Pages

mardi 15 mars 2005

Abondance de liens ne nuit pas

Abondance de liens ne nuit pas

« Abondance de liens ne nuit pas » m'est venu à l'esprit alors que je cherchais un titre sans accents (toujours le problème de l'URL générée automatiquement qui vire les lettres accentuées) pour exprimer l'idée de ce que signifie pour moi « être présent sur Internet ».

D'abord l'image m'a plu, et je me suis dit que ça ferait une belle accroche pour Olivier Andrieu, mais lui préfère celle-ci, empruntée à Antoine de Saint Exupery :

- Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ? dit le petit prince.

- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie "créer des liens..."

très belle aussi, et certainement plus poétique. Puis j'ai eu la curiosité de chercher dans Google, qui dénombre déjà 31 résultats. On peut pas toujours être premier disait le lièvre à la tortue...

Pour en revenir à mon titre, je m'étais d'abord orienté sur « Comment être présent sur Internet ? », plutôt que « Pourquoi être présent sur Internet ? », puisque la vraie question, comme on dit, est désormais moins de savoir "pourquoi" que "comment".

Avec une page (1 ou +), un site (1 ou +), un blog (1 ou +), un portail (1 ou +), une communauté (1 ou +), un forum (1 ou +), un domaine ou une constellation de domaines ?...

Pour autant cette présence suffit-elle ? Non ! Le corollaire d'être présent, c'est d'être trouvé. Comme le signale joliment Sam-Mag (un pays !), « Le web est un pré de 100 000 fleurs et la question est de savoir comment arriver à ce que les abeilles se posent dessus », à ceci près que que la prairie s'étend à une vitesse exponentielle et que les 100 000 sont maintenant 8 milliards et plus, très précisément 8 058 044 651 au moment où je vous parle, Google dixit !

8_milliards +

Donc une première interrogation se pose, légitime : sur quelque huit milliards de pages, pourquoi quelqu'un serait-il amené à venir visiter LA MIENNE ? C'est là tout le problème du contenu (la substantifique moelle), en amont du contenant (la page Web, le site ou autre), en sachant bien que le contenu va indissociablement de pair avec le contenant, comme le fond et la forme, la lettre et l'esprit.

D'où le discours technique qui s'ensuit, propre à Internet : référencement, positionnement, etc., et c'est pas gagné d'avance sur les OR (outils de recherche) !

Moi qui ai créé ce blog pour dire et me rappeler un jour quelle sera ma progression en terme de visibilité (concept allant au-delà de la présence, puisqu'on peut être à la fois présent et invisible, paradoxe de ce médium), voici mes premières impressions. Au niveau de mon site pro, j'ai eu grosso modo 6000 visites en 10 mois lorsque le contenant était sans contenu (site en chantier), et plus de 1400 visites en trois semaines (depuis le dimanche 13 février, jour de la mise en ligne du contenant avec le contenu) :

Stats_8_mars_2005

la conclusion coule de source, de même que le contenu découle de la motivation et de la réflexion de chacun(e). Au-delà de toute logique marchande, c'est d'abord et surtout une question de communication personnelle.

Autre élément important, ma participation à plusieurs forums, listes, etc. plus la création d'un deuxième blog (un laboratoire de traductions) et quelques interventions sur d'autres journaux qui me plaisent, ont fait que les résultats sur "Jean-Marie Le Ray" ont triplé en trois semaines : j'en totalisais auparavant une quarantaine en égosurf (sic !), j'ai plus que doublé la deuxième semaine et je suis passé aujourd'hui à 114 résultats.

Bon, il s'agit pas de se regarder le nombril, mais plutôt d'utiliser le Web comme réseau relationnel, autrement dit ce qu'on a toujours fait pour chercher du travail dans le monde ... réel !

Et qui dit réseau relationnel sur le Web dit forcément quelques outils dédiés, dont deux spécifiquement français, Viaduc et 6nergies, plus deux autres anglo-saxons, LinkedIn et OpenBC, pour ne citer que les principaux. Un thème à approfondir.

@ +


P.S. En voyant le logo de Google aujourd'hui, ça m'a rappelé quelque chose : nous sommes le 8 mars, fête de la femme ! Donc bonne fête à ma femme, in primis, et à toutes les femmes


, ,

Aucun commentaire: