Pages

mercredi 28 novembre 2007

L'histoire de Facebook



[MàJ - 26 juin 2008] Nouvelle victoire de Facebook...

[MàJ - 25 juin 2008] À moins que...

[MàJ - 8 avril 2008] Conclusion probable...

[MàJ - 30 novembre 2007] Je viens d'apprendre (via Nick O'Neill) que Facebook a entrepris deux actions en référé contre 02138 pour obtenir qu'ils retirent du Web différents documents (dont des témoignages de Zuckerberg et des frères Winklevoss), sur lesquels s'appuie l'article dont je parle ci-après. L'affaire est détaillée dans le Wall Street Journal...

* * *

Sur le Web, tout le monde ou presque a déjà entendu parler, plus ou moins vaguement, du procès qui oppose ConnectU et Facebook. Or j'ai découvert hier soir, grâce à Kara Swisher, le dossier très complet que consacre à cette histoire 02138, un magazine indépendant (qui n'est plus en ligne aujourd'hui mais dont j'ai conservé l'intégralité du dossier si ça intéresse quelqu'un), auquel étaient abonnés en majorité les élèves de l'Université de Harvard, sous la plume de Luke O’Brien.

Toute l'affaire est décortiquée de A à Z, et on ne peut pas dire que Zuckerberg en sorte grandi...


Le dossier s'intitule Poking Facebook, difficile d'interpréter "poke" dans ce sens, mais sûrement pas draguer. Je dirais plutôt donner une tape sur l'épaule, quant à savoir si elle est amicale, c'est autre chose !

Car vu la teneur de l'article, d'après moi les frères Winklevoss et Divya Narendra, à l'origine de ConnectU, auraient plutôt l'envie de lui foutre leur poing sur la gueule, et compte tenu des carrures respectives des jumeaux et de Zuckerberg, y aurait pas photo à l'arrivée...

L'histoire retrace dans le détail les mois qui ont précédé le 4 février 2004, jour où Zuckerberg a annoncé le lancement de Facebook, et le déroulement des faits est pour le moins troublant.

Car comme conclut l'article, il est clair que Zuckerberg a capitalisé sur la bonne idée au bon moment. Reste à savoir de qui était l'idée ?
It’s safe to say that Zuckerberg capitalized on the right idea at the right time. The question remains: Whose idea was it?
Tout cela donne raison à Loïc Le Meur : « ce n'est pas vraiment l’idée qui compte, mais son exécution ! »

Zuckerberg a su mener à terme l'exécution de façon brillante, même si apparemment l'idée originale ne lui revient pas. Plusieurs procès sont en cours, et il est vraisemblable que ça pourrait se terminer par un maxi-dédommagement dont les américains ont le secret.

Ceci dit, en bon opportuniste, il faut lui reconnaître d'avoir eu la capacité de faire en trois ans ce qu'est Facebook aujourd'hui. Quant à l'honnêteté, entre cette qualité de moins en moins pratiquée de nos jours et 15 milliards $ sur la balance, d'après vous de quel côté penchera le plateau ?


Partager sur Facebook

P.S. Hier soir j'ai écrit au journal pour leur demander l'autorisation de traduire l'article, sans réponse pour l'instant.

, , ,

Aucun commentaire: