Pages

samedi 12 juillet 2008

Flickr, crowdsourcing, Web 2.0 et modèles économiques...

Flickr, crowdsourcing, Web 2.0 et modèles économiques...

Dans un billet publié sur Wired en juin 2006, qui est à l'origine du concept de « crowdsourcing, ou contribution communautaire », le journaliste, Jeff Howe, explique le fonctionnement du site iStockphoto, qui propose un fonds photographique à environ 1$ la photo, fort de la contribution de quelque 22 000 photographes amateurs (le cap des 2 millions a été franchi il y a un an...), en concluant ainsi :
Comment voulez-vous concurrencer des photos à 1$ (“But how can I compete with a dollar?”) ?
Et 5$ pour un clip de 30 secondes !

C'est très simple : en puisant à volonté dans les inventaires de photos gratuites, dont le plus célèbre et le plus fourni est aujourd'hui, sans conteste, Flickr (qui ne représente toutefois qu'une minuscule portion de l'inventaire d'images sur le Web, et sans compter Facebook, car pour ce qui est des conditions d'utilisation, bonjour la souplesse...).

Et Jeff Howe de poursuivre qu'en février de cette année-là, Getty Images, à l'époque la plus grosse agence photos du monde avec plus de 30% des parts de marché, faisait l'acquisition d'iStockphoto.com pour 50 millions $, en rapportant cette déclaration de Jonathan Klein, PDG de Getty Images :
Si quelqu'un est sur le point de cannibaliser votre métier, mieux vaut l'intégrer dans l'un de vos autres métiers.

“If someone’s going to cannibalize your business, better it be one of your other businesses”.
À la lumière de cette déclaration, prononcée il y a deux ans, on comprend mieux pourquoi Getty Images vient juste de signer un contrat avec Flickr (Yahoo!), dans le cadre duquel, lorsque les accords seront finalisés, les utilisateurs sélectionnés de Flickr pourront être rémunérés par Getty au même tarif que celui appliqué aux photographes contractuels.

Soit entre 30 et 40% du tarif facturé par Getty pour les images dont les droits sont sous licence, compris dans une fourchette de 500 à 600$ pour une période temporelle limitée, et une cinquantaine de dollars pour les images sans droit exclusif d'utilisation. Si ça vous intéresse...

Jonathan Klein, toujours lui, réitère :
Nous pensons que l'inventaire de Flickr est un ajout important au mix de notre offre.

“We believe that Flickr will be an important addition to the mix that we have”
.
Vu les chiffres annoncés par The Register pour Flickr (54 millions de visiteurs mensuels dans le monde, plus de deux milliards de photos d'inventaire et 27 millions de membres, à comparer avec les chiffres d'iStockphoto.com ci-dessus), on le comprend !

Il précise d'ailleurs que cet accord pèsera peu sur les finances du groupe, mais qu'il est extrêmement significatif au plan stratégique (Klein said the deal "financially for us is not significant, but it's strategically extremely important").

D'autant plus lorsqu'on a une idée des circuits qu'empruntent les marchés de la photographie :


Source : Nathalie Moureau, Dominique Sagot-Duvauroux.

* * *

Il y a quelques jours, par le plus grand des hasards, je tombe sur cet article de Libération, qui parle de la baisse de l'immobilier dans plusieurs villes de France. Mon regard, attiré par cette magnifique photo d'un immeuble parisien :


sursaute en lisant la légende : Luc Legay / http://www.flickr.com/photos/luc/950353487/ (ne cherchez pas le lien actif sur l'article de Libé, il n'y est pas, c'est moi qui vient de le rajouter).

Or connaissant Luc dans le cadre des Explorateurs du Web, surpris, je le contacte en lui demandant s'il en sait quelque chose. Voici un extrait de ses réponses, qu'il m'a autorisé à citer (c'est moi qui souligne) :
Jean-Marie,

On dirait bien que les médias ont compris l'intérêt d'utiliser —gratuitement— les millions de photos en CreativeCommons disponibles sur Flickr

Ce qui m'étonne le plus c'est que je suis très loin de produire des photos de qualité pro… j'utilise un appareil qui coûte moins de 200 euros… et les médias soient prêts à sacrifier en qualité pour se tourner de plus en plus vers du gratuit.
Au delà de l'avenir des médias eux-mêmes, l'avenir des agences photos me parait bien sombre.

(...)

Pour l'image Libé… je n'étais pas au courant.
Ce n'est pas la première fois, loin de là, mais habituellement les "pompeurs" me préviennent via un mail ou un message dans Flickr.
Visiblement mon statut de photographe amateur (pour ne pas dire de simple touriste) ne fait pas peur aux éditeurs ;-)

Bien à toi.
Toujours désireux d'approfondir, je vois sur Flickr que la licence choisie par Luc pour sa photo est la suivante :


Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Générique, qui précise :
À chaque réutilisation ou distribution de cette création, vous devez faire apparaître clairement au public les conditions contractuelles de sa mise à disposition. La meilleure manière de les indiquer est un lien vers cette page web.
Or si Libé a respecté la paternité en mentionnant le nom de Luc, l'article ne donne aucun lien actif, ni vers la photo ni vers la licence, pas plus qu'il ne précise « clairement au public les conditions contractuelles de sa mise à disposition » !

Et pour être tout à fait complet, signalons que j'ignore totalement si ce même article a paru sur la version papier du journal, avec la même photo ? Donc voilà.

En observant qu'ici, on ne parle pas du blogueur du coin mais de Libé, l'un des premiers quotidiens de France. Que les personnes autorisées et plus compétentes que moi en tirent les conclusions qu'elles jugeront nécessaires...


Partager sur Facebook

P.S. Pour répondre à Luc, qui s'étonne de ce qu'il est « très loin de produire des photos de qualité pro… » et que « Visiblement (s)on statut de photographe amateur (pour ne pas dire de simple touriste) ne fait pas peur aux éditeurs », laissons la parole à Jonathan Klein :
Nombre de clichés, qui n'ont pas été pris pour des services commerciaux, sont plus authentiques. Or l'authenticité, c'est que les annonceurs recherchent.

Because the imagery is not shot for commercial services, there is more authenticity. Advertisers are looking for authenticity.
À l'instar des clichés, nous voici fixés...

, , , , , , , , , , , , ,

3 commentaires:

Hugo* a dit…

Pour une discussion avec beaucoup d'exemples sur l'utilisation de Flickr par la presse (française), voir ici:

http://www.flickr.com/groups/photoreporters/discuss/72157600600404768/

MarcL a dit…

Ce qui serait le plus intéressant, ce serait de voir les premières images de People sur Flickr.
C'est un business aux USA ou même des amateurs avec leurs portables diffusent via les agences, comme X17, leurs clichés.

Pour le modèle économique Jean Marie, et si c'était E Bay qui avait raison finalement ?

Joseph a dit…

Je suis pas convaincu par votre analyse sur l'accord de Getty avec Flickr.
Cela ne va pas tuer le CC, pas plus que cela change quelque chose par rapport à la situation actuelle. Toutes la agences vont voir sur Flickr pour trouver de belles photos et parfois trouvent et proposent au photographe une licence ou un contrat. Ce n'est pas nouveau.

Les photographes de Flickr ne sont pas forcément intéressés à devenir exclusifs pour Getty alors qu'ils ne sont qu'amateurs et préfèrent rester libres de vendre à qui ils veulent.

Par contre Getty a des nouveaux actionnaires depuis le début du mois et ce genre d'annonces avec beaucoup de jolis mots plait beaucoup aux actionnaires.