Pages

jeudi 25 janvier 2007

Medias sociaux : les nouveaux moteurs de recherche

Médias sociaux : les nouveaux moteurs de recherche

Hier, Danny Sullivan a publié un article intitulé « Beyond Google: Social Media Engines First, Other Search Engines Second » (du genre : Après Google arrivent les moteurs des médias sociaux, et en dernier les autres moteurs de recherche), dont l'écriture a probablement été déclenchée par un billet de Michael Arrington rapportant les 11 principales sources référentes qui ont acheminé du trafic vers TechCrunch en décembre 2006.

Or, mise à part la primauté absolue de Google, les premières sources sont Digg, StumbleUpon, Reddit et Techmeme, Yahoo n'arrivant qu'en 10ème position, et encore, via sa déclinaison personnalisable et non pas via son moteur de recherche.

Danny s'interroge donc :
Je n'ai jamais encouragé les « search marketers » à ne s'intéresser qu'à Google en négligeant les autres. Au contraire, j'ai toujours insisté sur le fait que tous les canaux de recherche pouvant faire confluer du trafic vers vous sont importants.
(...)
Mais pourquoi TechCrunch a-t-il tant de visiteurs grâce à Google et pas via les autres moteurs de recherche principaux ? Est-ce parce que Google fédérerait à lui seul 70% des parts de marché de la recherche sur Internet, en générant l'essentiel du trafic "moteurs" sur vos sites (une tendance qui se reflète également sur les stats de Search Engine Land) ?
D'où la nouvelle notion de « moteurs de recherche des médias sociaux » (Social media search engines), en parallèle avec l'expression de « Social media optimization » forgée par Rohit Bhargavat, dont j'ai eu le plaisir de traduire les règles en son temps.

Une opinion qui résume un billet paru la veille sur le nouvel alphabet des médias sociaux : DNRS (Digg, Netscape, Reddit, StumbleUpon). Une belle revanche de Netscape sur Microsoft...

Avec deux absents de taille : Technorati et Delicious (en dépit des priorités affichées, autre revers pour Yahoo!)...

Au mois d'août dernier, j'avais traduit un article de Chris Sherman, compère de Danny Sullivan, sur la recherche sociale, qu'il critiquait tout en reconnaissant :
Malgré les questions évoquées ci-dessus, la recherche sociale reste prometteuse pour améliorer nos recherches d'informations et toutes nos activités chronophages sur le Web. Au final, il est probable que c'est un mix de recherche algorithmique et des différentes formes de recherche sociale qui nous donnera un système hybride, capable de véritablement satisfaire une large gamme d'exigences informationnelles.
Donc en six mois à peine, les choses semblent prendre tournure et donner aux médias sociaux le statut de moteurs de recherche à part entière. De nouveaux influenceurs, en quelque sorte...

Que pensez-vous de cette approche ?



, , , , , , , , , , ,

2 commentaires:

Yves a dit…

Bonjour,
Je crois que c'est la notion de pertinence qui est au coeur de l'interet pour les medias sociaux.
The influencials aux US correspond a une vraie categorie de personnalites reconnus dans leurs domaines et capables de promouvoir des concepts, des idees et l'adoption de produits nouveaux. Leur avis revet donc une importance primordiale et leurs choix permettent de mieux comprendre les tendances et les evolutions de consommations de produits.
Leur interet pour tel ou tel produit est donc un indicateur de pertinence qu'il est interessant d'utiliser au sein d'une batterie d'autres indicateurs.
En transposant ce modele au web, les medias sociaux deviennent des indicateurs de pertinence, la prise en compte de ces indicateurs, mais pas uniquement, doit permettre une meilleure experience de decouverte et de navigation dans les informations retournes par un moteur de recherche.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Yves,

merci pour ce commentaire, qui me rappelle un article d'Olivier Le Deuff, intitulé « Autorité et pertinence vs popularité et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations institutionnelles. », paru fin novembre de l'année dernière.
Avec des glissements sémantiques lourds ... de sens :-)
Jean-Marie