Pages

mardi 26 août 2008

Strates bloguesques

Strates bloguesques

Une réflexion pour marquer mon retour au blogging après quinze jours de repos, durant lesquels je ne me suis connecté qu'avec grande parcimonie, en n'observant Internet et tout le tintouin que de très loin.

Juste un chiffre sur Adscriptor : samedi 23 août, 80 visites et 92 pages vues. Cela me fait réfléchir au rapport entre valeur d'un blog et tout le travail qu'il y a derrière.

Si les stats de fréquentation sont censées mesurer la valeur d'un blog (car même si ce n'est pas le seul critère, c'est quand même un critère dominant, voire vendeur lorsqu'on parle pub), alors Adscriptor ne vaut pas grand chose. En tout cas pas toute la charge de travail nécessaire. Sans parler de l'absence de considération des ténors de la blogosphère franco-française.

Il va donc me falloir trouver d'autres critères de valeur pour justifier le bien-fondé d'un tel travail. Je n'entends d'ailleurs pas une justification vis-à-vis de mon lectorat, qui prend et laisse au gré de ses envies de façon tout à fait légitime, mais vis-à-vis de moi-même.

Car pourquoi vouloir faire à tout prix du contenu de qualité s'il n'est pas lu ? Ou si peu !

C'est le problème des strates que j'énonçais à Szarah, dont le biberon fut probablement rempli au lait coupé d'un grain de ciguë auparavant mis à macérer dans de la soude caustique (sourire) :
Je trouve en effet qu'il est dommage que le contenu d'un blog se résume au dernier billet publié et que dès qu'un billet a plus d'une semaine il ne vaut plus rien.
Ce n'est pas mon approche, ni mon attente.
Je n'écris pas des billets avec une date de péremption.
Or Internet me semble fonctionner à l'opposé : sur un blog le billet plus récent est la dernière strate s'ajoutant aux précédentes, qui sédimentent les unes après les autres et enfouissent toujours plus profondément des analyses ou des articles qui mériteraient certainement davantage que l'oubli les recouvrant.

En réalité un billet chasse l'autre à la vitesse du Web, c'est-à-dire plusieurs fois par jour, et au royaume de l'éphémère les blogueurs sont rois.

Au détriment du recul, de l'approfondissement et de l'analyse.

En parallèle, dans le cadre de ma recherche de modèles pour passer à Wordpress, sur la page d'accueil de la plateforme je trouve les chiffres suivants, pour aujourd'hui (stats en ce moment même, puisque ça change d'une seconde à l'autre...) : 3 913 485 blogs, 142 371 nouveaux billets, 48 918 920 mots.

Soit seulement 3,64% de blogueurs actifs pour ce 26 août (mais il est vrai qu'on est en vacances, il faudra voir en septembre), avec une moyenne inférieure à 344 mots par billet !
[MàJ - 17 heures plus tard] 3 920 094 blogs, 158 967 nouveaux billets et 50 788 180 mots, soit en gros 4% de blogueurs actifs et une moyenne autour de 320 mots par billet.
Le royaume de l'éphémère, disais-je. Car l'examen des stats enseigne que la recherche par catégorie est pratiquement inexistante, ou si faible que cela en devient négligeable, de même que la recherche plein texte sur tout le contenu du blog.

Comme si un blog n'avait vocation qu'à devenir au bout du compte « un pulvérisateur de dépêches hâtivement traitées çà et là », soit « (r)ien de très intéressant, en somme ». Pour moi.

Espérons que je ferai mieux dans les mois à venir.


Partager sur Facebook

, ,

11 commentaires:

narvic a dit…

Entre le pulvérisateur à dépêche et la constitution patiente d'une bibliothèque de billets en ligne, il y a peut-être une solution intermédiaire, Jean-Marie ?

Un blog comme le témoin d'une pensée qui prend forme, qui cherche, qui progresse, et dont le lecteur peut ne partager qu'un instant, ou décider de faire un bout de chemin avec son auteur...

C'est intéressant aussi, comme démarche. ;-)

PS: bonne rentrée.

13sten a dit…

Je suis un fidèle lecteur qui a parcouru attentivement toutes les strates de votre blog et je dois dire que votre petit coup de déprime m'attriste car la qualité et la profondeur de vos billets transforment et éclairent ma vision du monde de l'internet.

Je me délecte déjà de lire vos prochains billets.

Bonne continuation

Gaël PLANTIN a dit…

Pourquoi ne pas stratifier les billets de blog en amont, sous forme d'un article encyclopédique sur Knol ou Wikipédia ?

C'est une question que je me suis posé et que je me pose encore, dans la mesure où je cherche à partager mes lectures et les solutions/réflexions qu'elles m'inspirent dans le cadre de mes pratiques pédagogiques.

Les billets de blog, couplés aux cartes heuristiques que je produis ne seraient-ils pas plus efficaces si je rédigeais des articles plus construits ?

edfrench a dit…

On en revient à la question essentielle dans le blogs... pour qui écrit-on ? Pour soi-même ? Pour un lectorat ciblé ? Pour le tout venant ?

Par contre, je ne crois pas que les articles d'un blog ne dure qu'une semaine. Enfin, pas tous ! Et parfois le destin d'un billet n'est pas celui que l'on croit ou que l'on espère.

Un exemple, un jour j'ai écrit un billet sur l'apprentissage en tandem... Un court billet (pour une fois :-) et les internautes utilisent les commentaires depuis pour se proposer des cours en tandem... sans passer par les sites que je présente :-) AInsi, régulièrement depuis la fin d'octobre 2005 des visiteurs passent sur mon blog à ce sujet ! Au départ, j'avais écrit le billet pour des enseignants de langue (enfin, dans mon esprit :-)

Un autre exemple, celui des billets sur la grêve de l'université de Lille3. Un an plus tard, il a été pris d'assault, à tel point que j'ai dû reproduire le même billet et tricher avec Google afin de recréer le même mouvement.

Sur un autre blog, lors d'un concours régional, une page a été prise d'assault alors qu'elle connait moins de 5 visiteurs par mois en général :-(

Des effets de la longue traine...

Ah oui, dernier détail, j'ai toujours été convaincu de la pertinence des blogs non dédiés, un peu à la manière des hebdomadaires qui traitent différents domaines...

Jean-Marie Le Ray a dit…

D'abord, merci à tous pour vos commentaires. Voici matière à réflexion !

Narvic, je n'ai probablement encore trouvé ni la bonne formule ni la solution intermédiaire, même si l'idée d'une bibliothèque "partagée" (càd "lue") me séduirait.

Pour l'heure ma seule solution (mais juste parce que je n'en vois pas d'autre) a été de proposer au fil de mes billets des liens vers d'autres billets complémentaires d'Adscriptor, non pas dans une logique d'auto-référentialité pure (chose que je réfute totalement en réponse à Szarah, car pour moi être auto-référentiel signifie ne faire référence qu'à soi-même, ce qui n'est pas mon cas mais bien celui des journaux que je dénonce), mais plutôt dans une optique de cohérence : l'intégralité d'un blog n'est pas (ne devrait pas être) faite d'une succession de billets épars sans relations les uns avec les autres, mais plutôt de billets plus ou moins connexes se renvoyant les uns aux autres dans ce que j'appellerais l'hypertextualité profonde du blog, or qui mieux que l'auteur est capable de proposer ce type de parcours à la fois interne (liens vers Adscriptor) et externe (liens vers les sources choisies, et sûrement pas uniquement en vertu du "fair use") ?

Pour reprendre le concept de Gaël, qui correspond parfaitement avec mon idée de nuage sémantique, je trouve ça très pertinent mais je ne sais pas encore comment le réaliser au plan pratique, même si je suis sûr que ça viendra. Wordle est intéressant, mais malheureusement pas encore assez optimisé pour le français.

Ce serait sûrement un moyen supplémentaire d'exploiter la longue traîne d'un blog évoquée par Ed, bien réelle c'est indubitable.

Merci enfin à 13sten de vous manifester, mais rassurez-vous je ne déprime pas, j'essaie seulement d'orienter ma réflexion pour une meilleure "usabilité" du blog, toujours en vue d'un passage à Wordpress qui ne devra pas correspondre à un simple changement de plateforme, mais plutôt à une manière différente d'orienter ma présence sur Internet, dont le blogging n'est qu'un aspect, quand bien même primordial.

Merci encore pour vos réactions,

Jean-Marie

MarcL a dit…

Pas de panique Jean Marie, moi qui n'est pris qu'une semaine de vacance, j'ai aussi subit une baisse, et je ne traite pas le même sujet que vous.

Pour les billets et leurs cotés éphémères. Je suis assez d'accord. Le lectorat consomme tellement vite qu'il oublie rapidement. Cet été sur le site où je collabore nous avons testé la chose à une semaine d'intervalle, sur le même sujet et personne n'a rien dit. C'est de la consommation. Reste que la recherche sur moteur de recherche est aussi importante et moi je le constate.

Par contre se faire référence, est obligatoire et ceux qui critique ce procédé sont des personnes qui n'écrivent que du vent (oui j'y vais fort je sais). L'affaire Facebook et son clone Allemand est un révélateur Jean Marie. vous n'allez pas répéter une chose que vous avez raconté avant, mais y faire référence. Normal, c'est pas de votre faute si vous êtes bon !

Vous faite de l'analyse, traiter l'information (moi j'ai adoré le fil rouge de Microsoft et Yahoo par exemple).

Bref ce qu'il faut comprendre c'est juste un changement de comportement, car vous souvenez vous des infos que vous avez lus hier ? Franchement ?

Jean-Marie Le Ray a dit…

Marc,

Est-ce que je me souviens des infos que j'ai lues hier ?

Bonne question ! Je dirais oui et non. Je suis très sélectif, l'important c'est de retenir les titres ou l'essentiel pour pouvoir les rechercher ultérieurement à la demande, dès que j'ai besoin de sortir l'info qui me sert. Pour ça les alertes Google et Google Reader me sont indispensables car cherchables, donc au moment voulu ça va généralement très vite pour trouver ce que je veux.
Ça me permet en outre de gagner un temps fou dans la rédaction des billets.
Jean-Marie

Gaël PLANTIN a dit…

Je me permets de vous soumettre mon propre billet de réflexion sur le fonctionnement de mon blog.

En voici la conclusion, directement liée à votre propre billet :

Epilogue : La Politique des petits pas !
Très empreint des publications d'Edgar MORIN sur l'analyse systémique, je crois fermement à la nécessité de connaître suffisamment de chaque sujet pour pouvoir transcender le tout (transcription libre de la notion de méta-connaissance).

Je cherche toujours, dans l'idéal :

* à réunir un maximum d'informations sur un sujet donné avant d'en appliquer les concepts ;
* à produire un tout, tout de suite !


J'ai besoin de percevoir une globalité avant de me lancer.

L'influence de certaines personnes, qui se reconnaîtront ;o), m'a conduit à réfléchir à une pratique plus fluide, qui n'attend pas la globalité pour agir.
Initiée dans la création de mes cartes heuristiques (cf. ci-dessus), elle tend à s'étendre...

Dans un billet récent, Jean-Marie LERAY (ADSCRIPTOR), se demande "pourquoi vouloir faire à tout prix du contenu de qualité s'il n'est pas lu ? Ou si peu !".
Il déplore qu'un billet chasse l'autre, formant des strates éphémères, au détriment du recul, de l'approfondissement et de l'analyse.

Je lui ai soumis cette suggestion : "Pourquoi ne pas stratifier les billets de blog en amont, sous forme d'un article encyclopédique sur Knol ou Wikipédia ?".

Je vais tenter, dans un premier temps, de m'en tenir à cette politique des petits pas, ajoutant différentes strates mais en gardant à l'esprit que chacune d'elles doit enrichir l'ensemble, limon fertile, substrat d'un tout pertinent.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Gaël,

Ce que j'ai pensé en voyant le nuage de mots au bas de votre site, c'est que ce serait parfait si je pouvais l'adapter à mon blog en faisant une analyse sémantique des grands domaines que j'ai traités (actuellement j'ai plus de 700 tags liés à mes billets, dont je pourrais isoler entre 30 et 40 macro-domaines), pour en extraire les grandes tendances et les lier aux billets respectifs.
Cela irait parfaitement dans le sens non pas d'articles encyclopédiques mais de pages clés sur tel ou tel domaine.
Malheureusement je ne connais aucun outil pertinent ET disponible pour faire ça.
Donc le faire manuellement risque de me prendre un temps fou et d'être moins pertinent qu'avec des outils adaptés, mais si je n'ai pas d'autres solutions peut-être tenterais-je l'aventure sur Adscriptor.com, qui devrait au final être complémentaire plutôt que de remplacer tout court ce blog (adscriptum.blogspot.com).

Jean-Marie

Szarah a dit…

Je rejoins edfrench sur ce point que l'impact d'un billet peut se révéler beaucoup de temps après sa parution.
C'est le cas quand le billet traite d'un sujet qui n'est pas (encore) sous les projecteurs de l'actualité mais aussi quand il demande une maturation de la réflexion.
Un blog est une somme faite de billets "jetables" et de billets "fondateurs".
Mais même les "jetables" ont une importance dans la durée, au moins une valeur historique.

Une telle somme n'a pas besoin d'être cohérente autrement que dans l'honnêteté intellectuelle, un auteur n'est pas un monolithe, il a le droit (le devoir ?) d'expérimenter des voies qui se révéleront éventuellement stériles et de livrer ses réflexions sans attendre qu'elles soient validées.
Un blog est une coulée de lave : il en sortira autant de scories que de terreau fertile.

Vous semblez déplorer une audience insuffisante mais la nature du travail fourni entraîne que vous intéressez moins l'utilisateur final que le maillon intermédiaire.
L'influence de votre type de discours ne peut être mesurée par l'audimat, ce serait réducteur.
Néanmoins, à lire vos chiffres, vous êtes loin de toucher tous ceux qui pourraient trouver un avantage à vous lire.
La solution réside peut-être moins dans l'affinage des techniques de référencement que dans la détermination du public ciblé.
Quand vous saurez pour qui vous écrivez, et que vous écrirez pour ceux-là, le reste coulera de source.

Enfin, Marci a raison quand il écrit que ceux (dont je suis) qui critiquent l'auto-référence sont des faiseurs de vent.
Mais l'auto-référence est le signe d'un discours figé.
C'est parfait pour la Wikipedia, dont les articles sont actualisés.
Mais pour un blog ?

Et le vent pousse les nuages, c'est un véhicule autant que le résultat de forces invisibles et il a son utilité.
Faiseurs de vent et kingmakers, même combat (sourire).

Heureuse de vous retrouver après ces vacances, monsieur Le Ray.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Szarah,

Que voilà un commentaire de grande qualité !
Non pas que les autres ne le soient pas, entendons-nous bien, mais j'en apprécie le développement.

« Un blog est une somme faite de billets "jetables" et de billets "fondateurs".
Mais même les "jetables" ont une importance dans la durée, au moins une valeur historique.

Une telle somme n'a pas besoin d'être cohérente autrement que dans l'honnêteté intellectuelle, un auteur n'est pas un monolithe, il a le droit (le devoir ?) d'expérimenter des voies qui se révéleront éventuellement stériles et de livrer ses réflexions sans attendre qu'elles soient validées.
Un blog est une coulée de lave : il en sortira autant de scories que de terreau fertile. »

Je relèverais juste que, pour moi, l'auto-référence n'est pas forcément le signe d'un discours figé, j'y vois plutôt la tentative chaque fois renouvelée d'apporter plus d'éléments au sujet traité qu'un seul billet ne saurait circonscrire.

Certes, sur Internet, aucun sujet particulier n'est une monographie au même titre qu'aucun auteur n'est un monolithe, mais je crois que je vais envisager sérieusement la rédaction de pages clés "actualisables" et dédiées à mes grands domaines de prédilection, histoire de capitaliser sur du contenu aujourd'hui trop éparpillé. Ce qui finit quand même par nuire à la cohérence d'un tout.

Jean-Marie

P.S. Ça m'embête un peu que m'appeliez toujours Monsieur Le Ray, ne me faites pas plus sérieux que je ne suis :-)