Pages

jeudi 4 mai 2006

Google vs. Microsoft : la bataille de titans ne fait que commencer

Google vs. Microsoft : la bataille de titans ne fait que commencer

Dans cette bataille pour la suprématie sur Internet et pour contrôler l'information et la communication planétaires, les deux hypercompétiteurs fourbissent leurs armes, même si l'affrontement se fera moins sur les moyens que sur les fins.

Les moyens, au niveau logiciel et matériel :

- pour Google, développement d'une suite bureautique en ligne, commercialisation d'un PC bon marché et incursion dans la téléphonie, etc. etc. Verra-t-on enfin arriver le fameux WebTop, annoncé en son temps par Franck Poisson dans le cadre d'une approche IUI, ou « Interface Utilisateur d'Information » ?

- pour Microsoft, fermes de serveurs et 2 milliards de dollars débloqués pour investir tous azimuts, mais ce n'est qu'un début...

Les fins, au niveau du contenu et de l'audience :

- pour Google, qui jouit d'une avance considérable, continuité d'une stratégie déjà bien tracée et poursuite de la verticalisation annoncée (prochain volet probable : la santé) ; de nouvelles alliances sont également envisageables (Google - Skype ?)

- pour Microsoft :
Il est 3h du matin, je développerai une autre fois. Lire le communiqué de presse : « MSN Announces MSN Originals Content Initiative »

C'est tout nouveau, ça vient de sortir, mais je crois qu'on n'a pas fini d'en entendre parler... Extraits :
MSN Originals is focused on partnering with the best and brightest creative minds in the media industry to bring the new generation of storytelling online. (...)
By partnering with the media industry to produce original content, MSN is creating rich new opportunities for advertisers to integrate into and around the content itself. In addition to traditional display and streaming video advertising opportunities, advertisers can take advantage of in-content product integration, as well as be deeply involved in the early stages of content creation and production. (...)
MSN attracts more than 465 million unique users worldwide per month. With localized versions available globally in 42 markets and 21 languages, MSN is a world leader in delivering compelling programmed content experiences to consumers and online advertising opportunities to businesses worldwide.
[Traduction]
L'objectif de MSN Originals est de nouer des partenariats avec les meilleurs créateurs et les plus brillants esprits de l'industrie des médias, pour faire éclore une nouvelle génération de scénaristes en ligne. (...)
Grâce à ces nouveaux partenaires médias et à la production de contenus originaux, MSN sera en mesure de créer pour les publicitaires et les annonceurs des opportunités nouvelles et fructueuses, parfaitement intégrables à ces mêmes contenus. Outre la pub traditionnelle et la vidéo en temps réel sur Internet, les annonceurs pourront intégrer directement leurs produits/services au contenu, puisque dès le départ ils seront plus profondément impliqués dans les phases de création et de production. (...)
Partout dans le monde, MSN touche plus de 465 millions de visiteurs uniques chaque mois. Avec ses versions localisées globalement disponibles sur 42 marchés et dans 21 langues, MSN est l'un des leaders planétaires, capable d'offrir à sa clientèle B2C une expérience utilisateur unique et à sa clientèle B2B des atouts publicitaires en ligne incomparables.
En bref, ce qu'on appelle le publirédactionnel dans la presse (ou publireportage ou comme on voudra bien le nommer), revisité à la mode d'Internet. Une affaire de plus à suivre !

Enfin, des deux côtés, élargissement des activités à tous les secteurs des NTIC, en s'appuyant sur la R&D et la débauche/l'embauche des meilleurs spécialistes dans tous les domaines qui les intéressent.

Voilà, en quelques lignes, l'idée que je me fais de l'hypercompétition à laquelle nous allons assister, en bons spectateurs impuissants que nous sommes !

« This is hypercompetition, make no mistake », dixit Bill Gates, qui pense que Microsoft est largement sous-estimé, vis-à-vis de Google (« I think this is a rare case where we're being underestimated »), tout en reconnaissant que ses marges sont quelque peu rognées : « Margins get Googled », ce qui est une façon originale de l'admettre...


Partager sur Facebook

, , , , , ,

Aucun commentaire: