qu'au final elle aurait, pour reprendre une analyse de Giovanni Sartori, une « Constitution inconstitutionnelle », mais passons...

Ceci étant, quand bien même la procédure est déjà enclenchée, si tout va pour le mieux (pour lui et pour les autres corrompus), Berlusconi peut difficilement espérer faire aboutir sa "réforme constitutionnelle" en moins d'un an, or entre-temps il risque d'avoir du pain sur la planche, d'où une stratégie "provisoire" en deux coups :
  1. Premièrement il s'est déjà fait approuver une loi dite de "l'empêchement légitime", pour lui et pour ses ministres, qui dit que vu leurs intenses occupations gouvernementales et ministérielles, ils sont justifiés à ne pas pouvoir se présenter devant les juges...
  2. Deuxièmement la loi-bâillon qu'il essaie de se faire voter par tous les moyens et contre tous les avis...
Sur la première loi, que Berlusconi a déjà utilisée trois fois dans la foulée depuis qu'il l'a faite voter, il y a quelques mois à peine, l'anecdote d'Aldo Brancher, ministre de rien pendant 17 jours uniquement pour se soustraire à la justice avant d'être contraint de démissionner, est exemplaire de la moralité du personnage. De Berlusconi, j'entends, puisque c'est lui qui l'a nommé avant de lui demander, 17 jours plus tard, de se sacrifier !

Mais c'est sur la seconde qu'il convient de s'arrêter un instant pour approfondir, car là encore, les choses sont plus compliquées qu'il n'y paraît.

II. Bâillonner la presse, ça presse !

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, bâillonner la presse n'est pas son premier objectif. Non ! Son premier objectif, c'est de boucher les yeux et les oreilles aux enquêteurs, magistrats et policiers.

On pourrait l'appeler la loi des trois singes, qui condamne d'une part magistrats et policiers à ne pas voir et ne pas entendre, et de l'autre journalistes et citoyens à ne pas parler.


Pour autant, l'aspect le plus urgent compte tenu des tempêtes qui se profilent à l'horizon, c'est d'empêcher les journalistes et les citoyens de parler (je pense bien sûr à tous ceux qui s'impliquent sur Internet), et par là même la grande masse de l'opinion publique de savoir...

Museler ceux qui sont en mesure de parler, c'est donc l'exigence à court terme. Par contre sur le moyen terme ce qu'il faut c'est empêcher les magistrats et les policiers d'enquêter. D'où un arsenal de mesures manifestement ridicules, qui se commentent d'elles-mêmes : limite des écoutes téléphoniques à 60 jours, renouvelables une seule fois pour quinze jours. Après stop, terminé.

Devant le tollé général, après des luttes à n'en plus finir, le législateur fou a accordé un renouvellement possible, de 3 jours en 3 jours (initialement de 2 jours en 2 jours), avec à chaque fois l'autorisation indispensable signée par un tribunal collégial de 3 juges !!!

C'est tellement impensable que même le secrétaire d'état américain à la justice a déclaré qu'une telle loi rendrait impraticable la collaboration Italie-U.S. pour les enquêtes sur la mafia, aux termes de la convention bilatérale en vigueur signée par ... Giovanni Falcone.

Mais la loi ne s'arrête pas seulement aux écoutes, puisque ces mêmes mesures s'appliquent à la consultation des listes d'appels (communiquées aux juges par les opérateurs téléphoniques, et qui mentionnent tous les numéros des appels effectués et reçus) et aux reprises filmées incognito (quand vous mettez un endroit sous surveillance vidéo, par exemple).

Le ministre dit que ces mesures ne s'appliquent pas aux enquêtes sur la mafia, ce à quoi les juges rétorquent que la plupart des enquêtes sur la mafia naissent en enquêtant sur des non-mafieux...

Le 1er juillet j'étais à Place Navona pour une manifestation contre cette loi, et une dizaine de syndicats de policiers ont déclaré que 90% des policiers, je répète, 90% des policiers n'en voulaient pas. Même le très sérieux groupement d'élite pour la capture des mafieux en cavale (squadra catturandi) s'est déclaré contre !

L'Europe également s'est déclarée contre (elle serait d'ailleurs totalement incompatible avec le règlement communautaire), ainsi que d'autres organismes internationaux, dont l'OSCE.

Donc pourquoi Berlusconi la veut-il à tout prix cette loi, envers et contre tous ?

Simplement parce que l'Italie est un délicieux pays où Silvio Berlusconi est en train de se faire rattraper, voire dépasser, par procès et scandales en tout genre.

Faut dire aussi qu'il est pas prudent, et ses amis non plus. Voilà des années qu'ils se font prendre à cause des écoutes téléphoniques, mais malgré ça ils continuent de bavarder comme si de rien n'était. Du reste, ils sont tellement sûrs de leur immunité-impunité qu'on se demande pourquoi ils devraient faire attention !

Car malgré les scandales à répétition secouant l'Italie depuis des décennies, tous les acteurs sont encore fidèles au poste, qui s'abreuvent sans modération aux deux mamelles empoisonnées de la "démocratie italienne" que sont les mafias et les loges maçonniques secrètes, dont la p2 est l'infame mère-mérétrice, avec Licio Gelli dans le rôle du proxénète...

Et l'affaire qui s'annonce, déjà désignée par les journaux sous le titre de "nouvelle p2", promet d'arroser à profusion tout ce bel univers de ripoux. Y en aura pour tout le monde ! 44 000 conversations déjà retranscrites dans les dossiers des juges, même si aucune n'a encore filtrée. Mais ça commence...

Et hier on a eu les premières arrestations, dont Flavio Carboni, autre homme de tous les mystères en Italie, impliqué de près ou de loin dans la banqueroute du Banco Ambrosiano, dans la mort de Roberto Calvi, dans le rapt d'Aldo Moro, outre quelques accointances avec la mafia et, surtout, ami de Berlusconi de longue date : vous pensez, c'est lui qui lui a vendu la villa Certosa, en Sardaigne, désormais connue dans le monde entier pour son hospitalité (testimonial d'exception, Topolanek). Or le bougre a une moyenne de 250 coups de fil/jour (Carboni, pas Topolanek)...

Donc entre ça et l'autre sénateur PDL (parti de Berlusconi), déjà en prison, qui commence à parler à propos de l'affaire Fastweb / Telecom Sparkle, définie par les juges « une des fraudes plus colossales jamais vues dans l'histoire de l'Italie » (c'est tout dire...), vous imaginez bien que le père Berlusconi il commence à se faire du mauvais sang, comme disait ma tante.

Surtout qu'on pourrait aussi allonger la liste à démesure...

Voilà pourquoi il aimerait bien qu'on parle d'autre chose, le Silvio : du ciel bleu, de la mer, des belles femmes, de la pizza, de l'Italie magique, etc.

Et bien parlons-en : l'été sera chaud, mais l'automne s'annonce encore plus chaud...


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , ,

1 commentaire:

Parier a dit…

Bon article et complet, je ne savais pas tout cela, il ne me semble pas que l'on en parle dans notre presse...