Pages

vendredi 20 octobre 2006

Google : la suite ... dans les idées

Google : la suite ... dans les idées

ou comment réaliser un chiffre d'affaires d'une dizaine de milliards de dollars par an ?

C'est (relativement) simple : il suffit d'appliquer la formule Google, formule originale que la firme utilise pour calculer ses revenus publicitaires !


Revenu
= Nb d’utilisateurs x (Nb de requêtes/utilisateur) x (Nb de pubs/requête) x (Nb de clics/pub) x (Revenu/clic)
Question subsidiaire : une fois qu'on connaît la formule et le montant du revenu, peut-on calculer l'entité des autres éléments de l'équation ? Ça n'a l'air de rien, mais ça nous donnerait véritablement la mesure de la situation...

En attendant, voici quelques idées : au vu des chiffres annoncés par la firme, cela revient à dire que Google fait fi des dérives et s'accapare plus ou moins (disons plutôt plus que moins) 25% des parts de marché publicitaire, un résultat gigantesque qu'aucune société n'avait encore jamais réalisé à ce jour.

Concrètement, pour parler en termes simples et immédiatement accessibles, sur 4 dollars dépensés dans la pub, Google en prend 1 (Google to Get One in Four Web Ad Dollars) !

Une info à mettre en rapport avec les projections que faisaient Eric Schmidt en mars dernier, lors de la présentation de Google aux analystes financiers, sur laquelle je voudrais revenir en analysant plus précisément deux diapositives, les n° 8 et 9.

Commençons par la n° 9 :
Aujourd'hui, sur quatre dollars dépensés dans le commerce de détail, un dollar transite en ligne. Par conséquent vous pouvez aisément saisir les implications et les opportunités énormes qui s'offrent à nous.

À l'heure actuelle, la courbe de nos activités publicitaires est saine et suit une évolution croissante. Selon nos prévisions, nous devrions passer de 6 milliards de dollars cette année (2005) à 9,5 l'année prochaine (2006), en nous basant uniquement sur la tendance positive du trafic et de la monétisation de nos services.
Donc, le C.A. 2006, qui devrait avoisiner ou dépasser 10 milliards de dollars, est en parfaite adéquation avec les projections dévoilées en mars dernier !


Entre parenthèses, observons que ce revenu brut de 7,4 milliards de dollars sur les neuf premiers mois représentent 4,5 fois la valeur du deal avec YouTube, comme quoi, il y a de la marge, ou, comme dit Franck Poisson, le compte est bon. Une acquisition majeure qu'on pouvait déjà lire entre les lignes...

Des chiffres que l'on comprend mieux lorsque l'on sait que les liens vidéo vont maintenant s'ajouter aux liens affinitaires de Google et au marché de la recherche sur Internet, d'ores et déjà estimé à plus de 400 milliards de requêtes par an...

Ça nous fait un bel inventaire où mettre les pubs, enfin de quoi réaliser un système publicitaire plus exhaustif...

Un inventaire qui passe davantage par le développement de fonctionnalités plutôt que de produits propriétaires, tendance confirmée hier par Sergey Brin, dans le cadre de l'initiative « Features not Products », là encore une évolution annoncée dès le mois de mars :
Add features, not properties and make it really easy to use...

Ajouter des fonctionnalités plutôt que des produits propriétaires et rendre leur utilisation conviviale...
Google qui serait en train de plancher dans deux directions : une meilleure intégration de son interface pour mettre en avant la verticalisation du moteur, et l'étoffement de sa suite logicielle, en ajoutant bientôt Google Docs à Google Apps for your domain. Demain, il ne manquera plus que le navigateur et le système d'exploitation signés Google, et la boucle sera bouclée...

Un véritable défi pour Microsoft, qui AMHA devrait regarder du côté d'eBay ou de Yahoo, Yahoo qui vient tout juste d'annoncer des résultats moins flamboyants que ceux du premier de la classe, et le lancement de Panama, sa nouvelle plateforme de liens sponsorisés.

Donc, après un détour par les intemporels de Google, nous revoici avec les pieds sur terre. L'automne sera chaud. Et l'hiver froid :-)


Tags , , , , , ,

Aucun commentaire: