Pages

samedi 22 avril 2006

Microsoft, le Poulidor du Web

Microsoft, le Poulidor du Web

Où l'on reparle de GDrive grâce à ... Microsoft !

Par la voix de Ray Ozzie, qui dévoile dans une interview à la CNN la prochaine mise en service de Live Drive :

Microsoft is planning to use its server farms to offer anyone huge amounts of online storage of digital data. It even has a name for that future service: Live Drive. With Live Drive, all your information - movies, music, tax information, a high-definition videoconference you had with your grandmother, whatever - could be accessible from anywhere, on any device.

« Microsoft prévoit d'utiliser ses fermes de serveurs pour mettre à la disposition de tous d'énormes capacités de stockage en ligne des données numériques. Nom de baptême du futur service : Live Drive, grâce auquel toutes vos informations - films, musiques, données fiscales, la dernière vidéoconférence à haute définition que vous avez eue avec votre grand-mère ou tout ce que vous voudrez - pourront être accessibles de partout et depuis toutes les plateformes. »

Et d'ajouter :
Google apparently has similar plans. An internal memo accidentally posted online in March spoke of company efforts to "store 100 percent of user data" and mentions an unannounced Net-storage system called GDrive.
(Google is rumored to have a million servers around the world and, according to a knowledgeable source, is already the top electricity user in at least one large U.S. state. Google would not comment.)

« Apparemment, les plans de Google sont identiques. Une fuite interne mise en ligne par inadvertance au mois de mars mentionnait déjà les efforts déployés par Google pour « stocker 100 % des données utilisateur » ainsi que GDrive, un nouveau système de stockage sur Internet dont personne ne savait encore rien.
(Il paraît que Google a des millions de serveurs un peu partout sur la planète. Selon une source bien informée, la firme serait le plus gros consommateur d'énergie électrique dans au moins l'un des plus grands États d'Amérique. Aucun commentaire de Google à ce sujet.)
 »

Certes, quand Microsoft dit « à la disposition de tous », il est clair qu'il faut sous-entendre « de tous ceux qui paieront », mais il est probable que le service de Google sera payant aussi. À moins que...

En conclusion, ce qui me frappe dans cette histoire, c'est que Microsoft a toujours l'air d'avoir un coup de retard, et dans la gigantesque partie d'échec économique et pas seulement qui est en train de se jouer (voir les efforts actuels d'EBay pour s'associer avec MSN ou Yahoo), un coup de retard ça peut vite être fatal.

Cette annonce suit de peu la création de Live Academic pour tenter de concurrencer Google Scholar, mais comme l'observe justement Olivier Andrieu :
MSN devrait quand même faire attention. Lorsqu'on s'appelle "Microsoft", qu'on le veuille ou non, on part auprès de certaines personnes avec un certain handicap au niveau du capital sympathie, notamment auprès des utilisateurs du Mac et des logiciels "open source". (...) On a l'impression que MSN va parfois à l'encontre de cette voie et c'est vraiment dommage lorsqu'on désire s'attaquer à un concurrent dont l'hégémonie sera difficile (mais certainement pas impossible) à contrer...

Que l'hégémonie de Google ne soit pas impossible à contrer, passe encore, mais que le challenger soit Microsoft, ce serait fort étonnant : efficacité et souplesse pour le premier, plantages à répétition et usine à gaz pour le second, y a pas photo ! Ça m'étonne pas que Ballmer s'énerve (cliquez sur le lien, puis en bas à gauche de l'écran, 1'14'' de pur plaisir. Garanti !)...

Bah, autrefois, sur les routes du Tour de France, les supporters lançaient des « vas-y PouPou », aujourd'hui ceux qui aiment MSN pourront toujours crier « vas-y Bilou », je crois pas que ça suffise pour qu'il gagne.


P.S. D'aucuns s'étonneront peut-être que je ne mentionne pratiquement jamais Yahoo, c'est juste que je trouve Yahoo ennuyeux !

, , , ,

8 commentaires:

TOMHTML a dit…

Pas mal le titre, ça résume bien ;)

Bubaz a dit…

Mwhouai, je suis pas tout à fait d'accord.
Peut être que Microsoft fait office de suiveur sur certains marchés mais il en va tout autant de Google. En dehors de leur formidable outil de recherche qu'ont-ils pondu eux-mêmes?

Beaucoup de rachat pour intégrer des applicatifs à leur univers (Writly, Google Earth, DoubleClick, YouTube, ...)

GDrive? Pas encore vu l'ombre d'un lien. Pourtant il existe déjà de nombreuses initiatives sur le web (Box, Amazon S3, ...)

GMail? C'est oublié Yahoo Mail, Aol Mail ou Hotmail qui sont bien devant

Talk? Si c'est pas un beau flop ça.

Non, je pense que Google est encore loin d'avoir enterré Microsoft sur le territoire du web (ne parlons pas des applicatifs bureautiques ou entertainment où Microsoft est encore bien plus loin).

Je crois qu'une analyse plus juste serait de voir laquelle des 2 encourt le plus grand risque financier à terme? J'ai mon idée :-)

Ed

Jean-Marie Le Ray a dit…

Salut Ed,

Oui, moi aussi j'ai ma petite idée... On en reparle dans 10 ans :-)
J-M

Bubaz a dit…

Pour poursuivre, je t'invite à lire l'analyse de Olivier Ezratty sur Google / Microsoft.

C'est assez objectif et plutôt bien documenté : http://www.oezratty.net/wordpress/2007/google-microsoft-1/

Jean-Marie Le Ray a dit…

Ed,

J'ai lu l'analyse d'Olivier Ezratty et elle est effectivement très pertinente, rien à redire.
D'un autre côté, je n'aime pas Microsoft pour deux raisons essentielles :
1. sa stratégie "propriétaire" à outrance, proche du monopolisme absolu si ce n'étaient la concurrence de plus en plus puissante du libre et d'autres acteurs tels que ... Google.
2. son manque de clairvoyance en matière d'Internet, qui dure quand même depuis plus de dix ans, et qui continue, pour des raisons que je m'explique mal.
L'arrogance de Ballmer, peut-être bien...
Jean-Marie

bubaz a dit…

Effectivement, je me pose la même question, pourquoi n'ont-ils pas réussi le même virage alors qu'ils ont autant de moyens.

D'un autre côté, ils ne sont pas les seuls à l'avoir magistralement loupé. La plupart des groupes médias se sont bien planté, et d'autres qui étaient bien parti, ce sont ramassés par la suite.

Par contre par rapport à la stratégie propriétaire ou l'arrogance, je pense qu'il s'agit plus d'une critique portée plus facilement au leader par rapport au challenger (même si ici on compare plus dans son univers global IT Microsft à Google).

Regarde ce qui se passe avec Apple et Itunes où d'un produit / initiative géniale, les critiques ont pris une toute autre tournure depuis le début de l'année.
Où même par rapport à Google, où suite à l'annonce du rachat de DoubleClick, on sent pointer les premières questions anti-trust ou vie privée (dossier qui avait déjà pourrie la vie de DoubleClick en 2002).

En parlant de la stratégie de Google sur leur développement au travers de l'ajax, je suis curieux de voir la suite. On voit apparaitre quand même 2 tendances avec Microsoft / Adobe plutôt déporté WPF et Appolo et l'autre s'appuyant plus sur la connectivité serveur - desktop via Ajax.

En tout cas, chez nous on commence à voir les coûts que représentent les développements en Ajax. Très lourd en charge serveur d'où la nécessité de déployer des infrastructures importantes pour offrir des temps de réponses suffisants.

Ed

Jean-Marie Le Ray a dit…

Ed,

Une parenthèse pour commencer : bizarre comme un billet posté il y a un an peut reprendre de sa vigueur à la faveur d'un échange de commentaires !

« En parlant de la stratégie de Google sur leur développement au travers de l'ajax, je suis curieux de voir la suite. On voit apparaitre quand même 2 tendances avec Microsoft / Adobe plutôt déporté WPF et Appolo et l'autre s'appuyant plus sur la connectivité serveur - desktop via Ajax. »

Là, tu me parles chinois, ce serait plutôt un dialogue pour Jean-Baptiste !

Maintenant, pour ce qui concerne ma critique de la stratégie propriétaire de Microsoft, elle est uniquement dictée par le fait que je suis un client captif de Microsoft, puisque dans la traduction aussi bien les clients que les agences ne jurent que par le binôme MS Office / SDL Trados, et ce depuis plus de 10 ans. Même si ça évolue, sans trop qu'on comprenne bien la direction que prennent les choses avec la localisation. Quant à l'OS signé Microsoft, j'aimerais bien m'en débarrasser au profit d'un OS en open source, mais je suis trop lié par la nécessité de faire tourner Office et je n'ai pas les compétences informatiques nécessaires pour m'en affranchir sans risquer de faire planter le PC toutes les semaines, chose à laquelle je ne me résigne qu'à contre-coeur. Je crois d'ailleurs que nous sommes nombreux dans mon cas.
Car avec la souplesse que permettent aujourd'hui les applications Web couplées à des solutions comme OpenOffice, je pense qu'on pourrait obtenir les mêmes résultats qu'avec les produits de Redmond pour bien moins cher.

Là est l'essentiel de ma critique sur la stratégie propriétaire de Microsoft.

D'un autre côté, si demain Google se sert de sa puissance pour faire de l'internaute un "client captif" à l'instar de Microsoft, je serai le premier à critiquer Google comme je le fais de Microsoft aujourd'hui. Même si en fin de compte, tout ça c'est bonnet blanc et blanc bonnet, puisque dès qu'une entreprise se trouve en position de monopole ou presque sur un segment quelconque, elle fait comme les autres : elle en profite.

Nous verrons bien ce que Google fera de la puissance colossale qu'ils sont en train de construire...

J-M

bubaz a dit…

Et bien, je viens seulement maintenant de constater la date du billet. Bizarre parce qu'il s'agit du 4ème liens dans ton flux rss qui s'affiche dans mon netvibes!

J'ai le même soucis, j'ai installé openoffice sur mon ordinateur à la maison. Problème l'interopératibilité entre OpenOffice et Office. Les documents que j'édite à la maison, je dois revoir toute la mise en page dès que je me retrouve au bureau. Déjà là un critère bloquant et frustrant.
Il faudrait que j'installe la nouvelle version pour voir si ça va mieux.

Ed