Pages

jeudi 21 janvier 2010

Les chercheurs du Web de 3ème génération


L'ami Laurent, un vieux de la vieille du SEO, nous a demandé, à d'autres blogueurs (voir les liens en fin de billet) et moi, de nous exprimer sur l'avenir du search en nous basant sur l'étude “Search of the future” publiée en décembre dernier par Directpanel, sous-titrée : le moteur de recherche idéal vu par les internautes.

La question me suggère de citer en préambule une série de trois billets écrits il y a 3 ans, inspirés par Gord Hotchkiss, Président & CEO d'Enquiro Search Solutions, Inc., et respectivement intitulés :
  1. Search Engine Results 2010
  2. Les moteurs de recherche innovent, pourquoi les marketers Web n’en font-ils pas autant ?
  3. Moteurs de recherche 2010
Dans ce dernier, je terminais ainsi la série :
La conclusion de ce qui précède est qu'il faut donc penser en termes de multipositionnement, non plus simplement sur le texte mais sur tous les éléments du palimptexte, une réalité qui n'a jamais existé jusqu'à présent, et dont nous avons encore bien des difficultés à appréhender toutes les implications pour notre présence Internet...

Ce n'est plus de simple écriture Web qu'il s'agit, mais plutôt d'ingénierie "scripturale" (linguistique, sémantique, technique, etc.). Interactive, et donc réactive. Adaptative. Selon les buts, les retours d'information, les événements, les destinataires, etc. Sans parler de localisation...

(...) Pour conclure, je vous laisse avec cette question : où sera positionné votre site sur la page de résultats de Google en 2010 (ce n'est qu'une projection, mais on comparera dans trois ans...) ?
Et de nous proposer une hypothèse de pages de résultats plutôt futuriste, même s'il est clair que certaines des idées exprimées sont aujourd'hui réalité.


Donc après une première décennie 1990-2000 qui a consacré les débuts d'Internet comme phénomène mondial, à la fois culturel, socio-économique et même politique, et une deuxième décennie 2000-2010 de meilleure appréhension et de maturité du phénomène (j'imagine qu'aujourd'hui plus personne ne songerait à parler d'Internet comme d'une mode...), voici qu'une troisième génération d'internautes va devoir se mesurer avec les prochains bouleversements à venir sur la décennie 2010-2020 : Et que font les internautes dans cet incroyable fouillis planétaire pour s'y retrouver ? Ils cherchent ! Ils interrogent leurs réseaux sociaux, s'informent en temps réel sur leurs flux et sur Twitter, mais surtout ils questionnent les moteurs, point de passage obligé pour accéder aux richesses inépuisables du Web.

Or il y a dans l'étude Directpanel une diapo qui m'intéresse plus particulièrement, elle pose la question suivante : « Dans quelle mesure pensez-vous que les moteurs de recherche web pourraient s'améliorer dans les 10 années à venir ? »


Pour 1% des sondés, pas d'améliorations à attendre, un peu pour 33%, beaucoup pour 48%, et une évolution radicale pour 19%.

Ce qui veut dire que pour près de 100% des internautes, les améliorations potentielles côté moteur seront nombreuses sur la décennie 2010-2020, un vrai plébiscite !

Il y a cependant une donnée manquante, selon moi, dans cette étude, à rechercher non plus côté moteur, mais côté internaute. À savoir qu'en général les gens cherchent n'importe comment, une légèreté le plus souvent compensée par l'incroyable pertinence des résultats retournés. Pas toujours, je sais, mais il n'empêche...

Pour faire un parallèle, c'est la même histoire que ceux qui n'utilisent leur ordinateur qu'à 10% de ses capacités. Idem avec la recherche sur le Web, où la maîtrise a minima de la syntaxe moteur permet de circonscrire les résultats en minimisant le bruit autant que le silence.

Car après tout l'alphabétisation "moteurs" n'implique qu'un nombre fort limité de commandes, qu'on peut compter sur les doigts des deux mains (site:, link:, filetype:, inurl: / allinurl:, intitle: / allintitle:, intext: / allintext:, cache:, etc.), mais dont la pertinence des résultats fournis évite souvent l'allongement moyen des requêtes.

Cela permet ainsi de résoudre facilement deux des fonctionnalités les plus impactantes sur la vie quotidienne, selon l'étude, à savoir "m'aider à identifier parmi tous les résultats ceux qui sont les plus fiables" et "filtrer et ne pas afficher les résultats faux, périmés ou non pertinents".

Quant aux autres, telles que "permettre de rechercher dans les souvenirs stockés dans ma mémoire" (à moins qu'il ne s'agisse de la mémoire de mon ordi...), "comprendre des requêtes mentales / lire dans mes pensées" ou "fournir instantanément des informations sur une personne ou un objet que je touche", pour moi cela s'apparente moins à de la recherche Web qu'à de la science fiction.

Donc pour l'instant je me contenterai de choisir la syntaxe et les termes appropriés dans mes requêtes, car après tout, les bons mots clés restent ceux qui ouvrent les bonnes portes dans le labyrinthe Internet.

Et il est évident que de plus en plus, la page de résultats sera définie autant par l'utilisateur que par le moteur ! Une dimension qui, selon moi, manque à cette étude.

Dont une prochaine mouture devrait s'intéresser non plus à ce que les internautes s'attendent à trouver, mais à comment ils entendent le chercher. Je suis sûr qu'on aurait des surprises...




Liens connexes


Sylvain Richard
http://blog.axe-net.fr/enquete-google-sur-la-recherche-du-futur/

Marie Pourreyron
http://www.pink-seo.com/blog/futur-search-461

Léo Ludwig
http://fr.propulsr.com/moteurs-de-recherche/google-vision-futur/

Aurélien Bardon
http://oseox.fr/blog/index.php/786-moteur-recherche

Renaud Joly
http://www.renaud-joly.fr/index.php/post/2010/google-recherche-internautes

Antoine Leroux
http://www.antoineleroux.fr/google/futur-moteur-de-recherche/697

Aymeric Jacquet
http://ajblog.fr/referencement/802-recherche-ideale.html

Laurent Bourrelly
http://www.laurentbourrelly.com/blog/531.php

Sébastien Vallery
http://www.seoplayer.com/google/quel-futur-pour-la-recherche-d-information-en-ligne.html

Michel de Guilhermier
http://micheldeguilhermier.typepad.com/mdegblog/2010/01/google.html

David Degrelle
http://www.1ere-position.fr/blog/etude-google-le-moteur-de-recherche-du-futur

Olivier Andrieu
http://blog.abondance.com/2010/01/google-et-le-moteur-de-recherche-ideal_21.html

Olivier Duffez
http://www.webrankinfo.com/actualites/201001-search-future.htm

Gonzague Dambricourt
http://gonzague.me/futur-search-selon-google

Partager sur Facebook

P.S. La morale de l'histoire est la suivante : pour trouver des résultats pertinents, apprendre à bien chercher. Il y a des choses qu'on ne peut déléguer, l'apprentissage d'une langue, par exemple. Idem pour celui de la syntaxe de recherche (cf. opérateurs, via Aymeric). Google est comme le moteur d'une Ferrari de race, rien ne me servira d'en avoir une si je ne sais pas conduire !

, , , , , , , , , , , , ,

20 commentaires:

Léo a dit…

Point de vu intéressant qui rejoins celui de Laurent et d'Aymeric : on ne sait pas utiliser les moteurs de recherche.

Je suis en train de lire "don't make me think" (Steve Krug), et il dit que les internautes vont au plus facile, quitte à se dépatouiller ensuite pour trouver ce qu'ils cherchent exactement - donc dans notre cas plutôt que d'apprendre les opérateurs on cherche simple et passe 10 minutes à naviguer au travers des résultats).

ps. bluffant la vision des SERPs en 2007 pour 2010

Jean-Marie Le Ray a dit…

Léo,

c'est vrai que le réflexe est d'aller au plus facile et si on perd un peu de temps, pourquoi pas, vive la sérendipité :-)

Mais quand tu passes ta vie en ligne à chercher, parfois aussi c'est bon d'aller au plus court !

Quant à la vision des SERPs en 2007, ce que je retiens entre autres choses, c'est qu'il avait vraiment vu arriver l'impact des vignettes vidéo au milieu des liens textes.

J-M

Seb a dit…

"s'intéresser non plus à ce que les internautes s'attendent à trouver, mais à comment ils entendent le chercher"

C'est exactement ce qui me manquait à la lecture, il y a dans l'étude quelques questions dans ce sens mais pas suffisamment je pense. Ton approche de la question globale est assez intéressante je trouve.

J'ai publié ma mouture tout à l'heure, j'étais absent au moment de la publication synchronisée.

Morgan a dit…

Approche interessante comme le souligne Seb, de quelle façon chercherons nous... Vous êtes plusieurs à penser qu'il faut peut etre éduquer l'internaute plutot que ce soit le moteur qui mache tout le boulot.

Sympa aussi la petite intro avec les liens et tendances :)

Aymeric Jacquet a dit…

Bonjour Jean-Marie,

Plus j'avance dans la lecture des articles, plus j'apprécie la pluralité des points de vue apportée par les différents profils des intervenants.

J'attendais ta vision de la chose, je ne suis pas déçu.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Seb, Morgan, Aymeric,

je crois que c'est l'internaute lui-même qui doit s'éduquer à la recherche, car comme je le dis en P.S. c'est selon moi un type d'apprentissage qu'on ne peut déléguer.

Maintenant, sur les champs d'amélioration possibles pour un moteur, il y a un point que je n'ai pas abordé dans mon billet, qui concerne la "segmentation" des recherches (ou leur "verticalisation", pour mieux dire).

C'est un la thèse qui est développée par Michel de Guilhermier sur l'e-shopping. Perso, parmi les domaines où je trouve que les recherches sont plus ardues, il y a le binôme voyages-vacances.

Ex. : je veux aller dans un pays que je ne connais pas, voire dont je ne connais pas la langue si j'ai envie d'exotisme, je trouve que c'est galère de répondre à ces "simples" questions en utilisant les moteurs :

- où je vais ?
- pour voir quoi ?
- comment j'y vais ?
- où je loge ?

Etc. A mon avis c'est un des "verticaux" où il devrait y avoir de grandes marges de manoeuvre pour améliorer la pertinence, tant des requêtes que des résultats...

J-M

Aymeric jacquet a dit…

Jean-Marie,

Nous sommes d'accord, comme toujours, dans le meilleur des mondes, l'évolution pourrait passer par une meilleure éducation de l'utilisateur.

Mais en même temps, nous sommes toujours dans l'ère du pré maché et c'est hélas ce qu'attendent ces mêmes utilisateurs.

"Fais à ma place ce que j'ai la flemme de faire moi même."

La verticalité des résultats est bien sur la meilleure piste mais dans ce cas, on se retrouvera soit avec des SERPS surchargées soit on revient au point premier : le filtre en amont.

Et là, on bute de nouveau à la flemme ambiante.

Seb a dit…

J'ai vu ca aussi, ceux qui estiment que l'internaute doit savoir se débrouiller. Oui l'internaute doit évidemment s'éduquer lui même, mais la valeur ajoutée Google et de ses concurrents c'est d'apporter une certaine ergonomie et expérience utilisateur qui ira dans le sens de cette éducation. Aussi, les internautes ont des besoins qu'il ne connaissent pas correctement eux-même, dans ce contexte c'est difficile pour eux de se dire "c'est possible de chercher çà facilement", la plupart ne soupconne meme pas l'existence des opérateurs de Google. On va pas demander à des users lambda d'aller apprendre tous les opérateurs, j'éxagère car c'est pas la demande mais exiger des connaissances pour l'utilisation de certaines possibilité de la recherche en ligne est incensé quand on se place du coté de l'offre surtout que c'est en plus un frein à l'utilisation et à la découverte de fonctionnalité.

La difficulté de la verticalité selon Google c'est de l'associer à la recherche web (généraliste). Je reste quand même convaincu de la valeur ajoutée des moteurs de recherche verticaux en soit et de l'intérêt de segmenter encore plus en développant de nouveaux outils de recherches verticaux associés directement à Google Search via la recherche universelle.

Renaud a dit…

Ho oui la syntaxe moteur de recherche progresse chez les internautes. Depuis 2 ans les "comportement de recherche" que l'on cible en référencement ont littéralement explosé. Plus de mots cles, des syntaxes différentes (on devine la construction de la recherche). Seuls les opérateurs booléens restent peu utilisés , d'ou la personnalisation et la recherche universelles qui servent a
désambiguïser les recherches.

mutuelle a dit…

merci pour votre article intéressant

forex en ligne a dit…

Merci pour cet article très intéressant.

jouer en bourse a dit…

Moi je penses qu'il faut prendre le temps.

En tout cas merci pour cette article intéréssant.

location saisonniere croatie a dit…

Tout à fait d'accord avec : Seuls les opérateurs booléens restent peu utilisés , d'ou la personnalisation et la recherche universelles qui servent a
désambiguïser les recherches.

tchatche a dit…

Super article que je trouve super intéressant, merci beaucoup

infoactu a dit…

Vraiment sympa l'ébauche du futur design!

web-creativite

Jouer en bourse a dit…

Il est toujours très intéressant de retrouver un article, dans ces bookmarks, que l'on a lu, il y a un peu plus d'un an.
L'article est toujours correct malgré les changement actuellement et la prochaine venue de Google Panda

Daniel Roch a dit…

L'hypothèse de page présentée peut vraiment paraître brouillon, mais on voit clairement que certains aspects sont déjà présents dans les résultats en 2011 (notamment l'intégration de Google Maps, des vidéos ou encore de Google product).

Reste à savoir à quel point les internautes vont apprécier ou non ce mélange des résultats de recherche, sachant que certains aspects ne prennent pas du tout en compte la qualité du résultat (surtout Google product intégré dans les résultats web).

tchatche a dit…

ça evolu vite le web mine de rien

chatroulette a dit…

Pff moi je trouve que justement sa évolue bien trop vite ! Dès que l'ont goût à quelques choses on a direct une nouvelle chose peu de temps aprés.

jeu sur navigateur a dit…

Et oui il est vrai que tout le web évolue bien trop vite mais c'est pas si mal on aime les nouveautés !