Pages

lundi 9 octobre 2006

Les confessions d’un hétérotextuel


« Je suis porté sur le texte ! » Qui m’en fera grief ?

En une phrase, tout est dit. Pensez-vous ! Las des quolibets (récemment, on m’a même traité d’atextué…), j’ai décidé d’assumer et de vivre pleinement ma textualité. Au seuil de la cinquantaine, l’heure du bilan a sonné. Ma maturité pourrait-elle jouir d’un coming-out ? C’est à l’aune de ce genre de démarche qu’on apprécie le degré d’épanouissement textuel de son auteur. Je vous en laisse juges.

Toujours précoce pour mon âge, j’ai eu mon premier rapport textuel dès la période travaillée de l’adolescence. La textualité troublée des ados est un phénomène bien connu et largement observé. Depuis cet éveil, ayant pris goût à la chose, je suis devenu hyperactif (ce que les scientifiques appellent l’hypertextualité), avec une fréquence quotidienne de mes activités textuelles, diurnes ou nocturnes, et une durée moyenne pouvant varier de 10 à 12 heures, en fonction des saisons et des humeurs. Sans Viagra S.V.P. (Non, ne soupirez pas Mesdames).

L’inappétence textuelle, connais pas !

Ceci étant, au risque de me faire tancer d’obsédé textuel, je ne me reconnais aucune passion coupable ou pulsion inavouable : ni tourisme, ni harcèlement (le fameux textual harassment des anglos-saxons) ni autres scandales textuels, tout au plus un léger fétichisme, qui se traduit par une attirance immodérée pour les vieux livres, dont la vue et le toucher provoquent chez moi une forte excitation poïétique ! De la cave au grenier, ces objets textuels tapissent les murs de mon antre.

J’ajouterais volontiers un penchant prononcé pour le trafic textuel, qualifié de linkbait Outre-Atlantique...

De fait, ce n’est pas pour rien si j’ai choisi la traduction-interprétation comme métier, puisqu’il est notoire que la langue joue un rôle fondamental dans l’apprentissage du plaisir textuel.

Mais la langue n’est pas le seul organe impliqué, car pour bien agencer les membres d’une phrase, il y faut aussi du doigté. Sans abuser, c’est clair…

[MàJ - 10/10/2006] Surtout que le doigtage textuel (à l'époque du Web 2.0 on parle désormais de digitalisation) excessif n’est pas sans danger, ce que semble confirmer la teneur d’un courriel reçu suite à la publication de ce billet. Je vous le livre in extenso :
Cher Maître,

Vous qui êtes un expert en la matière, je vous prie de dissiper le doute qui me hante depuis mon enfance : est-il vrai que le doigtage textuel rend sourd ? D’aucuns prétendent que c’est un mensonge répandu par une societé textuophobe. Or n'ayant pas particulièrement l’ouïe fine, je crains que mes débordements textuels y soient pour quelque chose. Qu’en pensez-vous ?
CQFD !

Donc, ce désir textuel ardent, doublé d’une passion dévorante, m’a conduit à explorer de nouveaux comportements et découvrir de nouvelles formes, qui revêtent les atours du palimptexte (concept en vis-à-vis de l’homotextualité, qui caractérise les textes produits par un même auteur). Une gymnastique mentale stimulante, heuristique à défaut d’être physique (petit clin d’œil au passage…).

Voici pour mes prestations. Maintenant, avec votre consentement bien sûr, permettez-moi de lancer un grand sondage pour mieux mesurer l’appétit et le potentiel textuels des internautes. J’espère que vous serez nombreuses et nombreux à y répondre et à faire suivre … le bouche à oreille (en agrémentant de buzzbisous, ce qui ne gâche rien ;-)

1. À quel âge avez-vous eu vos premières relations textuelles ?
2. Quel est votre sentiment face à une page vierge ?
3. Selon vous, quelles sont les principales idées reçues sur la textualité ?
4. Comment réagissez-vous en cas d’agression textuelle, écrite ou verbale ?
5. Que faites-vous en cas d’abstinence textuelle prolongée ?
6. Quelle est votre recette du bonheur textuel ?
7. Mantra ou tantra, quel sera votre mot de la fin ?

Réponses facultatives à faire parvenir au ci-devant :

Pervers Pépère
Domaine du septième ciel
A12C4 Nirvana



P.S. Billet qui fait pendant au précédent, scripto vs. vidéo...

Tags , , , , , , , , , ,

7 commentaires:

sebastien billard a dit…

1. À quel âge avez-vous eu vos premières relations textuelles ?

Ca m'est venu sur le tard, j'ai gouté à mes 1ères joies textuelles vers 18 ans, avec des pratiques très divers, allant du rap au commentaires de décisions juridiques :)

2. Quel est votre sentiment face à une page vierge ?

La déflorer, coucher des mots sur elles, puis (hum) le réecrire encore et encore...

3. Selon vous, quelles sont les principales idées reçues sur la textualité ?

"Le texte c'est mal", "une image vaut 10.000 mots"...

5. Que faites-vous en cas d’abstinence textuelle prolongée ?

Je rumine mes prochains ebats textuels, la procrastination est l'onanisme du rédacteur ;)

6. Quelle est votre recette du bonheur textuel ?

Fréquent, tout en douceur et en simplicité :)

Jean-Marie Le Ray a dit…

Bien Sébastien, très bien :-)

Si j'ai 100 réponses, je rédige le guide de l'obsédé textuel :-)

J-M

P.S. On s'est croisés, j'ai voulu lire le dernier billet de ton blog mais il est inaccessible...

Sylvain a dit…

Excellent !
Mais attention cela risque de perturber les petits robots de Google qui ne vont plus savoir dans quelles catégories indexer ton blog.

Sebastien Billard a dit…

Free fait parfois des siennes, mais ça remarche :)

Aurélien Bardon a dit…

Après avoir lu le texte de Sébastien, je me demande si tous les "référenceurs" ne sont pas des "obsédés textuel" ? Ou alors cela ne serait-il pas un moyen pour distinguer les bons des mauvais ? :=)

Dans tous les cas, l'obsession textuelle semble être une maladie très vivace en France étant donné le succès et le nombre de blogs.

sebastien billard a dit…

Aurélien : Oui, je disais dans un récent billet : "le référenceur est un obsédé textuel, qui a un faible pour les liens, la soumission, et les positions improbables" ;)

Disons qu'il y a 2 types de tendances(en plus des escrocs) : le technicien-programmeur, et le référenceur-rédacteur. Je me situe plutôt dans la seconde catégorie, puisque si je maitrise HTMl et l'accessibilité, je ne fais pas de programmation à proprement parler.

Aurélien Bardon a dit…

Ha oui je me souviens de ce billet et des commentaires ! une vraie perle !