Pages

dimanche 11 septembre 2011

Berlusconi pourrait être arrêté !

[MàJ - 13 sept. 2011] Les juges de Naples ont posé à Berlusconi l'ultimatum suivant : soit il se présente devant eux de son plein gré avant dimanche, soit ils le font accompagner de force...

Silvio Berlusconi a commencé sa carrière comme chanteur pour beaufs en croisière, et il pourrait bien la terminer comme "victime" des innombrables personnages interlopes qui le font chanter : putes, maquereaux, mafieux, politiques corrompus, pouvoirs maçonniques et occultes, impossible de quantifier tellement il y en a !

Mais depuis deux décennies qu'il fuit les juges comme la peste, pour la première fois nous sommes dans une situation totalement inédite, où il doit être entendu non plus comme accusé, mais comme victime d'un chantage. Or après des semaines que les juges de Naples tentent de l'interroger, ils avaient fini par obtenir, par l'intermédiaire de ses avocats, une audition pour mardi prochain, qui aurait dû se dérouler au Palais Chigi, siège du gouvernement...

Oui mais voilà, Berlusconi a une trouille monumentale de ce rendez-vous, et au dernier moment il s'est inventé une visite à Bruxelles, motivée uniquement par sa volonté de fuir à une arrestation possible.

Laissez-moi vous expliquer : en tant que simple témoin interrogé sur les faits, la présence de ses avocats n'est pas nécessaire, puisque formellement il s'agit d'une audition en garantie de la victime d'un chantage. Il serait donc seul face à l'équipe de juges venus de Naples, qui enquêtent sur une tentative d'extorsion à ses dépens, tentative dont seraient coupables, entre autres, deux soit-disants "entrepreneurs" louches, Gianpaolo Tarantini et Valter Lavitola. Le premier est en prison, le second est en cavale dans quelque pays d'Amérique du Sud ou ailleurs.

Tarantini, qui fait actuellement l'objet de 7 procédures judiciaires diverses, est celui qui portait la chair fraîche à sa Majesté Ubunga-Bunga Ier dans son royaume d'Arcore (demeure historique près de Milan que Berlusconi escroqua en son temps à une orpheline...), rebaptisé Hardcore vu la qualité des soirées, dont Patrizia D'Addario nous a laissé quelques enregistrements son et vidéo... Soirées au-dessus de tout soupçon à l'enseigne de l'élégance, selon Berlusconi, mais pour lesquelles il est "imputé" pour instigation à la prostitution de mineures, entre autres chefs d'accusation (il est vrai qu'avec lui on n'a que l'embarras du choix...), ce qui est la moindre des choses pour un chef de gouvernement qui se respecte.

Quant à Lavitola, avec qui Berlusconi parlait pratiquement tous les jours sur un mobile enregistré à Panama et avec une carte SIM dont le titulaire est un colombien inconnu, ils sont copains comme cochons :
Dans quelques mois je me casse de ce pays, j'en ai la nausée de ce pays de merde...
Ainsi parla le président du conseil italien à son interlocuteur... Mais s'il n'y avait que ça !

Le fait est que selon l'avocat même de Berlusconi, les écoutes téléphoniques porteraient sur pas moins de 1732 coups de fil en 6 mois dans lesquels Berlusconi en dit de toutes les couleurs et dont il est facile de comprendre qu'il sait parfaitement que la plupart de ces poupées sont des putes. Les deux "entrepreneurs" - Tarantini et Lavitola - en pleine conversation nous confortent sur le sujet :
il est clair que ce sont des putes, mais d'abord c'est pas un délit, et de toute façon le monde entier a compris que ce sont des putes, il n'y a pas une seule personne au monde qui pense que ce ne sont pas des putes”.

(ma che erano puttane, oramai…anzitutto non è reato e seconda cosa l’hanno capito tutto il mondo che sono puttane, non ci sta una persona al mondo che non pensa che siano puttane).
Or toute la défense de Berlusconi se base sur le fait que, selon lui, il ignorait que c'étaient des putes (tout comme il "croyait" que Ruby était la nièce de Mubarak...), parce que Tarantini les lui aurait présenté en affirmant que c'étaient des amies à lui désireuses de connaître le grand chef !

Ce doit être pour ça que Berlusconi aurait versé à Tarantini 850 000 euros en liquide, par l'intermédiaire de sa secrétaire personnelle, depuis 30 ans à son service, qui versait l'argent à Lavitola, pour que celui-ci le remette ensuite à Tarantini. Lavitola qui aurait gardé pour lui la moitié de la somme au passage, soit au moins 400 000 euros. Entre gens de bonne compagnie, ça se comprend.

Et c'est là où nous en arrivons à la thèse des juges, selon qui cet argent serait le prix du silence pour que Tarantini maintienne la version convenue entre les différents acteurs de ce drame tragicomique, selon laquelle Berlusconi ignorait qu'il avait affaire à des putes. Donc victime de maîtres-chanteurs, certes, mais victime consentante puisqu'il aurait payé pour étouffer l'affaire sans dénoncer le chantage.

Par conséquent lors de son audition comme témoin (qui n'aura plus lieu mardi et dont la date doit de nouveau être fixée), Berlusconi sera sommé de s'expliquer sur les raisons pour lesquelles il a versé cet argent à Tarantini, en plus d'un loyer mensuel de 20 000 euros (oui, vous avez bien lu : 20 000 euros, au noir, c'est clair). Donc si Berlusconi s'entête dans sa "version officielle", à savoir qu'il a voulu dépanner une famille en grandes difficultés économiques (sic!) et que la thèse des juges est une pure invention (re-sic!), il risque d'être accusé lors de l'audition pour faux témoignage, et le mensonge sous serment dans un tel cas signifie la mise en arrestation immédiate.

D'autant plus qu'il y a plus grave encore ! Car avec Berlusconi, à chaque fois qu'on croit toucher le fond, on se rend compte avec horreur que le fond est encore loin : dans une conversation téléphonique avec son compère Lavitola, conversation qui a eu lieu le 24 août dernier (il y a moins d'un mois !!!), Lavitola qui est à l'étranger déclare à Berlusconi son intention de rentrer en Italie pour donner sa version aux juges. Réponse de Berlusconi : "Reste là où tu es"...

Et depuis l'entrepreneur Lavitola est en cavale à l'étranger, sur les conseils du président du conseil, justement, qui mérite bien son nom...

Et pour cet aspect des choses, Berlusconi aura encore plus de mal à expliquer aux juges napolitains le pourquoi du comment il conseille à un citoyen italien mis en examen de fuir à la justice de son pays, que tout le pognon qu'il balance généreusement à ses amis dans le besoin, sans rien vouloir en échange, naturellement : en plus des 850 000 euros à Tarantini, dix millions d'euros à Marcello Dell'Utri, condamné en appel à 7 ans de prison pour concours externe en association mafieuse, actuellement sénateur en vertu de ses mérites, 3 millions d'euros à Lele Mora, autre apporteur de putes emprisonné, lesquelles ont globalement reçu, elles aussi, une quantité inconnue de millions d'euros...

Un vrai distributeur de billets, le Silvio. Au point qu'il risque même l'inculpation pour blanchiment d'argent illégal, vu que ces sommes énormes ne sont apparues au grand jour que grâce au travail des juges, puisqu'il n'a jamais rien déclaré, ça va de soi. J'espère donc que l'audition aura bientôt lieu (les juges lui ont donné un délai de 10 jours pour fixer une nouvelle audition, après quoi ils le convoqueront d'office), même si je n'y crois guère, vu que Berlusconi fera TOUT ce qui est en son pouvoir pour l'empêcher, et son pouvoir est encore grand, mais d'ores et déjà si tout ou partie des 1732 conversations téléphoniques qui ont Berlusconi comme l'un des deux interlocteurs devait fuiter, voici ce que Tarantini en dit lui-même à Lavitola : "leur contenu, c'est de la tuerie, une véritable bombe".

Dans ce cas, je ne vois aucune raison d'en douter. J'espère juste qu'elle explosera le plus vite possible pour que l'Italie se débarrasse enfin de cet énergumène inqualifiable qui ressemble chaque jour davantage à un sépulcre ambulant, en-dedans et en-dehors : Silvio Berlusconi !

Partager sur Facebook

, , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: