Pages

dimanche 4 novembre 2007

Guerres, batailles, brevets, S.O.S.

Guerres, batailles, brevets, S.O.S.

Les brevets

(Voir également les brevets de Google par Bill Slawski.)

Dans un récent billet sur Google Open Social & Facebook, Dave McClure conclut ainsi sur les réseaux sociaux : nous allons en parler pendant des années (we'll be talking about it for years :-)

En s'inspirant de son billet, Lee Lorenzen voit trois conséquences imprévues de la mise en place d'OpenSocial :
  1. la prolifération des réseaux sociaux ;
  2. le développement d'applis qui vont favoriser l'exode des utilisateurs de MySpace ou LinkedIn vers Facebook (the REAL THING and the WINNING NETWORK, comme il l'appelle) ;
  3. l'éclosion de procès pour violation des brevets détenus par Facebook sur les NewsFeeds (ce que j'ai appelé la traçabilité).
Franchement, si je ne saurais trop quoi dire sur les deux premiers points, le troisième m'a tellement interpellé que j'ai voulu en savoir plus sur ces brevets.

D'autant plus que dans une interview de Peter Chane, responsable Produits communautaires chez Google, à la question :
Facebook propose des fonctionnalités qui favorisent la propagation “virale” des applications entre membres de la communauté. Est-ce qu'OpenSocial prendra aussi en charge des fonctionnalités “à la Facebook”, comme les invitations, les notifications, les fils d'activités ?

(Facebook offers features that help applications spread “virally” to their friends. Will OpenSocial support features like Facebook’s invitations, notifications, and feed items?)
il répond :
À ce stade, l'API OpenSocial ne prévoit pas ce type de fonctionnalités, même si nous y pensons : beaucoup de sites et de développeurs nous l'ont demandé, et actuellement nous en discutons avec eux.

(There isn’t a feature like invitations in the OpenSocial API at this point. It’s something we’re considering — a lot of sites and developers have expressed interest in this, and we’ll be having conversations with them.)
Une réponse qui m'a étonné ! Car ce ne sont pas les applis embarquées sur la plateforme qui sont le point fort de Facebook, mais bien la traçabilité :
Facebook est une rupture dans les réseaux sociaux pour une raison simple : il permet de suivre à la trace ses "amis" : qui ils fréquentent, à quels groupes ils adhèrent, quelles applications ils installent, ce qu'ils font, où, quand, comment, etc. Dans un "flux" continu, sorte de par-chemin à suivre qui déroule le palimptexte des actions...
(...)
C'est justement cette fonctionnalité qui est en rupture avec ce qui se faisait jusqu'alors et qui décrète toute la nouveauté de Facebook. D'autant plus que si les gens s'inscrivent aujourd'hui, c'est essentiellement parce qu'ils sont en quête de visibilité, voire de reconnaissance, et non pas le contraire.
Donc sans tous ces flux qui charrient le flot des actions et des interactions sur Facebook, pas de viralité ! Ou très peu. En tout cas pas suffisamment pour justifier le développement d'applis ad hoc pour les réseaux sociaux. Comme le dit Tariq Krim, ça doit se compter en milliards ces petites bêtes...

Ce que je viens de décrire en termes poétiques, Lee Lorenzen le précise ainsi en termes techniques :
... the real key to Facebook’s utility is their permission-based, algorithmically optimized, personal-action monitoring, newsfeed. This innovation (and I predict the basis of several inventions) will turn out to be the true genius and defensibility of Facebook (like PageRank was/is for Google). Although it is not the key to their monetization, it is the fuel that powers the word-of-mouth (or as I call it “the word of mouse”) engine that ensures the viral spreading of and high level engagement with anything useful that is discovered in the facebook eco-system. Although “activity feeds” may exist in other systems and an API can be created in OpenSocial to submit items to it, my $64 billion question is: Which of all the OpenSocial partners are going to be in charge of deciding the specific subset of items that make it through to a given user’s newsfeed? Does Google get this right? If so, they will be the one sued by Facebook for billions of dollars for violating the upcoming Newsfeed Patents.

The reason I’m confident several patents were filed and will ultimately be granted is that facebook is the first company in the world to encounter a very specific problem related to managing a Large Social Network Newsfeed — specifically too much news to print. Unlike other environments without a critical mass of users, Facebook had to decide how to feed only “the important” items into your and my newsfeed. The data I’ve heard is that only 1 in 500 items that could be of interest to me actually makes it into my feed. While I don’t know (and probably don’t care) what is left out, my sense is that Facebook mostly gets it right. In addition, Facebook is likely the first company in the world to develop “newsfeed tuning controls” for their users like me based on which of my friends I really want to know more about and which I’m less concerned with. They also have created a new type of “Sponsored Newsfeed” item (i.e., a CPM or CPC ad) that is woven into this highly valuable stream of data that has my full attention. Unlike the rest of the ads on facebook, I’ve heard that these types of ads have between 4% and 25% click-through rates!!!

Each of these newsfeed-related areas represent HUGE CHALLENGES from legal, financial and technology perspectives to the OpenSocial confederation who have joined forces to create an Axis of Engagement that will attempt to combat the existing Facebook / Microsoft alliance. In the case of Facebook / Microsoft, it is clear that facebook is in charge of all their user interface decisions and related technology and Microsoft’s sole role is to assist with ad monetization. In the case of OpenSocial, I predict a battle royale deciding who gets to sell ads in OpenSocial and who gets to control the newsfeed. Google will clearly want both of these roles, but why should MySpace and LinkedIn give up these crown jewels?
Il est tard, je suis fatigué, et pour une fois je renonce à la traduction intégrale. Mais le cœur du message est le suivant : les fils, ou les flux, ou les feeds, comme vous préférez, doivent pondérer parmi des milliers, millions, milliards d'actions et d'événements ce qui doit être visualisé, quand, à qui, etc.

Une sorte de FeedsRank algorithmique qui serait à la traçabilité ce que le PageRank est à la recherche. Or Lorenzen nous parle d'upcoming Newsfeed Patents, de brevets à venir (The reason I’m confident several patents were filed and will ultimately be granted is that facebook is the first company in the world to encounter a very specific problem related to managing a Large Social Network Newsfeed — specifically too much news to print.) [Début]

* * *

Donc, sans savoir si et combien de brevets seraient déposés dans un futur plus ou moins proche, je me suis intéressé à l'existant. Avec quelques surprises : sur les 5 brevets que j'ai trouvés, susceptibles de concerner la matière en question, 3 sont de Zuckerberg et 2 d'AOL !

Voici les titres et résumés.

Methods and aparati for recognizing a pattern of using information units and generating a stream of information units in accordance with a recognized pattern (Mark Elliot Zuckerberg, Adam Edward D'Angelo, déposé 14 mai 2003, obtenu 18 novembre 2004)
This invention relates to recognizing patterns in people's individual listening habits and creating streams of playback based on those listening patterns. This invention does this by observing what information units the persons use and calculating how much the person likes each information unit in their collection and what information units each unit uses in close proximity to it. This invention can be applied to both software and hardware MP3, CD, and other such media devices that would be recognized by one with knowledge in these arts. The invention can be used with such devices so that it learns the patterns of the person using that device.
Voici l’un des dessins de ce premier brevet, déposé le 14 mai 2003, jour de son 19e anniversaire !!! Tout y est déjà, viendront plus tard graphe social et ligne du temps (c'est nouveau, ça, le "calendrier social").

[Début]

Systems and methods for social mapping (Mark Zuckerberg, Aaron Sittig, déposé 14 décembre 2006, obtenu 16 août 2007)
A system, method, and computer program for social mapping is provided. Data about a plurality of social network members is received. A first member of the plurality of social network members is allowed to identify a second member of the plurality of social network members with whom the first member wishes to establish a relationship. The data is then sent to the second member about the first member based on the identification. Input from the second member is received in response to the data. The relationship between the first member and the second member is confirmed based on the input in order to map the first member to the second member.
Traduction de l'OMPI sur la mise en relation sociale :
L'invention concerne un système, un procédé et un programme informatique pour une mise en relation sociale. Des données concernant une pluralité de membres d'un réseau social sont reçues. Un premier membre de la pluralité de membres du réseau social est autorisé à identifier un second membre de la pluralité de membres du réseau social avec lequel le premier membre souhaite établir une relation. Les données concernant le premier membre sont ensuite envoyées au second membre sur la base de l'identification. Une entrée provenant du second membre est reçue en réponse aux données. La relation entre le premier membre et le second membre est confirmée sur la base de l'entrée afin de mettre en relation le premier membre avec le second membre.
[Début]

Systems and methods for generating a social timeline (Aaron Sittig, Mark Zuckerberg, déposé 26 décembre 2006, obtenu 13 septembre 2007)
A system, method, and computer program for generating a social timeline is provided. A plurality of data items associated with at least one relationship between users associated with a social network is received, each data item having an associated time. The data items are ordered according to the at least one relationship. A social timeline is generated according to the ordered data items.
Un dépôt qui se base sur un brevet précédent, traduit par l'OMPI comme calendrier social :
La présente invention concerne un système, un procédé et un programme informatique permettant de générer un calendrier social. Une pluralité d'éléments de données associés avec au moins une relation entre des utilisateurs associés à un réseau social sont reçus, chaque élément de donnée possédant un temps associé. Les éléments de données sont ordonnés en fonction d'au moins une relation. Un calendrier social est généré en fonction de ces éléments de données ordonnés.

[Début]

Searching Recent Content Publication Activity (AOL, déposé 10 janvier 2007, obtenu 12 juillet 2007) / Indicating Recent Content Publication Activity By A User (AOL, déposé 10 janvier 2007, obtenu 26 juillet 2007)
Collecting and distributing information related to recent content publication activity of an instant messaging (IM) user provides other users in a network with timely, relevant information about people known to the user or within the same social network. A user participating in a social network can quickly and efficiently perceive new information related to other users (referred to as co-users) in a social network by reviewing the co-users' recent content publication activity. A user may be made able to do so without requiring the co-user to send a communication directly to the user regarding the new facts or new content, and also without requiring the user to actively browse or request information about the co-user.
L'OMPI sur Indicating and Searching Recent Content Publication Activity By A User :
La collecte et la distribution d’informations en rapport avec une activité récente de publication de contenu d’un utilisateur de messagerie instantanée (IM) procure à d’autres utilisateurs d’un réseau des informations pertinentes et opportunes sur des personnes connues de l’utilisateur ou appartenant au même réseau social. Un utilisateur participant à un réseau social peut rapidement et efficacement remarquer des informations nouvelles concernant d’autres utilisateurs (appelés co-utilisateurs) dans un réseau social en examinant l’activité récente de publication de contenu des co-utilisateurs. Il est possible de permettre à un utilisateur de ce faire sans que le co-utilisateur doive communiquer directement avec l’utilisateur à propos des nouveaux faits ou du nouveau contenu et sans que l’utilisateur doive activement parcourir ou demander des informations sur le co-utilisateur.

[Début]

Or ce n’est pas tout. Car Zuckerberg a également déposé des marques, sous lesquelles il protège non seulement les activités inhérentes à l’informatique et Internet, comme par exemple (Numéro de série 78920322, dépôt 29 juin 2006) :
IC 038. US 100 101 104. G & S: Providing online chat rooms and electronic bulletin boards for registered users for transmission of messages concerning collegiate life, general interest, classifieds, virtual community, social networking, photo sharing, and transmission of photographic images
IC 042. US 100 101. G & S: Computer services, namely, hosting online web facilities for others for organizing and conducting online meetings, gatherings, and interactive discussions; and computer services in the nature of customized web pages featuring user-defined information, personal profiles and information
IC 045. US 100 101. G & S: Internet based introduction and social networking services
IC 035. US 100 101 102. G & S: Providing an online directory information service featuring information regarding, and in the nature of, collegiate life, general interest, classifieds, virtual community, social networking, photo sharing, and transmission of photographic images; advertising and information distribution services, namely, providing classified advertising space via the global computer network; promoting the goods and services of others over the Internet; providing on-line computer databases and on-line searchable databases in the field of collegiate life, general interest, classifieds, virtual community, social networking, photosharing, video sharing, and transmission of photographic images
mais également toute une gamme de produits dérivés divers et variés, qui vont de l’habillement (Numéro de série 78962629, dépôt 29 août 2006)
IC 025. US 022 039. G & S: Clothing for men, women and children, namely, shirts, t-shirts, belts, jackets, coats, tops, vests, blouses, jerseys, bottoms, shorts, pants, trousers, boxer shorts, dresses, skirts, neckties, scarves, bandannas, night gowns, night shirts, pajamas, loungewear, socks, sweaters, sweat shirts, sweat pants, cummerbunds, aprons, headwear, hats, caps; sun visors; slippers
aux objets et accessoires (Numéro de série 77125103, dépôt 7 mars 2007)
IC 021. US 002 013 023 029 030 033 040 050. G & S: Beverage glassware; insulating sleeves for beverage cans; insulating sleeves for beverage bottles; portable can coolers; portable bottle coolers; thermally insulated containers for food and beverages; portable plastic coolers; portable metal coolers; coasters not of paper and not being table linen; bottle openers; pitchers; plastic buckets; plastic cups; serving trays not of precious metal; bottle stands; mugs; cups; foam drink holders; storage jars; glass and porcelain giftware, namely, vases, ornaments, plates, cups, jars, and decorative boxes; figurines made from glass, porcelain, ceramics, earthenware, and china
IC 018. US 001 002 003 022 041. G & S: Bags, namely, all purpose sports bags, all purpose carrying bags, bags and hold-alls for sports clothing, tote bags, duffle bags, backpacks, beach bags, belt bags, book bags, carry-all bags, clutch bags, cosmetic bags sold empty, gym bags; leather and imitations of leather; animal skins and hides; trunks for traveling and traveling bags; umbrellas; parasols; walking sticks; pocket books; handbags; wallets; credit card cases; drawstring pouches; attaché cases; briefcase-type portfolios
IC 020. US 002 013 022 025 032 050. G & S: Plastic key rings; plastic novelty license plates; indoor and outdoor furniture; picture frames; wood boxes; pillows; cushions; inflatable plastic signs; plastic boxes; non-electric fans for personal use; mirrors; figurines made of plastic, wood, ivory, fabric, plaster, wax, bone, and cold-cast resin; non-metal clips for bags
plus 2 ou trois autres, certains déposés très récemment (août, septembre 2007), dont le dernier en date : SocialAds !
IC 035. US 100 101 102. G & S: Advertising and information distribution services, namely, providing advertising space via the global computer network; promoting the goods and services of others over the Internet. FIRST USE: 20070920. FIRST USE IN COMMERCE: 20070920
Déposé le 24 septembre, première utilisation commerciale, le 20... [Début]

En conclusion, dans un autre billet, Lorenzen nous dit de l'allié de Facebook que Microsoft a combattu - et continue de combattre - toutes les guerres :

1. La guerre des systèmes d’exploitation
2. La guerre des interfaces graphiques
3. La guerre des tableurs
4. La guerre des traitements de texte
5. La guerre des bases de données
6. La guerre des suites bureautiques
7. La guerre des navigateurs
8. La guerre des serveurs de BdD
9. La guerre des serveurs Web
10. La guerre des portails
11. La guerre de la recherche sur le Web
12. La guerre des régies publicitaires

Auxquelles j'ajouterais les guerres des consoles, des jeux vidéos, de la musique en ligne, de la SOA, la virtualisation, etc. etc., sans oublier ce nouveau théâtre des opérations que représentent les réseaux sociaux et les plateformes sociales : Social Operating Systems, S.O.S.

Oui, Save Our Souls de toutes ces batailles à venir : l'UGC et son appropriation indue (voire sa confiscation...), l'identité numérique, le profilage et le ciblage comportemental, l'hypercompétition, etc. etc.

Et merde ! [Début]


Partager sur Facebook

P.S. Moi qui voulais faire court, pour une fois, c'est encore loupé :-)

, , , , , , , ,

1 commentaire:

jean-yves a dit…

c'est très intelligent de telles patents dès 2003.
et on en est qu'au début..
le sémantique et des sites comme twine et d'autres vont encore poussé le bouchons plus loin en créant des réseaux sociaux à partir de la pertinence des liens entre les métadata sémantiques.
cela deviendra la nouvelle valeur : la puissance du lien.
au lieu de s'escrimer pour une cause perdue telle celle des DRM, les gens du contenus devraient vite inventer un système de droits ala creative common licence pour les metadata sémantique!!