Pages

samedi 29 novembre 2008

La question du sens

La question du sens

Réflexion initiée à la lecture de ce billet de Narvic, dans lequel il relève qu'on assiste à une productivité d' "information" à grande échelle, « sans que jamais la question du sens ne soit injectée à aucun moment dans les procédures de traitement. », et où le journaliste se trouve « surclass(é) sur bien des aspects décisifs : efficacité, production, coût, bref... productivité. » Et d'ajouter :
Reste le terrain du sens, si cette question a encore un sens...
Une problématique qui dépasse largement les seuls journalistes, selon moi, et que l'on peut tranquillement étendre à l'ensemble des internautes.

Et même hors Internet, puisque n'oublions pas qu'il y a encore, "out there", cinq fois plus de gens que la population des internautes, qui ne se sont jamais connectés au Web...

Or la question du sens est, à mon sens, si je puis dire, LA question à se poser, en tout cas celle que je me pose depuis le début : Quel est le sens de ma présence sur Internet ?

Le sens étant, toujours selon moi, la première des trois composantes de notre présence sur Internet.

C'est d'ailleurs pour cela que j'ai souhaité faire d'Adscriptor un lieu de sens, un lieu d'analyse et de contextualisation de l'info brute, où je préfère me taire quand je n'ai rien à dire et que je tourne en rond.

Inutile de participer à l'amoncellement de strates bloguesques où seule compte la superficie, qui ont pour unique intérêt de se substituer les unes aux autres à la vitesse de la lumière, frappé par crainte d'une désertion répressive des "abonnés" dès que vous arrêtez d'enfiler les actus kleenex comme des perles sur un collier.

Pour autant les agences de presse telles l'AFP et autres ne sont-elles pas des canons à dépêches dont se nourrissent bon nombre de journaux sans trop se demander ce qui se passe derrière...

Donc avec Internet, à part amplifier le phénomène vu la puissance inouïe de ce nouveau média, dans l'absolu quelle serait la différence avec avant ?

Om Malik voit se dessiner un avenir divisé en deux courants : d'un côté, un déferlement ininterrompu d'infos brutes provenant de sources diverses - Twitter, téléphonie mobile véhiculant messages, photos et vidéos, ou encore témoignages directs d'un événement obtenus via les réseaux sociaux -, et de l'autre les médias traditionnels, qui seraient chargés d'analyser et de contextualiser l'info en y apportant de l'intelligence ! Le tout en temps réel :
And that’s when I realized that the future of media is being split into two streams: one that consists of raw news that comes like a torrent from sources such as Twitter, mobile messages and photos, the other, from old media. The eyewitness dispatches (and photos) via social media are an adjunct to the more established media — which needs to focus on providing analysis, context, and crucially, intelligence — in real time.
Approche séduisante mais presque totalement contredite dans les faits, puisque de plus en plus les journalistes "traitent" l'info un peu n'importe comment (voir ici, , et là encore...), en caressant le public dans le sens du poil et des intérêts de leurs éditeurs. Je ne dis pas tous, mais beaucoup, inutile de le nier. L'indépendance des journalistes a fait long feu, même s'il existe encore quelques journalistes indépendants et fiers de l'être, heureusement !

Toutefois ils sont plutôt l'exception qui confirme la règle que le contraire. Cela dit, je ne partage pas vraiment l'analyse de Narvic lorsqu'il pense :
J’en suis au point d’estimer que sur internet se joue l’affrontement de deux approches, deux visions, deux théories de l’information, incompatibles et alternatives l’une de l’autre. Elles avaient évolué avant internet dans des sphères séparées, mais elles se rencontrent aujourd’hui sur ce terrain d’internet. Et l’une est en passe de supplanter l’autre.
Franchement, je ne vois pas pourquoi l'une devrait supplanter l'autre. Je ne crois pas au "celle-ci tuera celle-là". Je les imagine plutôt forcées de cohabiter et d'évoluer ensemble. Une vision personnelle que j'ai déjà tenté d'expliciter :
Dans cette ère nouvelle du one-to-one (ou many-to-many, ou many-to-one, ou one-to-many...), l'information ne se bâtit plus sur un modèle vertical, top-down qui plus est, mais horizontal, transverse, de liaisons (liens).

Par agrégation/associations d'idées, d'infos, de liens, de billets, de vidéos, de pages de résultats de moteurs, de micro-messages, de fils de discussion, de présentations, de documents partagés, etc. En clair : de tout ce qui peut faire sens. Indépendamment du support.

Et pour terminer sur un parallèle, de même qu'un organe de presse commet une erreur évidente et grossière en pensant que "son" site pourrait être assimilable à TOUT le Web, ainsi en va-t-il de l'article, que personne ne peut plus sérieusement considérer aujourd'hui comme un tout, qui ferait le tour de l'info.

L'heure est donc venue pour les journalistes d'écrire des articles - s'ils tiennent à conserver le terme -, qui feront sens plus par leurs connexions avec le reste de l'infosphère que par leur exhaustivité, une utopie à jamais révolue.

Dans l'infosphère, l'info n'a plus de centre.
Elle n'a plus de centre, mais elle a encore un sens : celui que chacun/e lui donne...


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

6 commentaires:

Szarah a dit…

"Elle [l'info] n'a plus de centre, mais elle a encore un sens : celui que chacun/e lui donne ..."

Autre proposition : l'info n'a aucun sens (elle est absurde) mais elle nourrit autant d'égocentrismes qu'elle trouve de consommateurs.

Laurent Bervas a dit…

On peut aussi se demander quel est l'avenir des blogs qui publient des informations au kilomètres, souvent simple recopie d'articles, simplement pour spamer l'index google.

Mon avis est que Google va faire le ménage - en permettant aux internautes de mettre une notre sur les site ...

Nicolas Voisin a dit…

@ JMLR > +1 sur ton bémol. Comme toi je ne vois pas "l'un tuer l'autre"... Bien au contraire, ce qui est riche en conséquences (mixer flux + sens et valeur ajoutée ?)

@ Laurent > Google ? Je vois d'autres pistes... // rien à voir mais on s'est manqué à Paris, nous ! //

Gaël PLANTIN a dit…

En guise de pied de nez à ce billet dont je partage l'essentiel, je renvois au roman de Bernard WERBER, "Nous les Dieux".

Les héros, apprentis Dieu, doivent au final de leur apprentissage, identifier leur Intention, celle qui préside aux choix qu'ils font dans leur gouvernance de leur ouailles...

Il est sans doute un peu facile d'identifier cette Intention et la notion de Sens telle qu'évoquée, mais, néanmoins...

narvic a dit…

Salut Jean-Marie

Je me suis mal fait comprendre, je vais y revenir en essayant d'être plus clair.

Pour moi, la question de sens, et je devrais dire pour être moins ambigu celle de la "signification", oppose deux méthodes de traitement de l'information :

- l'une est "humaine", c'est celle des blogueurs, des commentateurs, des lecteurs qui "votent" dans Digg... et des journalistes, bref de tous les humains qui interviennent en ligne.

- l'autre est celle des algorithmes et tous les automates logiques, qui ne traitent pas l'information au même "niveau". Mais sous une forme abstraite de sa signification et réduite aux aspect purement formels de la structure "informationnelle" du message, appréhendé le plus souvent sous forme statistique.

La question que je pose, c'est celle de l'efficacité de la seconde méthode, qui n'atteint toujours pas le même niveau de pertinence de la première, mais ne cesse de s'en approcher.

J'ai utilisé cette formule ailleurs pour décrire ce que dont je veux parler : les meilleurs logiciels de jeux d'échec ne battent toujours pas la crème des grands maîtres internationaux, mais ils battent déjà 99,99% du genre humain.

Sur le terrain du jeu d'échec, il est clair que les logiciel ont DEJA battu les humains (sauf quelques 0,01% résiduels, qui seront probablement les plus difficiles à battre, car l'effort marginal devient - économiquement - de plus en plus élevé pour les machines pour réduire ce dernier carré).

En matière de traitement de l'information, ma réflexion est que la bataille est déjà jouée également.

Anonyme a dit…

Jean-Marie,
voila une question essentielle effectivement et je partage entièrement votre point de vue.
J'avais beaucoup compté sur le 'web sémantique' pour enfin pouvoir placer des filtres (pertinents pour moi) sur mes centres d'intérêt.
Et puis le temps passe, mes activités changent, saturé par l'information supercielle de mon agrégateur, j'ai perdu l'habitude (question de temps) de suivre le flux qui m'amène ici.
Et puis ce soir, un petit moment de tranquilité... et je tombe sur ce titre... et j'adhère totalement.

Mais que faire ? Comment filtrer ?

Ceci dit, je suis d'accord aussi sur le fait qu'il y a un sens omniprésent sur le web : le SENS du poil ;-)