Pages

lundi 17 février 2014

Cloisonner le Web par pays !

Je découvre dans l'édition de ce jour du quotidien La Repubblica, en page 17, l'article suivant :

Traduction :
« Un web différent pour chaque pays » 
Dossier des services secrets italiens, l'AISI (Agence de l’Information et de la Sûreté Intérieure), pour éviter un nouveau Datagate : contre l'espionnage international, stop au Réseau planétaire unique
Donc vu la source du dossier, je me suis empressé d'approfondir. Selon les journalistes, qui ont pu consulter un rapport confidentiel de quelques pages de l'AISI italienne (un peu l'équivalent de notre DCRI si vous voulez), remis en ce début d'année à la Présidence du Conseil, les jours de l'Internet tel que nous le connaissons sont comptés, puisque le réseau des réseaux finira fractionné « en une multitude de réseaux nationaux », où chaque grande nation aura sa propre infrastructure et ses propres serveurs... La Chine serait donc un précurseur en la matière !

Et le rapport de mentionner « de nouveaux systèmes de cryptage pour protéger la vie privée des utilisateurs », un peu à l'instar de ceux utilisés pendant la guerre froide, avec évidemment des « cyber-mercenaires contractuels » recrutés par les plus offrants (y compris les gouvernements) aux fins d'espionner tout ce qui bouge, des acteurs économiques aux gouvernements en passant par vous et moi.

Rien de nouveau de ce côté-là, me direz-vous, mais par contre cette notion de cloisonnement du Web par pays à l'échelle planétaire est extrêmement nouvelle autant que préoccupante. Sous le prétexte de mettre fin à tout éventuel futur Datagate, un peu comme le Patriot Act a profité des événements du 11 septembre 2001 pour restreindre toujours plus les libertés individuelles (voire le droit d'expression), et pas seulement des citoyens américains...

« Les conséquences les plus directes (des) révélations [de Snowden] - poursuit le rapport - conduiront à la disparition du Réseau unique et à l'apparition simultanée d'une multitude de réseaux nationaux », en précisant également que ce n'est pas un hasard si la Chine est la première nation à avoir nationalisé « ses propres services pour s'assurer le contrôle de toutes les informations qui circulent à l'intérieur du pays ». Cependant, « l'affaire Snowden nous a fait prendre conscience à tous que l'aspect cyber-sécurité est une vulnérabilité majeure pour l'État. »

Rassurant, non ? Quelqu'un a-t-il des infos pouvant confirmer ou infirmer une telle orientation chez nous aussi ? Ou ailleurs, puisque si chacun commence à faire sa cuisine dans son coin, ça risque de pas être triste ! Une situation prise en compte par le rapport, qui souligne le paradoxe qu'au cas où plusieurs pays suivraient cette voie - ce qui semble réaliste -, « les seuls réseaux supranationaux qui résisteront seront ceux du Darknet, comme Tor. »

Nous voici donc revenus au côté obscur du Net, mais cette fois avec d'un côté, « la face cachée d'internet où on trouve de tout : drogues, armes, numéros de cartes de crédit. En toute liberté et dans l’anonymat total. », et de l'autre des réseaux nationaux cloisonnés pour mieux contrôler « toutes les informations qui circulent à l'intérieur du pays ».

Ce qui équivaut à tomber, comme on dit en italien, de la poêle dans la braise...

Qu'en dites-vous ?


L'info sur le Web italien :



Aucun commentaire: