Pages

lundi 7 avril 2008

Microsoft - Yahoo! : la lettre de Jerry Yang

Microsoft - Yahoo! : la lettre de Jerry Yang

Point fort du message de Jerry Yang à Steve Ballmer : Microsoft a trois semaines pour augmenter son offre, faute de quoi, à la guerre comme à la guerre, Yahoo! ne se laissera pas faire...

Je n'ai pas le temps maintenant de traduire l'intégralité de la réponse de Jerry Yang à la précédente lettre de Steve Ballmer, donc pour l'instant je vous livre à la volée les deux derniers paragraphes qui sont, à mon sens, les plus significatifs :
Cher Steve,

(blanc)

Nous considérons que votre menace d'entreprendre une action hostile et une bataille de procuration pour remplacer les membres indépendants du Conseil d'administration de Yahoo! est contreproductive, voire opposée à votre objectif déclaré de mener une opération amicale. Nous sommes confiants sur le fait que nos actionnaires sauront comprendre que les membres du conseil d'administration actuel sont les mieux placés pour évaluer objectivement et en connaissance de cause notre entreprise, de même que les alternatives possibles et comment maximiser la valeur de Yahoo!.

En conclusion, permettez-nous de réaffirmer notre position, de sorte qu'il n'y ait aucune confusion possible. Nous sommes ouverts à toutes les options susceptibles de maximiser la valeur pour nos actionnaires. Pour être tout à fait clair, ces options englobent une transaction avec Microsoft dès lors que le prix proposé reconnaîtrait pleinement la valeur de Yahoo!, calculée de façon autonome ; cela signifierait également pour Microsoft une option supérieure à celle des alternatives à l'étude, pour une transaction dont la valeur et la finalisation ne seraient pas remises en question. Ceci dit, nous restons fermes dans notre engagement en faveur du choix d'une solution maximisant la valeur de Yahoo! pour nos actionnaires et nous ne laisserons personne, vous ou qui que ce soit d'autre, acquérir la société pour un montant inférieur à sa pleine valeur.
C'est clair, non ? Ça veut dire : soit tu relèves le prix de l'offre, soit si tu veux la guerre, tu l'auras. La balle est dans le camp de Steve, qui devrait juste mettre davantage dans la balance. Pas beaucoup, en fin de compte : 3 ou 4 $ ?

Microsoft est prévenu ! Ils vont pas nous faire toute une histoire, pour quelques dollars de plus...



Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , , ,

2 commentaires:

Olivier D. alias ze kat a dit…

Sauf que Microsoft a fait sa proposition en février sans se laisser une marge de manoeuvre pour renchérir. Pensant que elle ne pouvait être refusée faute d'une quelconque autre sur-enchère.

Ils sont obligés de solliciter des investisseurs rien que pour le règlement de la partie en cash. Et comme les gros actionnaires de Yahoo! réclament* un paiement intégrale en cash, Microsoft essuyera refus sur refus. Et ses propres investisseurs vont lâcher l'affaire.
(*) hypothèse personnelle.

Si Microsoft ne veut pas en sortir humilié, ils devront étudier une 3ème voie ; celle d'un partenariat "fort" et d'une prise de participation où les 2 réseaux se rapprocheront pour améliorer leur poids et bénéfices... A défaut de faire des économies sur les frais de fonctionnement qui seraient à mon avis trés faibles car Microsoft a besoin des forces d'innovation de Yahoo! et ce dernier aurait bien besoin de la logistique marketing de l'autre. Bref, les deux teams se complétent, elles ne se chevauchent pas !

Jean-Marie Le Ray a dit…

Personnellement, je pense qu'une petite rallonge permettrait aux deux acteurs en présence de sauver la face.
Car s'ils ne parviennent à aucun accord, la valeur de Yahoo plongera dans des proportions abyssales, ce serait vraiment dangereux pour Yahoo!
Ceci dit, depuis plus de 2 ans qu'ils "négocient", c'est la première fois que les choses éclatent au grand jour, c'est aussi un moyen de voir dans quel sens ira la pression du public et des actionnaires...

Jean-Marie