Pages

dimanche 27 août 2006

Noms de domaine : vers un tarif à la carte ?

Noms de domaine : vers un tarif à la carte ?

[Deuxième partie (4 septembre 2006) - Noms de domaine à la carte : vacarme et silence

Troisième partie (11 septembre 2006) - La politique de l'ICANN sur les noms de domaine : peur, incertitude et doute...
]

J'ai découvert par hasard le concept de tarification par paliers (« tiered pricing ») des noms de domaine, avec en gros un palier par domaine :-), une proposition de l'ICANN qui pourrait, si elle est mise en œuvre, révolutionner dès 2007 le business des noms de domaine sur Internet, encore une fois au profit de l'ICANN et des Registres, et naturellement aux dépens des utilisateurs et enregistreurs que nous sommes, notamment les PME et les particuliers.

En fait, ce n'est rien de moins que la libéralisation totale et la dérégulation sauvage de la politique de prix qui a permis jusqu'à présent à tout internaute qui le souhaite d'entregistrer son propre nom de domaine pour un coût acceptable.

En bref, la proposition - initialement annoncée le 27 juin dernier et semble-t-il destinée à accorder une compensation aux registreurs des extensions .BIZ, .INFO et .ORG (dans un premier temps...), suite aux avantages concédés sans vergogne à Verisign dans le nouvel accord sur les .COM et .NET (possibilité pour le Registre d'augmenter les coûts d'enregistrement de 7% par an) - consisterait à abolir le contrôle des prix sur les enregistrements de domaine pour mettre en place un service à la carte.

Voir la proposition scélérate de l'ICANN. À noter tout d'abord que l'annonce rendue publique le 28 juillet, juste avant les vacances, avec le 28 août comme date butoir pour l'appel à commentaires, fait immédiatement penser à une tentative de passage en force. Or vu la teneur des « améliorations proposées », c'est bien compréhensible :

Abolissement du contrôle des prix sur les services du Registre :
Lifting of Price Controls on Registry Services.

Following extensive consideration and discussion, each of the proposed new .BIZ, .INFO and .ORG registry agreements provide for the lifting of price controls formerly imposed on the pricing of registry services. However, in order to protect incumbent domain name registrants and allow time for planning by those in the registry and registrar communities, the form of registry-registrar agreement proposed with each of the new registry agreements requires six months advance notice by the registry operator of any price increase in registry services. This is consistent with the notice period required under the registry-registrar agreement implemented with the 2005 .NET registry agreement, and the registry-registrar agreement included with the proposed new .COM registry agreement.
Grosso modo, suite à des discussions approfondies (avec qui, quand et où ?), ces accords prévoient l'abolissement pur et simple du contrôle des prix sur les services des Registres ! Toutefois, pour préserver les intérêts des enregisteurs de noms (!!!), le Registre devra notifier les augmentations avec un préavis de 6 mois, ça rassure.

Donc, comme le souligne cet article (en anglais), si les Registres décident de facturer 100 000 $/an pour sex.biz, ou 25 000 $/an pour movies.org, aux termes de l'accord proposé rien ne les interdit de le faire... Une interprétation confirmée par Vinton Cerf lui-même, pour le compte de l'ICANN.

Ce qui est la porte ouverte à tous les abus, sans oublier les Registreurs qui ne manqueront pas de se sucrer au passage, avec en bout de chaîne l'innombrable troupeau des petits enregistreurs, le bétail quoi !, dont je fais partie aussi. Je remercie vivement l'ICANN de bien protéger mes intérêts d'internaute lambda...

Un système de tarification des enregistrements avec un prix par domaine, un peu sur le modèle du .TV, où les noms de domaine « à forte valeur ajoutée » peuvent être loués « à des prix variables ». Et je vous dis pas pour les noms de marque... Bonjour les dégâts !

Ce qui pourrait fort bien aboutir à un truc dans ce genre :


Mais il y a plus :
3. 1(f) Traffic Data.

Nothing in this Agreement shall preclude Registry Operator from making commercial use of, or collecting, traffic data regarding domain names or nonexistent domain names for purposes such as, without limitation...
« Rien dans cet accord n'empêche le Registre de collecter ou d'exploiter commercialement les données statistiques concernant le trafic des noms de domaine existants OU NON, à des fins, sans que la liste soit exhaustive... »

Pratiquement c'est le concept de SiteFinder, tant décrié et combattu à l'époque de sa mise en place par Verisign, remis au goût du jour !

Last but not least, l'ICANN n'oublie évidemment pas les droits perçus sur chaque domaine, en introduisant un réajustement des droits indexé sur le prix moyen des domaines (The per name transaction fees, however, are subject to adjustment depending on the average price of domain name registrations during each calendar quarter throughout the term of the agreement), on les comprend, les pauvres ! Et on comprend aussi pourquoi ils veulent pas lâcher la gouvernance de l'Internet (mainmise tout juste renouvelée jusqu'en 2011 par le Gouvernement américain !), l'os est trop bon...

Voilà. C'est succinct comme passage en revue, mais suffisant, je pense, pour donner une idée de ce qui se trame dans notre dos, et dans le silence le plus total de tous les acteurs qui auraient voix au chapitre et se taisent, coupablement, que ce soit par omission, ignorance ou intérêt.

Je n'ai pas encore décortiqué les accords entre l'ICANN et Verisign pour les extensions .COM et .NET, annoncés le 28 février dernier, mais vu le tollé unanime qu'ils ont soulevé, il y a fort à parier qu'ils aillent toujours dans le même sens : au profit de l'ICANN et des Registres, et aux dépens des utilisateurs et enregistreurs que nous sommes. Vous en doutiez ?

Un dernier point : vous pouvez toujours commenter la proposition puisque, dans un grand élan démocratique de l'ICANN, les commentaires (.BIZ, .INFO, .ORG) sont ouverts à tout le monde. Dépêchez-vous juste, la date limite, c'est ... demain :-)

Les résultats seront discutés par le comité directeur de l'ICANN lors de sa réunion du 13 septembre prochain. Naturellement, si cette proposition devait passer, en 2012, échéance du renouvellement de l'accord ICANN - Verisign à peine mentionné, il sera difficile, pour ne pas dire impossible, de refuser les mêmes avantages au Registre des extensions .COM et .NET... On ne s'étonnera donc pas que la position de Verisign soit enthousiaste...

Et si presque tous les autres commentaires présents sont franchement négatifs, y compris celui de Go Daddy, ils me donnent un peu l'impression de crier dans un désert de solitude et d'indifférence. Sans compter la capacité de l'ICANN de baîllonner les réfractaires, même ceux dont la voix est la plus tonitruante, dont Bob Parsons !

Je vais vous livrer un scoop Adscriptor au passage : au mois d'avril dernier, dans mon premier billet consacré au domain tasting (requalifié ensuite de domain kiting), je signalais l'opposition proclamée du président de GoDaddy à ces accords :
Quant à Bob Parsons, qui avait déjà épinglé la grande manigance autour du .EU, en disant que c'était même pire que ce qu'il croyait (ici et ), et continue de dénoncer les accords entre l'ICANN et Verisign, cette fois, on ne pourra pas dire de la source qu'elle n'est pas fiable !
Or si vous cliquez sur le lien : http://www.bobparsons.com/ICANNletsusdown.html, il est tout simplement CASSÉ ! Le billet n'existe plus ! N'a jamais existé ? Croyant tout d'abord que ma mémoire me trahissait, après une petite recherche dans mon réseau (merci dtSearch), j'ai retrouvé une sauvegarde (images clicables) :


Google aussi en garde quelques traces. Date de publication du billet de Parsons : 1er mars. Or c'est tout le mois de mars qui a disparu des archives du blog, qui passent directement du mois de février au mois d'avril 2006 :


Comme quoi la fiabilité d'une source, aussi pertinente soit-elle, a toujours ses limites ! Il faut croire que ce bon vieux Vint a encore suffisamment d'influence pour imposer son bon vouloir à quelqu'un comme Bob Parsons... C'mon Bob, if you read me, please say it ain't so!

Lien connexe : la position de GANDI

La suite ici...

[MàJ - 5 septembre 2006, 12h30'] Je viens de soumettre une synthèse de mes deux articles à AgoraVox, à peine approuvée par le comité de publication : lire Les noms de domaine à la carte, bientôt une réalité ?. C'est la première fois que je rédige un article sur ce média, mais la nécessité de diffuser ce message est à la hauteur de l'enjeu. Nous verrons bien les suites...


Tags , , , , , , , ,

8 commentaires:

Joseph a dit…

C'est pas triste. Il ne reste plus qu'à esperer qu'avec le WEB 3.0 on ait plus besoin de noms de domaine.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Salut Joseph,

Tu pourrais détailler comment ce serait possible, une présence internet significative sans nom de domaine ? Je n'ai pas très bien compris comment tu conçois la chose, pas plus que je ne réussis à me l'imaginer.
J-M

Guy-Philippe a dit…

Vu l'importance de cette information je la signale à mes lecteurs en te citant bien entendu dans mon billet Noms de domaine vers un tarif à la carte.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Merci Guy-Philippe,

Oui, je pense aussi que cette info devrait être largement relayée, vu sa nature. Même si tous les efforts qu ivont dans ce sens sont à saluer, y compris le tien, il faudrait que ça soit repris par quelqu'un d'influent ayant une large audience, nous verrons bien !
Merci encore,
Jean-Marie

The Jedi a dit…

Et le p'tit Vint' il travaille aussi chez Google. Il est là pour se faire du fric ou pour sauver Internet ?

Guy-Philippe a dit…

Mon petit doigt me dit que ça va être repris par le blog d'un registrar français très influent :)

Stephan a dit…

Jean Marie,

Merci de m'avoir rappelé à mes obligations d'acteur de ce marché.

J'en ai déjà parlé, mais l'actualité demandait effectivement une mise au point.

Cordialement,
Stephan
http://www.lebardegandi.net/post/2006/08/29/Levolution-du-marche-des-noms-de-domaine

Jean-Marie Le Ray a dit…

Stephan,

Il y a encore tellement de choses à dire sur ce sujet qu'il me faudra bien un nouveau billet pour esquisser une réponse. Merci d'avoir pris position. Cordialement,
Jean-Marie