Pages

jeudi 1 mars 2007

La fin de GYM se dessine, lentement mais sûrement...

Google, premier
Yahoo!, deuxième
Microsoft, troisième


MSN sous-performe de plus en plus, ayant perdu 24% de parts de marché dans la recherche d'une année sur l'autre (janvier 2006 - janvier 2007), alors que Google en gagnait presque autant sur la même période. En outre, la position de Google est beaucoup plus forte en Europe qu'elle ne l'est en Amérique, voir la France pour exemple.

Une situation qui stagne depuis maintenant plus de deux ans, précisément depuis le lancement de MSN Search qui se voulait un "Google killer", en rien modifiée par le restyling en Live Search :


et une troisième place qu'a du mal à digérer Steve Ballmer (retranscription intégrale) :
"We're the number three company in the world for ad-funded online experiences behind Google and Yahoo! We don't like being number three."
Un message subliminal ? Pas tant que ça quand même ! Car Ballmer a beau ne pas toujours répondre aux questions qu'on lui pose (suite à ses attaques répétées), il y répond parfois, et ses paroles ne doivent pas être sous-estimées :
We are the number three seller of Internet advertising in the world, ..., and now the question is where do we go next.
Oui, qu'allons-nous faire maintenant, là est la question ! « Nous réveiller », comme le suggère Ray Ozzie avec son wake-up call ?

Moi j'aurais une solution toute simple : racheter Yahoo ! L'option IV selon les analystes d'UBS (Go big. Buy Yahoo). Pour faire d'une pierre deux coups , en éliminant le deuxième pour prendre sa place et en se rapprochant considérablement du premier par la même occasion.

L'idée n'est pas mienne et revient cycliquement à l'ordre du jour. Microsoft vient d'ailleurs d'acquérir Medstory (annonce faite il y a moins d'une semaine), un moteur vertical dédié à la santé, et reconnaît, toujours par la voix de Ballmer, qu'il peut y avoir encore de gros coups à jouer :
“There may be blockbuster [deals], but the number one thing for us is our own development and let’s call them technology acquisitions.”
Tout est dans le non-dit...

Il y a trois mois, j'ai tenté d'expliquer pourquoi Yahoo serait une proie convoitable par Microsoft, or je ne peux que confirmer mon analyse aujourd'hui : plus que jamais convoitable ! Pour plusieurs raisons défavorables à Yahoo! (mais favorables à Microsoft) :

1. L'action de Yahoo! a perdu près d'un quart de sa valeur en un an :


2. Le management de Yahoo! semble très très agité, et en dépit du lancement réussi de Panama, tout le monde, de Wall Street aux actionnaires, s'accorde à demander la tête de M. Semel, à qui il est reproché, entre autres, d'avoir loupé plusieurs tournants stratégiques, notamment quelques acquisitions manquées, de MySpace à YouTube en passant par ... Google (pour 3 misérables milliards de dollars à l'époque !).

Une chute et une instabilité que Microsoft pourrait (devrait ?) mettre à profit. Je suis d'ailleurs assez surpris de la réponse (ingénue ?) faite par Christophe Parcot, directeur de Yahoo France, à la question sans ambiguïté de Jérôme Bouteiller :
Microsoft pèse 300 Mds $ de Market Cap, Google environ 150 et Yahoo tout juste 40. Pensez vous que Yahoo puisse continuer seul sur ce marché ? Un rapprochement avec Microsoft aurait-il du sens ?
- Oui...

Donc, en donnant pour acquis que la retranscription de l'interview est fidèle, ne reste plus qu'à savoir à quelle partie de la question se réfère M. Parcot :
  1. Pensez vous que Yahoo puisse continuer seul sur ce marché ?
  2. Un rapprochement avec Microsoft aurait-il du sens ?
Oui..., décidément, de part et d'autre de l'Atlantique, tout est dans le non-dit !

Probable qu'ils n'ont pas osé publier le manifeste du beurre d'arachide de Brad Garlinghouse sur leur Suggestion Board, mais que va faire Yahoo maintenant ? À suivre...


, , , , , , ,

2 commentaires:

Vincent a dit…

l'ère Yahoo devrait commencer bientôt!
ce qui est dommage avec cette compagnie c'est qu'ils offrent de bons produits mais ne savent pas rentabiliser leur audience.
Une solution à la Adsense pour tous les éditeurs est ce qu'il les sauvera et ca arrive :-) C'est comme ca que Google s'est enrichit principalement

Jean-Marie Le Ray a dit…

Vincent,

Je suis d'accord, ils ont de bons produits, de l'audience et des atouts sérieux, mais la perception que j'ai de Yahoo est que la marque n'a pas une véritable personnalité, et donc, ne génère aucune culture. S'il y a une culture Google, on ne peut pas dire qu'il y ait une culture Yahoo. Et Terry Semel donne juste l'impression de vouloir s'en mettre plein les poches, alors qu'il leur faudrait un personnage charismatique à la Steve Jobs pour lancer la machine.
Sinon ils se feront manger, c'est ce que je crois. Mais je peux me tromper, c'est clair :-)
Jean-Marie