Pages

lundi 22 septembre 2008

Rapport Giazzi : revue de presse

Rapport Giazzi : revue de presse

Billets connexes sur Adscriptor :
* * *

Suite à la lecture de l'excellente analyse de Narvic, je dois dire que je comprends mieux les tenants et les aboutissants du rapport Giazzi, qui
« dessine un avenir de l’information à deux vitesses, cohérent et sans états d'âme : d’une part un paysage dominé par de grands groupes multimédias (associant presse écrite, radio, télévision et internet) fusionnant les industries de l’information et du divertissement, d’autre part la liberté laissée à un journalisme professionnel indépendant et pluraliste de tenter de se développer à la marge sur internet. »
Emmanuel enfonce le clou :
Réflexe naturel bien français, parfois efficace, toujours spectaculaire, et qui permet de s’économiser une vraie réflexion sur le développement des initiatives individuelles et d’un ecosystème favorable au développement d’un tissu industriel. D’ailleurs je ne vois pas grand monde représentant les medias internet dans la liste des personnes consultées.
Ce rapport est aussi fortement critiqué par les syndicats, qui y voient une double tentative de mainmise sur l'information par « le monde du pognon », et de colonisation des médias par des lobbies industriels « amis de Sarkozy », partisan déclaré du cumul des médias.

Un point également soulevé par Narvic :
L’intérêt de ce texte, clairement inspiré par la défense des intérêts des propriétaires des grands groupes de médias français (Bouygues, Lagardère, Bolloré...), est de présenter une vision cohérente d’un avenir des médias qui serait totalement dominé par ces groupes, dans une logique purement commerciale de l’information. On s’y intéresse en détail, car il est loin d’être acquis que ce n’est pas effectivement ce qui nous attend...
Et Narvic de nous décrire lucidement la transition de l’information... au « canon à dépêches » :
Un écosystème de l’information nouveau, mais cohérent, apparaît au fil de la lecture de ce rapport : des groupes multimédias d’infotainement occupant tout l’espace, distribuant un même produit sur des supports différents avec des formats adaptés, et des journalistes, en nombre réduit, produisant moins de l’information qu’ils ne jouent au cœur du système un rôle d’ingéniérie éditoriale, mettant les contenus « au format » selon le support, sur des critères d’optimisation du référencement et de maximisation de l’audience en fonction des cibles marketing définies par le service publicité... C’est encore un emploi, mais ce n’est plus du journalisme...
Ça me rappelle le canon à spam... Sauf que là on remplace le "spam" par les dépêches de l'AFP, « plate-forme de ressources pour l’ensemble des médias », « émetteur “source” de l’information ». Certes, un seul émetteur source et producteur de ressources pour l’ensemble, c'est plus facile à contrôler ; quant à la qualité de l'info qui en résultera, je la laisse à votre appréciation...

J'ai comme la vague impression que les futurs états généraux de la presse vont faire couler des flots d'encre, des flux de billets et des fleuves de commentaires !

En attendant, pour conclure, le titre qui résume le mieux ce que je pense de cette histoire est celui trouvé par Jean-Louis Legalery pour Mediapart :
Le rapport de Danièle Giazzi sur les medias et le numérique : la voix de son maître...
Il n'en reste pas moins que la mise en chantier d'une révolution des médias à l'ère du numérique est un trop grand projet pour le petit Nicolas (ou un projet trop grand pour Nicolas le petit, au choix), ce qui ne veut pas dire qu'il n'arrivera pas à ses fins...

Mais il faudrait alors parler non plus de révolution, ni même d'évolution, mais tout juste de régression. Sans apporter la moindre solution pérenne, mais destinée à marginaliser durablement la production d'information de qualité en France.

Autrement dit le contraire exact de l'objectif annoncé :
Car le but, c’est aussi que la France puisse faire entendre, via des médias de qualité, sa voix et sa culture dans le monde entier.
Pour autant, ce n'est pas leur sa bataille, et ce ne sera pas la première fois qu'il nous fera avaler la pilule en déclarant d'un ton convaincu que noir c'est blanc et vice-versa, avec son plus beau sourire (où l'on voit bien ses belles dents noires blanches qui rayent le plancher). Tout et son contraire, vous dis-je.

Mais que vaut ma parole de blogueur contre celle d'un président de la république ?


Partager sur Facebook

P.S. Je signale au passage qu'aujourd'hui même, à 12h06’, j'ai laissé sur le blog de Mme Giazzi le commentaire suivant :
Bonjour Madame,

Comme l'indique le contenu de mon billet, je n'ai pas bien compris la place que réserverait la vision qui est la vôtre aux blogs/blogueurs, qui sont pourtant une composante essentielle de la production de l'information sur le Web aujourd'hui. Si vous aviez des précisions à fournir sur le sujet, je vous en saurais infiniment gré.

Jean-Marie Le Ray
Commentaire toujours modéré à l'heure qu'il est. Donc pour toute réponse éventuelle, je crois qu'il faudra s'armer de patience...

, , , , , , , , , , , ,

3 commentaires:

Christian Fauré a dit…

Ta parole de blogeur, en l'occurrence, vaut largement celle de ce président de la république.

JB Boisseau a dit…

Ce rapport a un intérêt majeur : nous donner un aperçu de ce que l'on pensait d'internet au XIXeme siècle.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Christian,

merci.

Jean-Baptiste,

excellentissime !!!

Jean-Marie