Pages

lundi 7 avril 2008

Microsoft - Yahoo! : Jerry Yang vs. Steve Ballmer

Microsoft - Yahoo! : Jerry Yang vs. Steve Ballmer

Je viens de lire sur Twitter ce message de Michael Arrington, répondant à l'un de ses commentateurs : « cette vidéo résume parfaitement les négociations entre Microsoft et Yahoo! »



Perso, ça me fait penser à la situation telle que la considère Jerry Yang. En revanche, Steve Ballmer doit plutôt imaginer un truc dans ce genre :



Ce qu'on appelle une différence de style !

Enfin, pourvu que ça finisse pas comme ça ;-)



Et d'après vous, comment ça va finir ? Les paris sont ouverts...



Partager sur Facebook

P.S. Dans un autre genre de symbolisme ;-)


, , , , , , , , , , , ,

3 commentaires:

Laurent Bervas a dit…

1er réflexion (évidente) :

Lors des fusion/rachat on parle souvent de "création de valeur". Dans cette affaire c'est difficile de la voire (au delà du court terme).

La marque Microsoft va encore en prendre un coup (vu chez tristan nitot) :
* # 1 en 1996
* #12 en 2004
* #59 en 2007

On peut parier qu'elle risque encore de descendre.

Les personnes de talent chez Yahoo risquent de partir en masse. 2ème actif en baisse.

Ensuite les clients risquent aussi de partir, tant la capacité à innover ou la confiance dans la marque sont des actifs vitaux pour garder ses clients sur Internet.

2ème ch'tite réflexion :
Microsoft doit être dans un sacrée impasse pour se lancer dans une aventure aussi risquée

Rubenxela a dit…

Lundi 7 avril, le conseil d'administration de Yahoo a de nouveau rejeté l'offre de rachat formulée par Microsoft, et ce deux jours après l'ultimatum lancé par l'éditeur américain de logiciels lui donnant trois semaines pour parvenir à un accord de fusion, sous peine de s'adresser directement aux actionnaires avec une offre revue à la baisse. Mais dans le même temps, les dirigeants de Yahoo ont précisé, dans une lettre ouverte publiée le même jour : «Nous avons continué à dire clairement que nous ne sommes pas opposés à une transaction avec Microsoft, si elle est dans l'intérêt supérieur de nos actionnaires.»

Jean-Marie Le Ray a dit…

Avec Google qui entre dans la danse, maintenant tout est possible. Ça devient vraiment passionnant à suivre cette histoire !

J-M