Pages

mercredi 10 octobre 2007

Facebook - Graphing Social Patterns

Facebook - Graphing Social Patterns

Contrairement à ce que j'annonçais dans mon précédent billet, l'actualité m'oblige à intervertir l'ordre des trois billets programmés sur Facebook, ainsi redéfini :

Facebook - I
I. La nouveauté de Facebook : la traçabilité
II. Facebook : ouvrons le graphe social ?

Facebook - II
III. Grapher les modèles sociaux
IV. Graphing social patterns

Facebook - III
V. La valeur de Facebook


* * *

Facebook - II

III. Grapher les modèles sociaux

Tout d'abord, comment traduire "Graphing social patterns" ?

Vous l'aurez compris au vu du titre, ma proposition est : grapher les modèles sociaux, "grapher" étant un néologisme que j'ai employé une première fois dans le "décalogue de Facebook" pour signifier "modéliser le graphe" (un graphe étant en mathématiques la représentation graphique d'une fonction ou l'ensemble des couples d'éléments vérifiant une relation donnée, selon le petit Robert).

Or j'ai tenté d'expliquer qu'il y avait un hiatus entre le concept marketing habilement proposé par Mark Zuckerberg et la conception des scientifiques, pour qui la notion de graphe social, limitée par essence, allait à l'encontre d'un seul graphe social englobant tous les autres (One Graph to rule them all...).

En fait, si je m'en réfère à la bonne vieille théorie du nœud papillon sur la topographie d’Internet, Facebook est évidemment au cœur du réseau, mais ce n'est pas LE réseau.

Ce qu'exprime très clairement ce billet d'Erick Schonfeld sur Techcrunch :
(Facebook) ... is a somewhat closed, proprietary platform. (...) The ultimate technology platform, in contrast, is the Web itself. It is open and ultimately will triumph over all other platforms, including Facebook.
Traduction/adaptation : Facebook est une plateforme propriétaire, pas une plateforme ouverte. En revanche, le Web est LA plateforme technologique ultime, sans aucun doute, ouverte et qui englobe les autres, y compris Facebook... Suivez également les liens du billet, c'est très instructif.

Certains des observateurs les plus assidus du phénomène Facebook n'hésitant pas à faire le parallèle entre Facebook et Microsoft :
Facebook is open to the extent that you will build on their platform, a concept similar to how Microsoft built Windows.
Facebook est ouvert dans la mesure où vous développez pour et sur sa plateforme, de la même façon que Microsoft a conçu Windows. Et Nick O'Neill d'ajouter :
Whether or not they want to, I believe that Facebook will be forced to open up and make the “graph” transportable elsewhere.
Qu'ils le veuillent ou non, je crois que Facebook sera forcé de s'ouvrir pour que le “graphe” puisse être reproductible ailleurs.

Ainsi, dans cette histoire :
C'est très clairement la question de la valeur marchande de Facebook qui occupe le centre des débats, où comment monétiser FaceBook. Les "pour" (= y'a de l'argent à faire, des services et de la publicité à vendre) et les "contre" (= pas de modèle économique, pas d'argent) y trouveront quelques arguments de chapelle. Personnellement et en attendant mieux, j'en reste à mon effet vortex comme première clé de lecture "marchande".
Dixit Olivier Ertzscheid.

Donc je concluais :
pour avoir des lumières, il nous faudra suivre attentivement ce qui se dira à la conférence Graphing Social Patterns qui se tient au cœur de la Silicon Valley ... aujourd'hui et demain !
En effet, vu la qualité et la préparation des intervenants :


comment douter un instant qu'il n'en sortira pas quelque chose d'intéressant !? C'est ce que nous allons voir de suite. [Début]

* * *

IV. Graphing social patterns

Je ne peux pas retracer dans le détail les nombreuses interventions, mais voici trois blogs de référence où vous retrouverez la plupart des transcriptions, sinon toutes :

1. Elegant Hack
2. Geek Daily
3. allfacebook - the unofficial facebook blog

Parmi les présentations disponibles :

Engaging the Social Operating Platform & Eco System for Your Business”, par Rodney Rumford



Citation : 54 Billion Page Views Per Month (Facebook : 54 milliards de pages vue par mois !!!) (j'ose pas comparer avec Adscriptor...)

Big Brands & Facebook: Demographics, Case Studies & Best Practices”, par Charlene Li Vice President & Principal Analyst Forrester



Citation (diapo 16) : Theme Facebook marketing requires communicating, not advertising (le marketing sur Facebook, c'est de la com, pas de la pub) (si quelqu'un peut m'expliquer les subtilités du message, je suis tout-ouïe...)

Quelques-unes des transcriptions : Opening Up the Social Graph, les interventions de Slide et Rockyou (voir également, sur Rockyou...), Danny Sullivan, Dave Morin, Tim O'Reilly (dont l'étude sur la longue traîne de Facebook est analysée par Didier Durand ici et ), App Design: Elements of Style, Platform, Apps, Metrics, etc.

Plus l'intervention de Tim O'Reilly en vidéo :



Vous pouvez également suivre l'actu sur Google ou Techmeme... C'est en anglais, bien sûr, mais personne n'est parfait. :-)

Impossible donc, face à tout ce matériel et vu mon manque de temps chronique, de vous proposer une analyse détaillée, mais tôt ou tard j'aurai l'occasion d'y revenir. Quoi qu'il en soit, force est de constater qu'aujourd'hui Facebook est un élément moteur dans le paysage Web mondial, dont il faut bien tenir compte, qu'on aime ou qu'on n'aime pas. [Début]


Partager sur Facebook

, , , , , ,

4 commentaires:

Philippe Martin a dit…

As usual un excellent billet. Entre toi, Martin Lessard, Olivier Ertzsheid et Didier Durant, c'est fou ce que je découvre sur Facebook.
Bravo et merci :-)

Jean-Marie Le Ray a dit…

Merci Philippe. Tiens, puisqu'on y est, une autre contribution.
Jean-Marie

Chouette a dit…

Merci pour le 1er slideshow que j'avais loupe

Anonyme a dit…

Oui en effet, les données des utilisateurs sont monétisées, mais surtout Facebook offre la possibilité aux marques de se créer leur propre profil et de s'intégrer au réseau, participer aux conversations etc...
C'est la différence entre pub et communication: la publicité correspond à un message précis et unilatéral (pub tv, annonce presse), elle concerne le produit. La communication peut utiliser une infinité de moyens, et concerner aussi bien l'image du produit que celle de l'entreprise, ses valeurs, son action sociale etc...

D'ailleurs il ne dit pas que Facebook, c'est de la communication, mais que ça exige de la communication et pas de la pub, qui serait facilement vécue comme une intrusion malintentionnée. La communication sur Facebook consiste à tisser des relations avec les clients potentiels, à se construire une image positive, par exemple en postant des contenus intéressants et en développant des groupes.