Pages

lundi 22 septembre 2008

State of the Blogosphere 2008

État de la blogosphère 2008

Suite : Pourquoi je blogue ?
France : premier rang mondial en nombre de blogs par internaute
cf. The How of Blogging (Technorati)


* * *

Plus d'un an après les dernières statistiques de Technorati, voici les nouvelles sur l'état de la blogosphère en 2008 :


+37 millions de blogs tracés en mai 2006
+70 millions de blogs tracés en mars 2007
+133 millions de blogs tracés en septembre 2008

Soit une croissance de près de 400% en 28 mois !

De plus, cette nouvelle mouture propose une répartition plus fine des blogueurs, par genre, par situation personnelle ou professionnelle, par blogs avec ou sans pub, etc., et par zone géographique :



Les stats sont détaillées sur plusieurs pages, et l'intégralité de l'analyse commence ici. On y apprend même ce qu'est le blogging, ce qu'est un blog et qui sont les blogueurs. Vaste programme !

Car comme le dit si joliment l'ami Xavier : ouvrir un blog c’est facile. C’est ensuite que cela se complique…

Cela étant, ce tableau est très intéressant :


Où l'on voit que près de 60% des blogueurs bloguent depuis plus de deux ans, avec une durée moyenne de trois ans dans la tenue de leur blog.

Or si l'on pose une valeur totalement arbitraire de 100 millions de blogueurs (sur 133 millions de blogs, puisque certains en tiennent plusieurs), cela donnerait quand même une soixantaine de millions de blogueurs actifs depuis ce temps dans les nombreuses blogosphères, tant linguistiques que sectorielles.

Donc, décidément, le blogging n'est pas - n'est plus, n'a jamais été (rayer la mention inutile) - un phénomène de mode, mais une réalité dont il faudra bien tenir compte, chère Mme Giazzi !



Partager sur Facebook

, , , , , , , , , ,

1 commentaire:

Julien a dit…

Ce qui est intéressant, c'est que la croissance continue, au contraire de certaines prédictions d'un ralentissement.

Bien sur nous savons que les blogs lancés sur l'instant et abandonnés sont nombreux.

Mais le désir de publier ne risque pas de s'éteindre, lui.

Et on voit une professionnalisation croissante, en tout les cas aux USA. Cela ne veut pas dire nécessairement faire de l'argent, mais des bloggeurs qui ont un plan, une stratégie pour durer et se faire lire, et qui se comporte comme leur propre rédacteur en chef, finalement.

Il y a chez certains bloggueurs plus de maturités stratégique que chez les nombreux médias classiques passés au web sans trop le vouloir.