Pages

lundi 5 janvier 2009

Un sourire pour 2009


Gratuitement offert par Paul, sept ans et (presque) toutes ses dents, et par ses deux pères, le père Noël et moi-même :-)



Et puisque petit Paul est un feu d'artifice à lui tout seul, toujours dans la série "feux d'artifice", ça m'amène à vous proposer des images du réveillon du premier de l'An, un peu avant et un peu après les 12 coups fatidiques de minuit.

C'est un reportage à la télé italienne qui m'y a fait penser, où ils proposaient des images du monde entier, et notamment des Champs Élysées, en précisant que les feux d'artifice y étaient interdits.

Chose totalement inconcevable pour les italiens, et plus on va au sud, plus c'est inconcevable. Notamment en Campanie, qui regroupe 5 provinces : Avellino, Benevento, Caserte, Naples et Salerne.

Ma belle-famille étant originaire de Cava de' Tirreni, 45 km au sud de Naples et 7 au nord de Salerne, petite ville particulièrement charmante et vivante (d'ailleurs cette nuit ils fêtent la nuit blanche, dans la plus pure tradition parisienne)...


... il faut savoir que dans la tradition campane, toute famille qui se respecte tire ses propres feux d'artifice, certains dépensant même des milliers d'euros à chaque réveillon !

Je vous propose donc un extrait de 8 minutes pour des feux qui ont duré 8 heures !!! (j'ai entendu les premiers tirs à 18h le 31 et les derniers à 2h du matin le 1er, vu qu'après j'ai fermé les yeux...) Disons que le clou dure 2 heures non stop, sans interruption de 23h à 1h, c'est au coeur de la vidéo, à partir de la 2e minute (la vidéo commence par le sourire de Paul et de ma femme, puis 1 minute d'entrée en matière et après le spectacle des feux tirés dans chaque famille, chaque cour de bâtiment, chaque village, etc.).

C'est fait avec mon caméscope, sans prétention, du balcon de chez mon beau-frère au septième étage, où l'on voit parfois se détacher dans l'ombre, sur la ligne d'horizon, le contour des Apennins, cette chaîne montagneuse qui forme la dorsale de la péninsule italienne.



Je ne vous garantis pas la qualité des images, mais vous allez voir que c'est étonnant, et c'est comme ça chaque année. Vous entendrez de temps en temps des déflagrations plus fortes, ce sont de vraies "bombes" qui font trembler tout l'immeuble quand ça pète à proximité. En général ça sert pour le réveillon, et accessoirement pour faire exploser les rideaux d'aciers des magasins de négociants récalcitrants au racket (pour les descriptions, lire Gomorra, de Robert Saviano). Du reste...

En Italie on dit souvent que Naples, ce n'est pas l'Italie, c'est Naples. C'est exact. Et la Campanie ressemble à Naples, qui en est la capitale. D'ailleurs, ce qui se passe en ce moment dans l'actualité illustre parfaitement mon propos. Voir Naples et mourir, qu'ils disaient...

Donc, comme vous pouvez le constater, malgré des centaines de blessés chaque année et de fortes résistances d'une partie de la population, la tradition ne change pas !

Remarquez, en France on n'a pas les feux d'artifice, mais on a les voitures brûlées, ça compense...


Partager sur Facebook

P.S. Billet dédié à Gérard, un français parent de la famille de mon beau-frère, décédé en 2008 et qui aimait l'hospitalité qu'il recevait à Cava de' Tirreni, à tel point qu'il y venait tous les ans. On s'y était croisés une fois. Il laisse une femme et trois enfants, et pour eux l'année 2009 ne s'annonce vraiment pas sous les meilleurs auspices.

S'ils me lisent un jour, qu'ils sachent que ce tendre sourire leur est plus particulièrement adressé.

, ,

Aucun commentaire: