Pages

mardi 2 décembre 2008

Du futile au futur : l'avenir de la presse est-il écrit ou à écrire ?

Du futile au futur : l'avenir de la presse est-il écrit ou à écrire ?

Le 20 novembre 2008 a été déposé au Sénat l'avis numéro 100 du Tome VI de Projet de loi de finances pour 2009, signé par M. David ASSOULINE et consacré aux médias, aux avances à l'audiovisuel et à la presse.

On y apprend des choses, bien sûr. Et notamment qu'un avis favorable a été donné à l'adoption des crédits pour 2009 du programme 180 « Presse » de la mission « Médias », avant même que ne se concluent les légendaires États Généraux de la Presse écrite...

Pour autant, même si l'avenir de la presse n'est pas écrit, les chèques sont signés !

Parmi les critères qui rendent la situation économique de la presse écrite particulièrement préoccupante, selon le rapport, citons notamment :
  • Un lectorat en déclin
  • Une concurrence accrue sur le marché publicitaire
  • L'intérêt croissant des annonceurs pour Internet et la presse gratuite
  • Une évolution en ciseaux des recettes publicitaires de la presse (...) à craindre sur la longue période
  • Le maintien de coûts fixes élevés
  • La progression du prix du papier (...) fortement corrélée à la demande internationale
  • Des coûts de fabrication plus élevés que la moyenne européenne
  • Des modes de diffusion en profonde mutation
  • Un besoin de rénovation à tous les niveaux, etc.
Ça fait quand même beaucoup... D'où le constat d'une rénovation indispensable du dispositif d'aides à la presse, directes et indirectes, adapté aux défis du secteur :
  1. Les aides à la diffusion : à la recherche de nouveaux circuits et modes de distribution
  2. Les aides au pluralisme : consolider l'assise financière des entreprises de presse tout en renforçant la confiance des lecteurs dans l'indépendance de la presse
  3. Les aides à la modernisation : aider la presse à ne pas manquer le rendez-vous du numérique
  4. La nécessité d'accompagner l'Agence France-Presse dans ses mutations technologiques
Ça fait beaucoup là encore...

Mais face à une presse écrite payante française, qui « devrait être globalement déficitaire dès 2010-2011 et enregistrer une perte de 700 à 800 millions d'euros à l'horizon 2015 » (source : OC&C Strategy Consultants), le tout s'accompagnant d'une « réduction drastique des recettes de la presse d'information politique et générale », au point de reculer de 15 ans en tombant en 2008 au plus bas niveau de 1993 :


il me semble logique de compenser les pertes par l'argent du contribuable. La péréquation, ça s'appelle, ou égalité dans la répartition...

Alors allons-y gaîment avec le programme 180 :
Dans ce contexte extrêmement morose pour la presse quotidienne payante, les crédits alloués au programme 180 « Presse » de la mission « Médias » s'élèvent, en 2009, au même niveau que ceux inscrits en loi de finances initiale pour 2008, soit 284,6 millions d'euros en autorisations d'engagement (AE) et 279,6 millions d'euros en crédits de paiement (CP). Dans le cadre de la programmation triennale, ils seront ensuite ramenés à un montant de 279,6 millions d'euros en AE (274,6 millions d'euros en CP) en 2010, puis à 274,6 millions d'euros en AE (269,6 millions d'euros en CP) en 2011.

Le programme 180 se compose de deux actions :
- une action relative aux « Aides à la presse », dotée de 175,2 millions d'euros ;
- une action consacrée aux « Abonnements de l'État à l'AFP », dotée de 109,4 millions d'euros.
Ajoutez ça aux aides perçues pendant ces quinze dernières années, depuis 1993, justement :


et vous verrez que nous ne sommes pas loin d'une pilule globale de 20 milliards d'euros ! Oui, vous avez bien lu : 20 MILLIARDS D'EUROS.

On comprend parfaitement que le modèle est à perpétuer. Surtout pour ceux qui encaissent... À quand l'aide pour les blogueurs, je me demande !

Bon, rassurez-vous, cela n'empêchera pas le prix des journaux d'augmenter, faut pas exagérer non plus. L'évolution tarifaire au 1er janvier de chaque année est d'ailleurs déjà programmée jusqu'en ... 2015 (oui, vous savez, quand les pertes devraient s'élever à 700 ou 800 millions d'euros, ne chipotons pas, nous ne sommes quand même pas à 100 millions d'euros près) :


Sans compter que ces différentes subventions ne sont pas exemptes de dégâts collatéraux...

Mais bon, une fois encore, soyons assurés que la gestion des finances de l'état sera conforme à ce qu'on attendrait d'un bon père de famille, comme toujours...

Voilà pour le futile (clin d'œil). Passons au futur.


Premier prix : un contrat d'embauche !

Mais le futur, c'est également ça : le Huffington Post vient de lever 15 25 millions de dollars de fonds publics privés !

Ainsi pendant que les américains réinventent leur journalisme en tentant d'innover à 360°, en France on collectionne les rapports :
  1. Rapport Spitz - Les jeunes et la lecture de la presse quotidienne d'information politique et générale (octobre 2004)
  2. Rapport Muller - Garantir le pluralisme et l'indépendance de la presse quotidienne pour assurer son avenir (juin 2005)
  3. Rapport Lancelot - Les problèmes de concentration dans le domaine des médias (décembre 2005)
  4. Institut Montaigne - Comment sauver la presse quotidienne d'information ? (août 2006)
  5. Rapport Tessier - La presse au défi du numérique (février 2007)
  6. Rapport de Broissia - Presse quotidienne d'information : chronique d'une mort annoncée ? (octobre 2007)
  7. Rapport Giazzi - Les médias et le numérique (septembre 2008)
Etc. etc. Plus d'un rapport par an, et avec tout ça ces cons de décideurs qui sont pas foutus de décider autre chose que la perpétuation de rentes de privilèges ! Mais c'est toujours nous qu'on paye, il va sans dire...

Et pourtant, il y aurait des solutions. Prenons l'exemple des petites annonces :
(2) Vers la disparition des petites annonces des colonnes de la PQN ?

L'évolution des recettes de petites annonces est plus contrastée entre les différentes catégories de presse quotidienne d'information politique et générale.

S'agissant de la presse quotidienne nationale, les résultats de l'enquête statistique annuelle sur la presse écrite menée par la Direction du développement des médias révèlent que les recettes de petites annonces se sont contractées de 4,6 % en 2006. Si celles-ci comptaient pour 320 millions d'euros dans les recettes de la presse nationale d'information en 1990, elles ne représentent plus aujourd'hui que 70 millions d'euros soit à peine 5 % du chiffre d'affaires total de cette catégorie de presse.

A contrario, les résultats obtenus par la presse locale incitent à l'optimisme. Celle-ci a su en effet maintenir et même renforcer la part des petites annonces dans ses recettes commerciales. Ces annonces ont progressé de 42 % depuis 1990 et représentent désormais près de 17 % de ses recettes.

On peut en conclure que le support des journaux locaux est mieux adapté aux petites annonces que les quotidiens nationaux généralistes. Les petites annonces publiées autrefois dans ces derniers ont massivement migré vers les journaux gratuits et internet, ce qui conduit à s'interroger sur l'avenir de cette catégorie d'annonces et de recettes dans les pages et les bilans de la presse quotidienne nationale payante.
Or il y a un moyen radical de renverser la tendance ! Alors pourquoi personne ne le fait ?

Enfin, heureusement qu'il y a chez nous des journalistes qui savent encore de quoi ils parlent :

AFP Media Watch Automne Hiver 08 09
Après la tempête, le beau temps revient, paraît-il... Alors, l'avenir de la presse : écrit ou à écrire ? Qu'en pensez-vous ?


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

1 commentaire:

Joseph a dit…

Comme quoi le pere noel existe bien