Pages

vendredi 9 janvier 2009

Google : la longue traîne des annonceurs

Titre emprunté à Peter Kafka, qui nous explique qu'en 2007 Google a perçu en moyenne 16 000 $ par annonceur, pour 1 million d'annonceurs ! Avec la progression suivante :


Légende : 89 000 en 2003, 201 000 en 2004, 360 000 en 2005, 600 000 en 2006 et 1 million en 2007. On connaît pas encore 2008, mais j'imagine que la progression sera proportionnelle exponentielle (voir en commentaire).

Il serait vraiment temps d'inverser la traîne...



Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , ,

4 commentaires:

Guillaume a dit…

les chiffres en questions proviennent d'infos confidentielles fournies par Google à la SEC, rendus publics par AP.

Aucun chiffre pour 2008 n'étai disponible, mais l'article original (disponible sur Google News ?) répercutait des estimation d'experts entre 1,3 et 1,5 Mio d'annonceurs pour 2008.

On a aussi appris que la dépense moyenne de ces annonceurs a peu variée depusi 2003, aux alentours de 16 K$.

Jean-Marie Le Ray a dit…

Guillaume,

Oui, en fait, j'ai essayé de trouver le fichier sur Internet, mais impossible ils l'ont remis sur support papier, un paradoxe pour Google :-)

J-M

HollyDays a dit…

M. Le Ray,

Petite remarque de vocabulaire : la progression n'est pas proportionnelle, mais exponentielle : chaque année, on ajoute un certain pourcentage à ce qu'on avait l'année précédente (c'est une des manières de définir l'exponentielle).

Ici le taux de croissance exponentielle est de l'ordre de 65 à 80 % (à l'exception de 2004 où il dépasse 120 %).

Si la croissance avait été proportionnelle, on aurait ajouté, chaque année, la même quantité absolue (et pas le même pourcentage). Ce qui aurait donné quelque chose du genre 89 000 en 2003, 201 000 en 2004, 313 000 en 2005, 425 000 en 2006, 537 000 en 2007, et une projection de 649 000 en 2008 (en se basant sur la croissance proportionnelle observée entre 2003 et 2004, qui fut exceptionnellement élevée).

Notez au passage à quel point la croissance exponentielle est beaucoup plus rapide que la croissance proportionnelle. D'où l'utilité de ne pas confondre les deux, et d'appeler un chat un chat.

Jean-Marie Le Ray a dit…

HollyDays,

C'est corrigé, merci, moi qui aime employer les mots justes, si possible, autant pour moi :)

JML