Pages

lundi 3 février 2014

Google, producteur de contenu(s)

Depuis la création de Google, sa mission revendiquée consiste à « organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous. »

Ce qui s'est traduit pendant longtemps par la fameuse page de résultats aux dix petits liens bleus. Mais les choses changent !

D'abord on est passés à la recherche universelle, intégrant images, vidéos, infos, shopping, temps réel, réseaux sociaux, etc., pour en arriver en 2012 à la mise en oeuvre du graphe de la connaissance, qui devrait aider « à découvrir de nouvelles informations rapidement et simplement. »

Par contre le problème pour les millions de producteurs de contenus "maison" qui peuplent le Web, c'est qu'aujourd'hui les utilisateurs découvrent certes « de nouvelles informations rapidement et simplement », mais de plus en plus ça se fait directement chez Google, sans plus passer par la case "autres sites" !


On voit bien cette évolution sur le graphique ci-dessus, puisqu'en 2014 la partie droite de la page de Google pourrait bien contenir l'info que vous cherchez, avec plein de liens qui tous renvoient chez, devinez un peu ... Google !

Cela veut dire que l'internaute a de fortes chances de n'aller pas plus loin que la première page de résultats du moteur, voire de cliquer pour aller visiter d'autres pages de Google, encore Google, et toujours Google !

J'ai vu passer avant-hier un tweet de Jason Calacanis en pleine conversation avec Danny Sullivan :

But @mattcutts should admit google's plan is to replace all content providers.
« Matt Cutts devrait bien admettre que le projet de Google, c'est de remplacer tous les fournisseurs/producteurs de contenu ! » La conversation entre Calacanis et Sullivan porte d'ailleurs sur ce sujet précis...

Qu'on se le dise ! Or comme l'avouait fort justement ce même Danny Sullivan dès 2012 :
Google as a publisher and content broker raises a number of issues.
Oui, ça pose problème, en effet. Surtout que ça ne concerne pas que le contenu "texte", mais aussi vidéo et ainsi de suite, inutile d'en dresser la liste ici. Assez en tout cas pour que l'Union européenne s'en inquiète, au point de pousser Google à donner « suffisamment de garanties pour faire de la place à ses concurrents, plutôt qu'à ses propres services, sur ses plateformes de recherche. Faute de quoi, M. Almunia pourrait décider de sanctions financières... »

Sauf que là les concurrents de l'Ogre, ce sont vous et moi ! Ou le référenceur du coin qui fait ce qu'il peut pour positionner le mieux possible les sites de ses clients, à qui Google explique comment il doit faire (en plus, et qui le récompense en remplaçant ses mots clés référents par un laconique "not provided" !), pour se faire souffler la place à l'arrivée par ... Google ! Un peu comme si Google voulait implicitement faire passer le message que, pour se positionner en première page de résultats, le meilleur moyen - si ce n'est le seul -, c'est d'acheter de l'Adwords ou sur Shopping...


C'est tout cadeau ! Du reste, Google a beau sanctionner les réseaux de liens, n'est-il pas lui-même le premier réseau de liens planétaire, merveilleusement construit avec le contenu des autres ?

"Conflit d'intérêts" (qui va d'ailleurs souvent de pair avec "abus de position dominante"), on appelle ça dans la finance. Ce n'est pas pour rien que dans sa transmutation permanente, Google transforme le web en or : sauf que les pépites, c'est lui qui les ramasse.

C'est encore, plus récemment, l'arrivée d'Hummingbird : rapide et précis ! Normal, avec tout ce que Google profileur en série sait sur nous depuis longtemps, facile de nous servir selon nos goûts ;-)

Vu où en sont les choses, l'utilisateur peut-il aujourd'hui encore inverser la traîne ? Rien de moins sûr. Donc Google fournisseur-producteur de contenu(s), pourquoi pas, mais si c'est pour phagocyter le Web, à quoi bon ?

Selon vous ?



Aucun commentaire: