Pages

mercredi 9 janvier 2008

Le Web en 2008

Le Web en 2008

Je rassure de suite les allergiques aux prévisions de toute sorte, en dépit du titre, ce billet n'anticipe aucun des secrets de Mme Soleil pour l'année en cours, mais tente plutôt de dresser un constat de ce qu'est le Web aujourd'hui, selon la perception et la vision que j'en ai.

L'état des lieux
La troisième décennie du Web

* * *

L'état des lieux

Il était une fois ... le Web. Déjà, parler du World Wide Web, ça nous situe dans le temps, à la fin des années 80, début de la décennie 90 (puisqu'il faudrait remonter à 1957 pour Internet, l'année de ma naissance la création de l'ARPA) !

Au terme des dix premières années, la croissance exponentielle du Web a conduit AltaVista, IBM et Compaq à publier, en mai 2000, une étude intitulée Graph structure in the web, analysant 200 millions de pages et 1,5 milliard de liens, où le graphe qui ressort a la forme d'un nœud papillon :


D'où l'apparition de la bow-tie theory, qui classifie les sites de la façon suivante :
* le cœur du réseau : environ 30% des sites les plus interconnectés qui se partagent et où converge un maximum de liens et de trafic ;
* les sites d’origine : environ 20% des sites d’où les internautes sont dirigés vers le cœur du réseau, avec très peu de liens qui pointent en sens inverse ;
* les sites de destination : environ 20% de pages accessibles depuis le cœur mais n’y renvoyant que très peu ;
* les sites déconnectés : environ 30% d’îlots épars n’ayant que peu de liens et générant peu de trafic.
Une topographie d’Internet et un constat qui ont donné lieu, notamment avec le dépôt du PageRank en 1998 par Larry Page (nomen omen...), à l'impérieuse nécessité d'élaborer des stratégies de liens, de trafic, de référencement, de positionnement, d'optimisation, y compris de l'écriture Web, des mots clés, du contenant, du contenu, des flux, mais également pour les moteurs de recherche, puis pour les médias sociaux, avec l'émergence de nouveaux influenceurs et d'une recherche "sociale", au point d'amener Danny Sullivan lui-même à qualifier les médias sociaux de nouveaux moteurs de recherche (voir également ici...), etc.

Or tout cela c'était avant l'arrivée de Facebook, de son graphe social et de sa formidable puissance de frappe marketing et virale, avant la montée en régime de la téléphonie mobile, dont l'usage est destiné à exploser, et surtout avant la notion d'interface sociale, porteuse de gigantesques bouleversements en termes de communication et de ... présence Internet !

Voici donc où nous en sommes : à la veille d'un grand chambardement, annoncé autant par le Web 2.0 que par le Web 3.0, n'en déplaise à tous ceux qui taxent ces déclinaisons successives d'obsolètes. J'ignore par exemple si Twine tiendra toutes ses promesses ou sera à la hauteur de Facebook en termes de révolution des usages, mais ce dont je suis certain, c'est qu'en 2008 le Web est sur le point d'entrer dans sa troisième décennie... [Début]

La troisième décennie du Web

Révolu, donc, le temps où une présence Internet pouvait se limiter à un site Web, pour autant qu'il fût élaboré et connecté, désormais l'heure est à la multiprésence, à la communication multiforme (sites, blogs, microblogging, forums, réseaux, widgets, mobiles, vidéos, événementiel, pub, résultats organiques, etc.), à la multiparticipation active, à la gestion multisupport de son interface sociale, où chacun (entreprise ou particulier) ne se place plus seulement en nœud du réseau, mais en position centrale dans la galaxie Internet :


Ce que David Armano appelle un système social, ou mieux, un écosystème social, au sein duquel, « We are the center of our own micro-universe »...

Donc la rupture avec le passé est évidente :
Hier, le cœur du réseau, c'était « environ 30% des sites les plus interconnectés qui se partageaient et où convergeait un maximum de liens et de trafic » ; aujourd'hui, le cœur du réseau, c'est vous !

Hier j'étais anonyme, aujourd'hui je gère mon identité numérique. Hier j'étais présent sans être visible, aujourd'hui je suis présent ET visible ! Une nuance de taille. Impossible à imaginer hier, réalité aujourd'hui. À nous d'en faire bon usage... [Début]


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , , ,

4 commentaires:

Nicolas Cynober a dit…

Très bonne analyse comme toujours. Et tout à fait en rapport avec l'actualité d'aujourd'hui.

Le web 3.0 retiendra cette date

Toujours un plaisir de lire tes longues analyses.

Anonyme a dit…

votre article est interessant, connaissez vous d'autres reseaux sociaux que facebook a vocation plus professionnelle ?
merci de votre reponse
hélène

Jean-Marie Le Ray a dit…

Nicolas,

Oui, j'ai lu ce matin le billet de Francis Pisani mentionnant l’organisation Dataportability.org, et j'ai pensé que c'était bien dans l'air du temps, tout ça...
D'autre part je me sens très attiré par Twine (c'est juste une affaire d'intuition car je n'ai pas pu le tester encore), mais en ce moment je manque vraiment de temps pour approfondir.

Hélène,

Il y a bien sûr d'autres réseaux davantage orientés professionnels, encore faut-il voir l'audience que vous souhaitez toucher. Sur le marché français je connais 6nergies et Viadeo (celui-ci étant un peu plus internationalisé), même si le réseau de référence reste, de l'avis de tous, LinkedIn.
Ceci dit, je ne suis pas très spécialiste des réseaux "pro", même si la constante sur tous les réseaux, c'est de participer : apprendre à les apprivoiser pour en découvrir les rouages et mieux les exploiter.
Car en fait, derrière chacun de ces réseaux se cachent des plateformes techniques très sophistiquées, qui sont largement sous-exploitées et sous-utilisées par leurs membres...
Ceci qui s'explique par le fait qu' "apprivoiser" un réseau pour apprendre à mieux le maîtriser exige en général du temps et de gros efforts de compréhension, vu la technicité, voire la complexité de certaines interfaces et fonctionnalités.

Jean-Marie

Anonyme a dit…

pour répondre a hélène et à a jean marie, je rajouterais également le reseau social du site lesjeudis.com qui est véritablement a vocation professionelle.
ceci dit, c'est un reseau spécialisé dans l'informatique et l'ingénierie donc pas aussi généraliste que ne peut l'etre viadeo.
Toutefois j'emettrais quelques reserves par rapport a linkedin en tant que reseau purement professionnel, simplement par le fait que l'on ne peut uploader son cv contrairement aux jeudis.com ou meme viadeo.
Bonne soirée a vous deux,
François Plesse.