Pages

vendredi 15 décembre 2006

Digital Life : la mutation numérique

Digital Life : la mutation numérique

Digital.life est le huitième rapport que l'UIT consacre à Internet, présenté lors de la conférence ITU TELECOM WORLD 2006, intitulée "LIVING THE DIGITAL WORLD" (Vivre dans un monde numérique), qui s'est tenue du 4 au 8 décembre dernier en Chine, à Hong Kong.
Le rapport commence par examiner les facteurs technologiques sous-jacents qui impulsent les nouveaux styles de vie numériques, notamment les technologies mobiles, les réseaux haut débit, le contenu généré par l'utilisateur (UGC), la TV sur IP et ainsi de suite (chapitre II). Puis il analyse la façon dont l'économie s'adapte aux innovations rapides et constantes en matière numérique, comment l'accès numérique pourrait être étendu à toutes les zones qui ne sont pas encore desservies, et comment les décideurs politiques devraient tenir compte de la convergence accélérée entre les médias (chapitre III). Il explore enfin la nature évolutive et le rôle de l'individu et de l'identité numériques (tant au point de vue théorique que pratique), au fur et à mesure que la médiation technologique envahit toujours plus nos vies quotidiennes (chapitre IV). Le rapport conclut en tentant d'imaginer ce que sera le déroulement d'une journée dans nos vies numériques de demain (chapitre V).
Comme le remarque le Sénateur René Trégouët, dont l'excellente lettre mensuelle m'a fourni la source de cette info :
Ce rapport souligne que deux milliards de personnes dans le monde ont à présent un téléphone portable et révèle que les technologies numériques personnelles se développent à une vitesse croissante, bouleversant les structures économiques, sociales et culturelles.

Et d'ajouter :
L’UIT souligne également que les lignes de téléphone fixes ont mis 125 ans pour dépasser le milliard d’unités, en 2001, et que la radio, la télévision et l’ordinateur ont mis presque 50 ans à se généraliser dans nos foyers alors qu’il n’a fallu que 21 ans au téléphone portable et qu’il faudra moins de 20 ans à l’Internet pour atteindre le même niveau. Depuis, les connexions fixes ont évolué à un taux beaucoup plus lent pour atteindre 1,2 milliard d’utilisateurs, tandis que le téléphone portable a poursuivi son expansion rapide.

Maintenant je comprends mieux les prévisions de Google qui anticipe depuis un an déjà son prochain milliard d'utilisateurs dans la téléphonie mobile... Car si le marché des TIC pèse dès à présent 3 130 milliards de dollars (soit près d'un tiers de plus que le PIB français), imaginez l'explosion lorsque la téléphonie mobile haut débit arrivera à maturité !


René Trégouët reprend également les propos de Lara Srivastava, co-auteure, selon qui « la montée en puissance des nouveaux modes d’expression et de communication numériques, "chats", blogs, forums, est en train de brouiller les frontières entre la vie publique et privée, temps de travail et temps personnel, monde réel et monde virtuel, comme le montre l’incroyable succès du "Monde 2", un univers virtuel si attractif que certains y passent plus de 80 heures par semaine ! »

C'est moi qui souligne, mais cela explique aussi pourquoi le rapport fait une distinction et met en évidence la transition nette entre identité humaine et identité numérique :


Identité numérique inévitable, même si apparamment une majorité d'inconscients trouve encore ça totalement inintéressant !!!

Et le sénateur de conclure :
Il ne fait aucun doute que cette mutation numérique mondiale va continuer à s’accélérer et va conduire, d’ici 10 ans, à l’émergence d’un monde radicalement nouveau, multidimensionnel, polycentrique et profondément déstabilisant, sur le plan psychologique, culturel et social, pour tous ceux qui n’auront pas pu ou pas voulu s’y préparer. Le grand défi de cette prochaine décennie va donc être de donner un sens social, culturel, cognitif et éthique à cette prodigieuse révolution technologique afin de l’humaniser et de la mettre au service du plus grand nombre. Si nous ne parvenons pas à relever ce défi de civilisation, nous risquons d’avoir à faire face à des fragmentations et des replis communautaires et culturels de plus en plus dangereux et un accroissement des inégalités sociales et cognitives qui ne pourront qu’alimenter la violence et l’instabilité du monde.
Je ne peux que souscrire à ce point de vue et engager qui me lit à toujours s'interroger sur le sens et les modalités de sa présence sur Internet. D'autant plus que dans dix ans l'Internet des choses (ou Internet des objets, si vous préférez) sera bel et bien réalité, ce qui risque d'ajouter grandement à la confusion (ce n'est pas un hasard si le rapport 2005 de l'UIT était consacré à l'Internet of Things)...


[MàJ - 17 décembre 2006] Jean-Michel Salaün relaie l'information, billet dans lequel j'apprends que l'intégralité du rapport de l'UIT est librement téléchargeable (PDF, 3 Mo, merci à Jean-Michel et Nicolas).

Tags , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: