Pages

vendredi 30 janvier 2009

Google : en attendant GDrive...

Qui risque d'arriver plus vite que Godot...

Depuis bientôt 4 ans qu'on en parle (dès novembre 2005, ici, , ou encore), Google poursuit sa stratégie, imperturbable. Pour mémoire, rappelons que le leadership du moteur tournait (et tourne toujours...) autour de 4 grands thèmes :
  1. la rapidité de la recherche
  2. l'exhaustivité et la fraîcheur de l'information
  3. la pertinence
  4. l'interface utilisateur
Avec au cœur de la philosophie Google l'approche "Aucune contrainte" se déclinant initialement autour de 4 postulats :
  1. Pas de contrainte de puissance de traitement
  2. Pas de contrainte de capacités de stockage
  3. Pas de contrainte de bande passante
  4. Pas de contrainte liée à la monétisation des services...
Plus une offre de produits/services à l'internaute s'appuyant sur 3 piliers :
  1. la vitesse (un leitmotiv chez GG)
  2. le stockage intégral des données de l'utilisateur
  3. la transparence de la personnalisation

Le deuxième volet, Store 100% of User Data, expressément nommé GDrive par Google dans ses notes, était on ne peut plus explicite :
Stocker 100 % des données utilisateur

Le stockage illimité nous permettra d’héberger l’ensemble des fichiers des utilisateurs : courriels, historiques Web, images, signets, etc., pour les rendre accessibles depuis n'importe quelle application ou plate-forme.
Tous les efforts que nous avons déployés dans ce sens, avec des projets tels que GDrive, GDS ou Lighthouse, se sont heurtés jusqu’à présent aux contraintes imposées par des capacités de bande passante et de stockage limitées. À titre d’exemple, les développeurs de Firefox travaillent actuellement sur le stockage des données côté serveur, même s’ils n’envisagent d’emmagasiner que les URL et non pas l'intégralité des pages Web, pour des motifs de place.
Ce projet va nous permettre d’alléger le côté client pour concentrer toute la puissance côté serveur (thin client, thick server), un modèle qui renforce nos atouts vis-à-vis de Microsoft tout en offrant davantage de valeur ajoutée à l'utilisateur.
De plus, avec le 100 % stockage, la version en ligne de vos données va devenir votre copie de référence, votre original, alors que la version stockée sur votre ordinateur local fera plutôt fonction de cache, avec pour conséquence, et non des moindres, que les copies de vos données seront davantage sécurisées en ligne que sur votre propre ordinateur.
Une autre implication de ce projet est que 100 % des données utilisateur stockées sont mieux valorisées sur Internet, dès lors qu’elles sont accessibles et interopérables d’une application à l’autre. Exemple : un profil d'utilisateur Orkut devient plus intéressant s'il est accessible depuis Gmail (carnet d'adresses), depuis Lighthouse (liste d’accès), etc.
(À noter que j'avais traduit Golden copy par copie de référence en m'inspirant de ce billet, en anglais, particulièrement éclairant sur la question.)

Nous voyons donc aujourd'hui que Google ne change pas de cap, notamment à la lumière de récentes initiatives concernant la vitesse, GDrive ou la personnalisation "transparente", dont Alex Chitu nous dit en concluant :
Preferred Sites is an extension of Google SearchWiki, the feature that allowed you to make per-query changes. If the feature goes live to everyone, people will be able to pick a list of authoritative sites and influence all search results.
Or j'écrivais il y a 3 ans, dans mes commentaires aux diapositives 7 et 8 :
Quant à l'expérience Wiki appliquée à la recherche, si j'interprète bien le principe des Wikis, cela signifierait permettre à chaque internaute de modifier les pages à volonté pour rendre la recherche dynamique.
Ou comment la stratégie de Google se déploie sous nos yeux...

Je suis impressionné !


Partager sur Facebook

P.S. À mettre en parallèle avec l'absence quasi-totale de stratégie cohérente chez Microsoft ou Yahoo!

, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: