Pages

vendredi 19 décembre 2008

Les dinosaures, les autruches et les lézards


On va encore m'accuser de m'acharner, mais la métaphore me semble particulièrement parlante.

Les dinosaures, ce sont les journaux et les organes de presse qui croient peut-être que leurs dimensions et leurs appuis vont les protéger encore longtemps de l'extinction s'ils n'évoluent pas.

Les autruches (les lézards, c'est pour la chute...), ce sont les journalistes qui préfèrent mettre la tête dans le sable pour nier ce qui se passe autour d'elles et d'eux en faisant semblant de ne pas le voir, comme Aliocha à qui un commentateur de son blog fait observer :
Lorsque des “bloggueurs” inconnus viennent faire la leçon aux journalistes, avec un pseudo-mépris de vainqueurs virtuels, on peut en sourire ou s’énerver. Mais lorsque c’est Alain Joannes, journaliste, qui crucifie l’ “aveuglement” de la presse, son incapacité chronique à se réinventer et à évoluer, vous en pensez quoi ?
et auquel elle répond :
la même chose, comment vous expliquer, je retrouve le même ton que je n’aime pas, le même esprit négatif, la même inexplicable rage. Soit on a des idées, on monte un projet et on n’a pas le temps de taper sur les autres, soit on se désintéresse du sujet, mais je ne m’explique pas cette agitation stérile et agressive. Franchement. Cela étant, je crois que je vais purement et simplement m’en désintéresser.
C'est moi qui graisse, car cette non-réponse témoigne avec beaucoup de clarté de l'état d'esprit de nombreux journalistes, qui préfèrent se retrancher derrière une déontologie improbable, voire introuvable, plutôt que de se remonter les manches pour affronter les problèmes à bras-le-corps.

Car mettre en avant des truismes factieux (le même ton que je n’aime pas, le même esprit négatif, la même inexplicable rage) évite surtout d'aller voir ce qu'il y a derrière : où elle pourrait découvrir, par exemple, que le soi-disant "ton qu'elle n'aime pas" ou les mêmes "esprit négatif" et "inexplicable rage" peuvent dissimuler l'amour d'un journaliste pour son métier ou d'un simple citoyen pour le sens et la valeur des mots, et que l'un se désespère de constater « L'aveuglement "radical et persistant" » de sa profession (si la presse n'aime pas Google, qu'elle fasse sans...), l'autre étant las de voir que ceux-là même qui brandissent l'écu de la déontologie à tout-va sont souvent aussi ceux qui prennent les gens pour des cons.

Et si je poursuis le raisonnement d'Aliocha, pour peu qu'elle en ait un qui se tienne, en quels termes faudrait-il lui présenter la situation désastreuse de la presse aujourd'hui pour que ses chastes oreilles ne soient point trop troublées par un ton qui dérange ou par un esprit négatif inexplicablement rageur ? Je m'interroge !

En Italie, 68% des gens pensent que les journalistes sont des menteurs ! Outre 60% qu'ils sont peu ou pas du tout informés, 55% qu'ils ne sont pas préparés à l'information (très mal préparés pour 32% et mal préparés pour 23%), 52% qu'ils ne sont pas indépendants, 48% qu'ils sont partiaux, 40% qu'ils sont corrompus, etc.

C'est la faute aux blogueurs, peut-être ? Et bien non, c'est une étude de journalistes ! Réalisée par des journalistes, pour des journalistes. Vous ne manquerez pas de me rétorquer que ce n'est pas en France, non, c'est clair, en France on en est loin, et pourtant c'est quand même en Europe, vous savez, l'Europe, là où ça va bien, pas comme aux États-Unis...

C'est pourtant aux États-Unis que je vois le plus de réactions, où des rapports nous disent que les rédactions doivent s'activer et les journaux américains tenter de s'adapter aux nouveaux usages induits par Internet (via Techcrunch) :
  • De plus en plus de journaux expérimentent le contenu généré par l'utilisateur : 58% autorisent les utilisateurs à publier des photos, 18% des vidéos et 15% des articles.
  • En 2008, 75% des sites de presse ont permis aux utilisateurs de commenter les articles, soit plus du double par rapport à l’année précédente.
  • 10% des sites de presse ont des fonctionnalités de réseaux sociaux : profils d'utilisateurs, possibilité de lier ses "amis", etc. Il est d’ailleurs surprenant que ce taux ne soit pas plus élevé.
  • 76% des journaux en ligne mettent en avant les contenus plus populaires sous une forme ou une autre (articles plus partagés par courriel, plus blogués, plus commentés, etc.). Contre 51% en 2007 et 33% en 2006.
  • Sans surprise, tous les journaux en ligne affichent des pubs : 100% ont des publicités contextuelles et 43% des annonces interstitielles.
  • Depuis deux ans, presque tous les sites de presse ont des liens d’intégration avec les sites de social bookmarking tels que Digg ou Delicious : 92% des journaux en ligne vs. 7% en 2006 !
  • Parmi les nouvelles fonctionnalités examinées cette année, l’étude constate que 57% des journaux en ligne ont une édition PDF, 20% des options de chat, 96% fournissent des infos sur la météo locale, 40% utilisent les alertes par SMS et 70% les calendriers événementiels communautaires.
  • Le nombre de sites qui exigent une inscription pour voir davantage de contenus (gratuits ou payants) a diminué depuis 2007.
  • Sur 100 journaux, tous ont une forme ou une autre de flux RSS. Ils étaient trois en 2007 !
Or donc, tendre et douce Aliocha, rendre compte de ça, est-ce faire preuve d' "agitation stérile et agressive" ? De même que proposer un modèle d'évolution aux dinosaures et aux autruches ?

Comme les lézards de la famille Podarcis sicula, dont l'on pourrait résumer la devise par l'adage suivant : s'adapter ou mourir. Extrait :
Cependant pour retourner à nos propres capacités d’adaptation, (...) j’en viens à me demander si la brillante intelligence dont l’homme est pourvu ne serait pas un simple ornement ne jouant aucun rôle dans sa capacité à s’adapter à un nouvel environnement. Car à voir l’entêtement que nous mettons à ne pas voir les changements (...), on est bien obligé de constater que notre belle intelligence et notre gigantesque culture, n’est qu’un ornement.
S'adapter, évoluer ou mourir :


Et puisqu'il faut bien conclure, la seule chose sur laquelle je suis d'accord avec vous (comme quoi...), c'est que si les journaux et les journalistes qui les font disparaissent, cela ne signifiera jamais que les blogueurs auront gagné, mais que « tout le monde sera perdant ». Triste, non ?


Partager sur Facebook

P.S. En parlant de vivre ou mourir...



Via Martin Lessard, interview vidéo de Jean-Claude Guillebaud. De même que celle-ci, d'un journaliste, Dominique de Montvalon, qui n'a pas peur des mots...



, , , , , , , , , , , ,

3 commentaires:

Nicolas Cynober a dit…

Salut. J'ai deux questions.

A ton avis, on a combien de temps de retard sur les états-unis?

Est-ce vraiment un retard? Les choses peuvent elles évoluer autrement en France (pour des raisons culturelles...) ?

Jean-Marie Le Ray a dit…

Nicolas,

tes questions appellent un développement que j'intégrerai à mon prochain billet sur la question, pour l'instant je suis en vacances, sans connexion adsl et sans clavier francais, donc bonnes fetes et probablement à l'année prochaine :)
Jean-Marie

Guillaume a dit…

Je pense que le journalisme doit retrouver ses fondamentaux : l'investigation, l'enquête, la recherche de la vérité, celle qui dérange, et nous la coller sous le nez.

Le Web n'est qu'une nouvelle source - puissante - du bruit qui couvre le travail journalistique un peu plus. D'un autre côté, c'est une formidable opportunité de se faire entendre en dehors des cercles de distribution habituels.

J'en profite pour te souhaiter de très bonnes fêtes de d'année, Jean-Marie !