Pages

lundi 14 janvier 2008

Network Solutions et front running

Network Solutions et le front running

Qu'est-ce que le front running ?

Créée en 1979, Network Solutions est l'ancêtre des Registrars. Après le début d'Internet au public, le nommage fut assuré dès 1992 par l'InterNIC (Internet Network Information Center), émanation du Département du Commerce américain (DoC U.S.).

Le nommage consiste à associer un nom de domaine à une adresse IP, tous les noms étant gérés par le DNS, qui traduit les noms en adresses IP et vice-versa. Or les coûts d'enregistrement et de gestion de la base de données ne cessant d'augmenter, le gouvernement américain décida d'en "privatiser" la gestion et signa le 31/12/1992 un accord de coopération avec Network Solutions, par le biais de la National Science Foundation.
This agreement is entered into between the United States of America, hereinafter called the Government, represented by the National Science Foundation, hereinafter called the Foundation or NSF, and Network Solutions, Incorporated, hereinafter called the Awardee.
Aux termes du contrat, Network Solutions Inc. (NSI) (ou NetSol) perçut près de 6 millions $ pour l'administration de la base centrale avant d'instituer, en septembre 1995, le système payant du droit d'enregistrement que nous connaissons encore aujourd'hui. Le "droit" s'élevait à 50$ par domaine et par an pour les deux premières années. L'accord arrivait à expiration le 30/09/1998.

Le 5 juin 1998, un Livre vert du DoC U.S. prévoyait d'assurer une transition vers une nouvelle gestion du DNS en créant un organisme de droit privé ad hoc, sans but lucratif, qui serait opérationnel dès octobre :
4. Creation of the New Corporation and Management of the DNS. The Green Paper called for the creation of a new private, not-for-profit corporation(17) responsible for coordinating specific DNS functions for the benefit of the Internet as a whole. Under the Green Paper proposal, the U.S. Government(18) would gradually transfer these functions to the new corporation beginning as soon as possible, with the goal of having the new corporation carry out operational responsibility by October 1998.
Ce fut donc la création de l'ICANN, dont la collaboration avec le gouvernement fut sanctionnée par l'accord du 25 novembre 1998.

Entre-temps, le 1er octobre, le contrat entre National Science Foundation et NetSol repassait sous l'autorité du DoC et était prolongé jusqu'au 30 septembre 2000, ce qui faisait de la société l'acteur incontournable de l'enregistrement des noms de domaine dans les extensions .COM, .NET et .ORG., même si la transition prévoyait une ouverture de son quasi-monopole à la concurrence.

De nouveaux accords furent donc signés par NetSol en novembre 1999 avec le DoC et avec l'ICANN, et le 10, un accord tripartite (DoC - ICANN - NSI) prévoyait d'étendre la gestion des registres .COM, .NET et .ORG jusqu'au 9 novrembre 2003, ou jusqu'au 9 novrembre 2007 si la gestion des registres avait été scindée de la société avant le 9 mai 2001.

Or NetSol fut rachetée 21 milliards $ par VeriSign le 7 mars 2000 (voir également cet article), qui prit ainsi le contrôle du registre des TLD (y compris .EDU), pour ne conserver ensuite que les 2 plus lucratifs (.COM et .NET) et déléguer la gestion du .ORG à PIR (Public Interest Registry, émanation de l'ISOC).

Fin octobre 2003, lorsque VeriSign "brada" Network Solutions pour 100 millions de dollars, en fait elle ne revendit qu'une coquille vide en conservant ses trésors de guerre : les .COM et .NET.

L'acquéreur fut d'ailleurs très content de son emplette (payée à hauteur de 20 millions en cash et de 80 millions d'adossement de dettes), puisqu'en mai 2007 il réussit à revendre NetSol à General Atlantic LLC pour environ 800 millions $...

Ainsi, après avoir été l'une des entreprises les plus prometteuses de l'industrie des noms de domaine, NetSol continue de vivoter avec l'enregistrement, accompagnée d'une réputation exécrable de cherté (mais pas seulement...) et d'un service client totalement inefficace. Il n'en reste pas moins que NetSol est encore le 3ème bureau d'enregistrement au niveau mondial, quand bien même en constante perte de vitesse !


C'est donc probablement pour tenter de redorer son blason que la société se lance maintenant dans le front running... [Début]

Qu'est-ce que le Front running ?

Après le domain-tasting et le domain-kiting, revoici le front running, késako ?

En clair, lorsque vous cherchez à enregistrer un nom, vous le soumettez sur le site du registreur pour voir s'il est libre. Si le nom est disponible, soit vous le réservez de suite, soit vous vous promettez de faire la réservation plus tard. C'est là où intervient le front runner, qui profite que vous n'ayez pas procédé à l'enregistrement immédiat pour vous piquer le nom.

Or là où NetSol fait très fort, c'est qu'ils se défendent de faire du front running en justifiant leur action par un argument choc : c'est une mesure défensive (sic) pour protéger nos clients contre les front runners ! Extrait :
I’d like to clarify what we are doing. In response to customer concerns about Domain Name Front Running (...), we have implemented a security measure to protect our customers.

(...)

This protection measure provides our customers the opportunity to register domains they have previously searched without the fear that the name will be already taken through Front Running.
Et de vous reproposer le nom que vous vouliez enregistrer mais qu'ils ont pris entre-temps à 35$, soit 25$ de plus que chez Godaddy, par exemple. Même si certaines coïncidences...

Selon Stephan, de chez Gandi, le fait que NetSol ait été pris la main dans le sac est « une bonne nouvelle pour toutes les personnes qui combattent certaines pratiques hélas largement répandues » ; je n'en suis pas si certain que lui, car même si maintenant on est sûr que ça existe, apparemment l'ICANN en est encore au tout début de sa consultation sur le DNFR (Domain Name Front Running) !


En reconnaissant explicitement que certaines méthodes sont hors du champ de ses compétences (Some monitoring methods are outside ICANN’s influence). Et, de fait, peut-on dire que le front running rentre dans le cadre de la gouvernance d'Internet ? Mais après tout, c'est toujours de noms de domaine dont il est question...

Le document du SSAC (Security and Stability Advisory Committee) est ici. Voir également la position du Registre britannique Nominet (Internet registry for .uk domain names) sur le sujet.

Un sujet à suivre... [Début]


Partager sur Facebook

, , , , , , ,

3 commentaires:

Lucie a dit…

Bonjour Jean-Marie,
J'apprécie toujours de lire ton blog : bien documenté, toujours clair et éclairant sur le monde des Nouvelles Techno !! Je contaste que tu est un explorateur du Web? Connais-tu Marc Tirel? Es-tu sur Twitter? Au plaisir de te lire prochainement!

Jean-Marie Le Ray a dit…

Lucie,

Oui, je connais Marc, nous avons échangé plusieurs fois, même si je ne connais aucun des explorateurs "en vrai", à cause de la distance.
Quant à Twitter, je ne sais pas trop comment ça marche ! Ça la fout mal pour un explorateur :-)

Jean-Marie

P.S. Par contre, Luc Legay est très accro à Twitter. Et ceci dit, dès que j'aurai compris comment on met un lien sur Twitter, je l'utiliserai sûrement plus souvent

luzbraal a dit…

Presque tous les bloggeurs sont accros à twitter :))
Je n'ai jamais rencontré Luc, mais ai échangé plusieurs fois par mail avec lui, et ai collaboré à un projet avec Marc :)
Twitter c'est assez simple (j'ai d'ailleurs écrit un post à ce sujet ce soir:)), il suffit de s'y plonger un peu... POur mettre un lien, on peut juste faire un copier/coller du lien, ça marche aussi!