Pages

jeudi 18 février 2010

Search Alliance entre Microsoft et Yahoo!


Après avoir traité en long en large et en travers, en 2008-2009, la fusion manquée Microsoft - Yahoo!, le partenariat sur la recherche entre les numéros 2 et 3 de l'Internet, annoncé en juillet dernier (voir les détails...), est sur le point d'être mis en œuvre, puisque les autorités américaine et européenne ne s'opposent plus à l'intégration entre les deux.

Donc, dans les semaines qui viennent, Yahoo serala régie exclusive des annonceurs achetant des liens sponsorisés premium aux deux sociétés” en intégrant ses pubs dans les pages de résultats fournis par Microsoft, comme l'explique la figure suivante :

avant d'affiner de plus en plus l'intégration.

Ceci étant, vu que la division des rôles entre les deux varie selon les infos, le mieux est d'aller puiser à la source officielle :
Lorsque la Search Alliance sera implémentée, Yahoo! et Microsoft continueront d'offrir à leurs visiteurs une recherche différenciée, mais Microsoft gérera la plateforme technologique qui fournit l'algorithme de recherche (propulsé par Bing) et les résultats payants (via adCenter).

Selon les segments d'appartenance des annonceurs, Yahoo! prendra en charge les grands comptes, les agences de référencement, les revendeurs et leurs clients, tandis que Microsoft s'occupera des annonceurs indépendants et utilisera adCenter comme plateforme de pub pour toutes les campagnes de recherche.

L'inventaire publicitaire sera commun à Microsoft, Yahoo! et leurs partenaires respectifs...


[Une version française est maintenant disponible]
Dont Facebook ! J'imagine aussi que Ballmer doit regarder Twitter d'un œil très intéressé...

Comme l'explique le communiqué de presse, la transition devrait s'achever avant la fin de l'année, avec essentiellement pour cible les annonceurs US...

En gros, l'idée derrière le deal peut être reprise dans les « quatre piliers » énoncés par Ballmer pour la fusion, rapportés au seul volet de la recherche :


avec des synergies pointant essentiellement vers les dollars des annonceurs (et, espérons-le aussi, sur la pertinence des résultats...) :


On pourra déjà faire un premier bilan en fin d'année, même si, d'ores et déjà, avec la progression constante de Bing, notamment grâce à son intégration récente dans Facebook (qui a fini par dépasser Yahoo!), Microsoft avance - lentement mais sûrement - dans la réalisation de son programme "10, 20, 30, 40"...

En tout cas, vu les chiffres actuels, il est clair désormais que la recherche sur Internet se limite à un duopole, Google vs. Microsoft : bloc contre bloc, l'internaute au centre...



Partager sur Facebook

P.S. Quant à l'avenir de Yahoo! maintenant, c'est un autre problème...



Il est peut-être bon de citer in extenso le communiqué de la CE :
La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement européen sur les concentrations, le projet d’acquisition des activités de recherche en ligne de Yahoo! Inc. et des annonces liées à ces recherches par Microsoft. Elle a conclu que cette concentration n’entraverait pas de manière significative l’exercice d’une concurrence effective dans l’Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci.

Microsoft exerce des activités au niveau mondial dans la conception, le développement et la vente de logiciels informatiques et la prestation de services connexes.

Les activités de recherche de Yahoo faisant l'objet de la présente opération comprennent la recherche en ligne et les annonces liées à ces recherches, y compris la plateforme d'annonces liées aux recherches en ligne de Yahoo, Panama. En vertu des accords conclus entre Microsoft et Yahoo, Microsoft acquerra une licence exclusive de dix ans sur les technologies de recherche développées par Yahoo. Microsoft utilisera également le personnel travaillant pour le moteur de recherche en ligne et pour les annonces liées à ces recherches de Yahoo. Microsoft deviendra le fournisseur exclusif de résultats de recherche en ligne de Yahoo et d'annonces liées à ces recherches. En contrepartie, Microsoft conservera 12 % des recettes générées par les recherches effectuées sur les sites de Yahoo et de ses partenaires pendant les cinq premières années des accords et reversera 88 % de ces recettes à Yahoo au titre des coûts d’acquisition de trafic.

Dans l'EEE, les activités de recherche en ligne et des annonces liées à ces recherches de Microsoft et de Yahoo sont très limitées et leurs parts de marché cumulées demeurent généralement inférieures à 10 %. À l'inverse, Google détient généralement des parts de marché supérieures à 90 %.

Selon Microsoft, le fait d'acquérir les activités de recherche en ligne de Yahoo et d'augmenter ainsi sa taille dans le domaine des annonces liées à ces recherches lui permettra de concurrencer Google d'une manière plus crédible et d'apporter une plus grande valeur ajoutée aux annonceurs. L'enquête de marché de première phase menée par la Commission a montré que la taille est un élément important pour être un concurrent crédible en matière d'annonces liées aux recherches en ligne.

La Commission a également examiné l'incidence éventuelle de cette concentration sur les différents acteurs du marché, notamment les utilisateurs de moteurs de recherche en ligne, les annonceurs, les éditeurs en ligne et les fournisseurs de technologies de recherche. L'enquête de marché de première phase menée par la Commission a montré que non seulement ces opérateurs n'attendent pas d'effets négatifs de ce rachat sur la concurrence ou sur leurs activités, mais qu'ils en espèrent au contraire un renforcement de la concurrence dans le domaine de la recherche en ligne et des annonces liées à ces recherches en permettant à Microsoft de concurrencer plus efficacement Google.

L’opération a été notifiée à la Commission en vue de son autorisation le 15 janvier 2010.

De plus amples informations sur cette affaire sont disponibles à l’adresse suivante.


, , , , , ,

Aucun commentaire: