Pages

vendredi 18 mai 2007

Microsoft contre-attaque avec l'acquisition d'aQuantive

Microsoft contre-attaque avec l'acquisition d'aQuantive

Les analystes en avaient évoqué la possibilité lors du rachat de DoubleClick par Google, une transaction qui inquiétait Microsoft, probablement très préoccupé de vouloir rester dans la course vu que l'écart se creuse de plus en plus avec Google, et bien voilà qui est fait. Au moins, les choses ne traînent pas... Ce rachat succède à celui de Screentonic.

Valeur du deal, 6 milliards de dollars, décidément, les grandes manœuvres se poursuivent. Communiqué officiel : aQuantive, c'est la maison mère d'Avenue A | Razorfish™...

À chaud, ce que je pense de ces mouvements des principaux acteurs du Web est fort bien synthétisé dans une analyse d'Emmanuel Parody, qui répond à la question : « les revenus générés par la publicité pourront-ils rémunérer les investissements, les coûts du stockage et de la diffusion ? »
- La réponse est … non

La réponse est non du moins tant que l’immense majorité de ces revenus est le produit marginal des réseaux publicitaires basés sur la performance (CPC, CPA et autres friandises), mots clés sponsorisés en première ligne. La raison en est simple: ces revenus sont insuffisants pour financer la production de contenus et le grand cirque de l’information citoyenne et blogosphérique ne parvient pas à fournir les conditions d’une production industrielle de flux d’information alliant à la fois fiabilité, régularité et exhaustivité (par honneteté on admettra qu’il peut remplir ca et là l’un ou l’autre des critères). Conditions nécessaires à la fidélisation sur le long terme d’une audience mature et homogène, le prérequis pour tirer le meilleur parti du marché publicitaire. Le vrai. Celui des marques.

Qu’on ne s’y trompe pas, la réorganisation des forces en présence vise avant tout à capter ce marché publicitaire, lequel est pour le moment justement toujours hors de portée de Google. La tentative d’appropriation du Web 2.0 par Yahoo pour en faire l’instrument de ciblage comportemental des internautes est précisément une des pièces de la stratégie des portails pour séduire les annonceurs et reconstruire le modèle traditionnel de rémunération des médias. La direction de Yahoo, majoritairement composée de professionnels de l’industrie des medias n’est certainement pas du genre à se satisfaire d’un pourcentage au clic.
J'espère qu'il ne m'en voudra pas de le citer si longuement, mais d'après moi la clairvoyance de son analyse est l'une des clés pour comprendre ce qui se passe en ce moment...

Je détaillerai davantage dans la journée, je n'ai pas le temps pour l'instant. @ +

* * *

Comme le rapporte Search Engine Land, Microsoft était en compétition avec d'autres acteurs, non révélés, pour l'acquisition d'aQuantive, ce qui explique la plus-value importante versée par la société de Bill Gates : 6 milliards $ pour une valorisation actuelle de 5,2 milliards $, soit 15% de plus que le cours actuel de l'action.


Il faut dire qu'après avoir laissé échappé Double Click, Redmond ne pouvait pas se permettre le luxe de louper le train une fois de plus. Le prix de l'attente, selon certains. Après tout, les poids lourds de cette taille ne sont pas légion dans le paysage mondial...

Pour finir sur une note humoristique, selon les propos de Brad Smith (conseil juridique de Microsoft), rapportés par Greg Sterling pour Search Engine Land, l'acquisition d'aQuantive par sa firme est destinée à promouvoir la compétition, tandis que le rachat de DoubleClick par Google menacerait cette même compétition. En ajoutant que l'opération de Google fait double emploi alors que celle de Microsoft est parfaitement complémentaire...

Microsoft General Counsel Brad Smith took pains to distinguish this deal from Google's acquisition of DoubleClick. He argued this deal will promote competition, while Google's purchase of DoubleClick will reduce competition. He also argued that Google and DoubleClick have "overlapping businesses," while Microsoft and aQuantive are complementary.
Comprenne qui pourra :-) Autant dire que l'hypercompétition a des règles que la compétition ne connaît pas !



, , , ,

Aucun commentaire: