Pages

mardi 2 septembre 2008

Google Chrome : Big Browser est arrivé

Google Chrome : Big Browser est arrivé...

Google Chrome, la communication de Google !
Google Chrome, pourquoi ? et pourquoi maintenant ?
Google Chrome, quelles conséquences ? et pour qui ?

Lien de téléchargement

* * *

C'est l'INFO - l'ACTU - le BUZZ de la rentrée : Google sort, enfin, son propre navigateur, GBrowser, euh, pardon : Google Chrome.

Big Browser est arrivé ! (sur un air d'Henry Salvador...)


« Tout simplement énorme... », nous dit Jean-Baptiste, dont j'espère bien qu'il se fendra d'une analyse technique pour notre plus grand bonheur. Mais maintenant, après l'effet d'annonce, indubitable, tentons une première analyse. Et bien que les angles d'approche soient nombreux, j'en retiendrai 3 :
  1. d'abord, la communication de Google !
  2. ensuite, pourquoi Google Chrome, et pourquoi maintenant ?
  3. enfin, quelles conséquences, et pour qui ?
[Début]

* * *

1. Google Chrome, la communication de Google !

Szarah saluait récemment « la maestria de Google en matière de communication », je crois qu'il est difficile aujourd'hui de le nier, et ce n'est certes pas Netvibes qui soutiendra le contraire !

Car enfin annoncer LE navigateur Google, dont il est question depuis des années, en envoyant une "simple" BD par la poste à une seule source (pas n'importe laquelle, bien sûr), en sachant très bien que dès la sortie du premier billet l'info va faire le tour du Web à la vitesse de l'Internet, c'est fort.

Et un 1er septembre qui plus est, histoire de chauffer la rentrée avec 7 mois d'avance (private joke), c'est très fort.

Ensuite feindre la surprise, confirmer officiellement, faire filtrer logo, images et vidéos, puis désactiver les liens, en laissant les internautes de plus de 120 pays (43 langues prises en charge) sur des charbons ardents qui bavent et tirent la langue jusqu'à ce que LE téléchargement soit possible, c'est très très fort.


De là à battre le record de Mozilla, il n'y a qu'un pas, et chez Google ils ne se priveront pas de le faire savoir s'ils y arrivent ! Imaginez juste un instant qu'ils décident de booster l'utilisation de Chrome sur leur page d'accueil...


Je vous dis pas l'assaut sur les serveurs de Google pour télécharger le bidule, mais ça va donner. Tout le monde va vouloir tester, se faire son opinion, quitte à laisser tomber après. Mais en attendant, ça va être la ruée, c'est certain. Pour les impatients, dès 20h (heure locale) Google présentera son navigateur en live. Il est donc probable que le téléchargement sera actif soit en simultané soit de suite après. [Début]

* * *

Google Chrome, pourquoi ? et pourquoi maintenant ?

Comme l'a fort justement relevé Emmanuel Parody, la première page de la BD donne le ton :
un constat limpide, le navigateur web n’est plus un navigateur c’est avant tout la nouvelle interface pour utiliser des applications web. Le navigateur est le nouveau bureau au sein de votre PC. (...) Sur de nombreuses pages la BD de Google explique comment Google Chrome est avant tout conçu pour optimiser les fonctions multitâches, la mémoire de votre PC, la sécurité etc…
Lire également la traduction française du billet pour avoir plus d'éléments, outre l'explication officielle.

Mais il y en a sûrement d'autres, dont celui de tout reprendre à zéro pour construire un outil neuf, en phase avec les exigences du Web aujourd'hui d'une part, et avec nos nouvelles habitudes de navigation de l'autre.



Et pour en faire un système d’exploitation centré sur le Web davantage qu'un navigateur, à partir duquel faire tourner toutes nos applications en ligne, qu'elles soient créées par Google ou par d'autres. Un véritable tableau de bord du Web 2.0. Avec bien sûr en point de mire le prochain milliard d'utilisateurs de Google dans les technologies mobiles, la téléphonie, bien sûr, mais pas seulement…

Alors pourquoi maintenant, me direz-vous ? Certes, l'annonce de Microsoft s'apprêtant à lancer IE8 peut fournir un excellent prétexte, comme le souligne Kara Swisher (Sources said Google has made the move to create and distribute a browser over worry about what new features in IE8 could do to its search business), mais s'il est vrai que le dessinateur travaille au projet de BD depuis au moins 6 mois, cela signifie que la décision de produire un navigateur signé Google était déjà dans les cartons et sûrement pas directement liée aux décisions de Steve Ballmer.

Lire aussi l'analyse de Tristan Nitot. Sans oublier les considérations économiques et publicitaires, c'est clair. [Début]

* * *

Google Chrome, quelles conséquences ? et pour qui ?

Et puisqu'on en parle, il est certain que le lancement de Google Chrome aura d'abord un impact sur Microsoft, dont Internet Explorer ne cesse de perdre des parts de marché sous les coups de boutoir redoublés du partenariat Mozilla - Google. Qui s'avère à la fois une manne financière pour Mozilla et une chance pour Google, qui a ainsi vu les parts de marché d'IE reculer de plus de 20% ces dernières années, passant d'un quasi-monopole à tout juste plus de 72% aujourd'hui.


Même si l'on comprend aisément que +72%, c'est encore beaucoup trop pour Google aujourd'hui, qui se décide donc à lancer la machine de guerre.

Sur les conséquences pour Mozilla, lisez la traduction qu'a faite Tristan Nitot du billet de John Lilly, CEO de Mozilla. À noter cependant que le choix par Google de Webkit, moteur de Safari (Apple), plutôt que celui de Gecko, moteur de Firefox, n'est pas innocent, et pour l'internaute lambda que je suis, si cela sert à limiter les plantages réguliers de Firefox (plusieurs par jour en ce qui me concerne, vu que j'ai toujours des dizaines et des dizaines d'onglets ouverts simultanément), je n'hésiterai pas un instant à laisser Firefox pour Chrome s'il m'assure davantage de stabilité.

Ce qui nous amène au plus important : les conséquences pour l'internaute. Car si tout cela va dans le sens d'un web plus ouvert et portable, comme l'annoncent les promesses, en plus d'une utilisation plus légère et rapide, il est clair que de nombreux utilisateurs adopteront Google Chrome sans trop de remords.

Restera alors à voir l'aspect confidentialité et respect de la vie privée, vu les nombreux canaux d'acquisition des infos dont dispose déjà Google sur nous, ce qui en fait résolument le profileur en série numéro 1 du Web, déjà capable de collecter une masse imposante de données personnelles, auxquelles viendront s'ajouter nos petits secrets de navigation...

Alors, Big Browser est-il vraiment arrivé ? Nous le verrons vite à l'usage ! [Début]


Partager sur Facebook

P.S. Pour les développeurs, Google Chrome s'inscrit dans le cadre du projet Chromium :


, , , , , , , , , , , , ,

6 commentaires:

patrick a dit…

looking forward to Chrome for efficiency's sake... plus Google tends to roll out really well-tested software, so it shouldn't be half bad in any case

Anonyme a dit…

"Restera alors à voir l'aspect confidentialité et respect de la vie privée, "
Il suffit de regarder dans leur déclaration de confidentialité.
Par défaut, chaque fois que vous tapez une url, celle-ci est envoyée à google afin de vous proposez des réponses possibles (comme déjà leur ennuyeuse autocomplétion (autocomplétement ?) de leur moteur de recherche). Ça, et quelques autres trucs destinés à des "statistiques pour améliorer leurs services".
Pour moi, c'est non merci, vive Opera !

Julien a dit…

Mais qui a volé les flux RSS, cette nouvelle version inaugure le revival des feuille XSLT et de l'interprétation des flux RSS façon IE 6. en effet impossible de s'abonner, ni de lire les flux RSS http://www.ifeedgood.com/2008/09/02/google-chrome-ou-comment-google-a-oublie-dintegrer-les-flux-rss/

Félicien Breton a dit…

Je trouve l’adoption de Webkit salutaire : encore un navigateur qui utilisera ce moteur de rendu efficace.
Pour ce qui de l’aspect ‘corporate’ par contre le tableau est sombre. Google et Mozilla sont partenaires. Il y a donc un problème de diversité : Google progresse dans le contrôle des moteurs et des plateformes web.
Google pourra être attaqué pour entrave à la concurrence mais ce sera trop tard (comme ce le fut pour Microsoft avec Windows).
En 2001, Microsoft démantelait l'équipe de développement d'Internet Explorer. Il n'y avait plus de navigateur alternatif. Si aujourd'hui nous avons le choix, c'est grâce à l'intelligence de plusieurs projets, dont ceux des fondations Mozilla et Gnome.

Maintenant c'est Google qui risque de dominer les prochaines technologies du web. On peut contribuer à maintenir la diversité en poussant les internautes à utiliser Firefox.

JB Boisseau a dit…

L'analyse technique demandée est en ligne, Jean-Marie :
http://blog.eutech-ssii.com/2008/09/04/sous-le-capot-de-google-chrome/

Jean-Marie Le Ray a dit…

Jean-Baptiste,

Mettons un lien actif pour aller plus vite :-)

J-M