Pages

mardi 28 octobre 2008

Global Network Initiative : Google, Yahoo, Microsoft et les autres... le

Global Network Initiative : Google, Yahoo, Microsoft et les autres...

Voici déjà le communiqué officiel de Yahoo! annonçant l'accord de GYM et de diverses organisations de droits de l'homme pour défendre la liberté d'expression au sein de GNI. Pour la version française, cliquer sur l'image.



Ces organisations englobent Human Rights First, Committee to Protect Journalists (CPJ), Human Rights Watch et Human Rights in China.

Toutefois, avec les multiples formes de censure et de surveillance en Chine et dans d'autres pays, je doute que ces mesures n'impressionnent beaucoup les pays concernés, résolus à poursuivre leur répression contre vents et marées.

Pour GYM & Co. la tâche est immense :

I. Respecter le libre choix des internautes, autant au niveau de l'expression que de la recherche : cf. la censure sur les mots clés décidés par Pékin, Google a d'ailleurs fait un pas dans ce sens le mois dernier en "décensurant" le site de Human Rights Watch, mais il reste du chemin à faire comme le savent celles et ceux qui ont déjà installé le plugin Firefox.

J'en avais déjà parlé dans Google et le chant des moissons à propos des photos interdites de la place TienAnMen :

- L'histoire, telle que la voient les occidentaux, des tanks, des tanks et encore des tanks


- L'histoire, telle que la voient les chinois, des cartes postales, des cartes postales et encore des cartes postales


D'ailleurs il est clair que ceux qui semblent passer à travers les mailles de la censure sont contrôlés, les autres arrêtés...

Profitons-en pour rappeler la publication du Guide pratique du blogger et du cyberdissident par Reporters sans frontières, vu qu'il est toujours et plus que jamais d'actualité, et probablement pour longtemps encore, également compte tenu de la croissance exponentielle du nombre d'internautes chinois...


II. Le deuxième grand sujet sensible est bien sûr la nécessité absolue de préserver l'anonymat des blogueurs et internautes menacés d'incarcération, voire de mort, par les "autorités" de tous ces pays, lorsqu'elles s'adressent à Google, Yahoo, Microsoft ou d'autres pour obtenir leur identité. Un point sur lequel RSF avait critiqué très vivement Yahoo, fort justement sommée de s'expliquer devant le Congrès américain l'année dernière :
Au moins quatre cyberdissidents sont derrière les barreaux, car Yahoo a fourni des renseignements sur eux à la police chinoise. Nous aimerions connaître jusqu'où Yahoo a suivi les ordres des autorités de Pékin et combien de personnes sont réellement concernées.
Pour autant, Yahoo n'a pas été la seule société à être mise en accusation...

Souhaitons donc de tout cœur que la Global Network Initiative réussira un jour à préserver la liberté de celles et ceux qui bloguent sous d'autres cieux bien plus cruels que les nôtres en risquant la prison ou la vie.


Partager sur Facebook

, , , , , , , , , ,

Aucun commentaire: