Pages

lundi 28 juillet 2008

Microsoft - Yahoo! : Ballmer and blah-de-blah-de-blah

Microsoft - Yahoo! : Ballmer and blah-de-blah-de-blah

Ainsi traduisible en français : Ballmer et blabla et blabla ou de-blah-de-blah-déblatérer...

* * *

HIER

Extrait : ... Microsoft était déjà sur Internet à une époque où Google était encore dans les limbes. En 1995, Microsoft proclamait fièrement en page de couverture d'un des nombreux livres consacrés à Windows :


Find out how to get the most out of Windows 95's exciting new Internet tools (du genre : découvrez comment tirer le meilleur parti des nouveaux fabuleux outils Internet que Windows 95 met à votre disposition). Y a de quoi rêver...

Treize ans ont passé, mais ça vaut son pesant d'or avec le recul ! Et je vous passe le détail de la centaine de pages dédiées à Internet, sur 8 chapitres S.V.P., dont le premier s'intitule fort prophétiquement : « The Tough Truth about Internet Searches » (La dure vérité sur les recherches Internet). Ça ne s'invente pas !

- - -

En parallèle, Yahoo! a perdu TOUTES les opportunités sur la même période, dans un acharnement à louper le train - non pas 1 fois mais 10, 20 ou 100 fois - qui n'a d'équivalent que l'entêtement du management à prendre TOUTES les mauvaises décisions au fil des ans ! D'où le déclin durable de l'action Yahoo!

* * *

AUJOURD'HUI

Entre-temps, qu'a fait Microsoft en ligne depuis ? Rien ! Ou plutôt si : un désastre, aboutissant à...

- 617 millions de pertes pour les activités en ligne en 2006-2007, le double en 2007-2008 ! Une position financièrement intenable qui ferait mettre la clé sous la porte à n'importe quelle société, sauf Microsoft, grâce aux bénéfices gigantesques dégagés dans ses autres secteurs d'activité.

- des déclarations fracassantes autour d'un plan "10, 20, 30, 40" aussi hypothétique que fantaisiste :
  1. 10% des pages vues, contre 6% actuellement ;
  2. 20% du temps passé par l'internaute sur les sites de Microsoft, contre 17% actuellement ;
  3. 30% des parts de marché dans la recherche, contre moins de 10% actuellement ;
  4. 40% des parts de marché dans la publicité en ligne, contre 6% actuellement.
Laissons tomber les points 1 et 2, mais quelques précisions sur les 3 et 4 :

3. Actuellement moins de 10% des parts de marché dans la recherche : en réalité c'est entre 6 et 7%, contre +12% en 2006, voire bien davantage selon d'autres analyses ! Donc avant de vouloir gagner trois fois plus, il faudrait peut-être commencer par ne pas perdre deux fois moins...

4. Pour progresser de 6% à 40% sur un marché monopolisé par Google, la seule solution passe(ait) obligatoirement par Yahoo!

- une gestion catastrophique de l'acquisition (manquée) de Yahoo!, probablement bien davantage pour des conflits de personnalité que pour des questions d'argent.

Quant à déclarer à qui mieux-mieux que l'acquisition de Yahoo! serait tactique et non stratégique (cf. présentation - 3,3 Mo)


elle ne fait que refléter l'embarras de Ballmer, qui préfère jouer sur les mots plutôt que d'avouer n'avoir pas la moindre idée de la manière dont Microsoft pourra raccrocher Google demain, qui s'éloigne et creuse de plus en plus l'écart au fil des jours.
Petite parenthèse sur l'aspect "tactique" vs. "stratégie" : si Ballmer était prêt à dépenser presque 56 milliards de $ en janvier 2007 pour l'acquisition de Yahoo! et tout juste 10 milliards de moins un an plus tard au nom d'une simple "tactique", on se demande jusqu'où ils iront chez M$ lorsqu'ils déploieront leur véritable "stratégie". Mais là encore, et toujours, on connaît celle de Google, clairement établie, tandis que Microsoft cherche encore une véritable stratégie tactique pour sa présence en ligne. Et ce depuis déjà plus de 13 ans, exactement comme Yahoo!

Avec l'acquisition manquée en point d'orgue. Car j'aimerais qu'on m'explique au nom de quoi Microsoft a retiré son offre au dernier moment, alors que pour un dollar de plus l'acquisition était pratiquement finalisée, et tout ça après un an et demi d'acharnement ? Et si Ballmer croit vraiment qu'il peut se passer de Yahoo! pour arriver à ses fins (voir plus haut le fameux plan "10, 20, 30, 40"), alors c'est pire que ce que je pensais...

Comment ? Vous dites ? C'était une simple tactique ! Ah ! OK. Alors comme ça tout est clair :-)
- aucune identité bien définie en ligne : Microsoft, MSN, Live.com, Internet Explorer ? Qui fait la différence ? Quelle est la différence ? Sur le Web, Google c'est Google, Yahoo! c'est Yahoo!, Microsoft c'est un magma de produits-services sans marque unique, et donc, sans promesse unique, sans mission clairement identifiable : Google s'est donné une mission, Yahoo! idem, Facebook et d'autres encore, mais Microsoft :
“(O)ur mission and values are to help people and businesses throughout the world realize their full potential.”
Aider les personnes physiques et morales partout dans le monde à réaliser leur plein potentiel”, ça veut dire quoi ?

Qui trop embrasse mal étreint...

* * *

DEMAIN

Après l'annonce du départ de Kevin Johnson, Steve Ballmer décide une réorganisation visant à séparer Windows/Windows Live de ses activités en ligne. Déjà, ça commence bien, Windows Live n'aurait donc rien à voir avec Live.com, c'est clair comme de l'eau de roche !

Très exactement le contraire de la "synergie" de 2005, lorsque Microsoft avait fusionné Windows et les services en ligne, pour mieux répondre aux exigences des utilisateurs, aux dires de Ballmer (By bringing together the software experience and the service experience, we will better address the changing needs of our customers' digital lifestyles and the new world of work.)

Et il déclare dans la foulée que la révolution Internet est à venir !

Fort bien. Mais si le mieux que Redmond peut faire est du genre BrowseRank, Live Search Cash Back ou mettre Live Search sur Facebook, alors il est probable - et même certain - que cette révolution se fera sans Microsoft. Et quoi qu'il en soit, Steve Ballmer est-il le meilleur atout de la société pour relever les défis de demain ? J'en doute fortement.

Lui, c'est hier et aujourd'hui plutôt que demain (quant à savoir combien de temps durera aujourd'hui...) !

Pendant qu'au fil des jours, Google s'éloigne et creuse de plus en plus l'écart...


Partager sur Facebook

, , , , , ,

Aucun commentaire: