Pages

samedi 27 septembre 2008

Internet demain, par Vinton Cerf

Internet, essentiellement, c'est une histoire de connexions entre les ordinateurs et les gens. Le Web a ouvert la porte à de gigantesques opportunités et motivations pour injecter du contenu dans Internet, et les moteurs de recherche, comme Google, ont fourni aux gens le moyen de trouver les contenus en adéquation avec leurs intérêts. Naturellement, Internet continue de se développer, avec l'évolution constante des nouveaux dispositifs de connexion et des nouvelles façons d'accéder au réseau.

Lors de la prochaine décennie, environ 70% de la population mondiale disposera d'accès fixes ou mobiles avec des débits de plus en plus rapides, jusqu'à plusieurs Go par seconde. Nous pouvons donc vraisemblablement nous attendre à ce que les appareils mobiles deviennent l'une des composantes majeures d'Internet, de même que les
appliances (solutions packagées associant matériel et logiciel et optimisées pour assurer une fonction particulière) et les senseurs/capteurs de toutes sortes. Beaucoup de dispositifs sur Internet, qu'ils soient fixes ou mobiles, sauront ce qu'ils sont et où ils sont, en termes logiques et géographiques. Lorsque vous pénétrerez dans votre chambre d'hôtel, votre mobile vous dira votre emplacement précis, y compris votre numéro de chambre. Puis lorsque vous y brancherez votre ordinateur portable, il prendra et apprendra les informations soit de votre mobile soit de votre chambre. Une fois activés, ce sera chose normale pour les différents dispositifs de découvrir quels sont les autres dispositifs connectés dans le voisinage, de sorte que votre mobile découvrira qu'il peut se connecter à un écran haute résolution, disponible dans ce qu'on appelait autrefois un poste de télévision. Si vous le souhaitez, votre mobile vous rappellera les endroits où vous avez été et suivra à la trace tous vos objets RFIDés tels que votre porte-documents, les clés de votre voiture ou vos lunettes. « Où sont mes lunettes ? », demanderez-vous à votre téléphone ou votre ordinateur. « La dernière zone de couverture RFID où elles ont été détectées est le salon », vous répondront-ils.

Internet transformera également le média vidéo. Si aujourd'hui l'offre est largement programmée, planifiée et consultable en streaming, demain la vidéo deviendra un média interactif pour lequel le choix du contenu et de la publicité sera sous le contrôle des consommateurs. Le positionnement des produits permettra à ceux qui les verront de cliquer sur les articles qui les intéressent dans le champ de visualisation pour en savoir davantage, y compris les informations commerciales, mais pas seulement. Les liens hypertextes associeront les scènes de course de Star Wars I avec la course de chars dans Ben-Hur. Les possibilités conventionnelles de la vidéoconférence seront augmentées par des robots commandés à distance pour qu'ils puissent se déplacer et faire pointer la caméra ou le micro dans la direction voulue, voire pour qu'ils interagissent directement avec l'environnement local sous contrôle de l'utilisateur.

En outre Internet sera étroitement intégré à d'autres portions de notre vie quotidienne, et évoluera en conséquence. Les réseaux électriques, par exemple, deviendront une partie intégrante de l'univers informationnel d'Internet. Nous serons en mesure de suivre et de gérer notre demande en énergie électrique, et nos automobiles participeront autant à la production qu'à la consommation d'électricité. Car en étant capable d'échanger via Internet les informations sur la consommation et la production d'énergie par tous nos dispositifs et systèmes, nous serons en mesure de les rendre plus efficaces.

Votre machine à laver sera programmable via Internet par des services Web qui permettront de la configurer et de démarrer vos programmes de lavage. Les résultats expérimentaux et les mesures scientifiques pourront automatiquement être blogués et mis en commun dans des archives de données pour faciliter leur distribution, leur échange et leur reproductibilité. On peut même imaginer que des instruments scientifiques pourront générer leurs propres données et les publier automatiquement sur un blog.

Ce ne sont là que quelques exemples de la façon dont nous nous immergerons dans Internet et dont nous l'utiliserons à l'avenir. La flexibilité qui caractérise Internet, nous l'avons vu, est la conséquence d'un constat simple : Internet est essentiellement un artefact logiciel. Or comme nous l'avons appris ces dernières décennies, le logiciel est une frontière sans fin : il n'y a aucune limite à ce qui peut être programmé. Si nous pouvons imaginer quelque chose, il y a de bonnes chances pour que nous puissions aussi le programmer. L'Internet du futur sera donc un amalgame de logiciels, d'informations, de données archivées, de dispositifs, d'appareils et de personnes qui interagiront les uns avec les autres via ce réseau, ce tissu extrêmement riche.

Et Google sera là, pour contribuer à donner du sens à tout cela, et à organiser tout cela afin de le rendre accessible et utile.


Partager sur Facebook

, , , , , ,

11 commentaires:

Anonyme a dit…

"Votre machine à laver sera programmable via Internet"
mais qui qui mettra le linge dans la machine à laver ? la marmotte ? :)

Jean-Marie Le Ray a dit…

"qui qui mettra le linge dans la machine à laver ?"

C'est pas tellement le problème :-)

J-M

Anonyme a dit…

Pas besoin de ligne puisqu'il n'y aura plus besoin de sortir de chez soi.

Jean-Marie Le Ray a dit…

de ligne ou de linge ;)

J-M

Aurélien a dit…

Bonjour et merci pour cette traduction.

Une chose m'a interpellé dans ces propos. D'après sa dernière phrase, Vincent Cerf ne semble pas concevoir l'avoir de l'internet sans Google.

Voici une phrase placée en fin d'article qui me semble importante et qui risque de ne pas faire plaisir aux nombreux détracteurs de l'ogre américain :)

Jean-Marie Le Ray a dit…

Aurélien,

D'un autre côté, c'est un peu normal : il travaille pour Google, et le billet est écrit dans le cadre du 10ème anniversaire de Google.
Donc il eut été difficile que Cerf fasse son billet sans parler de Google :-)
D'ailleurs, en parlant de dernière phrase, ça me fait penser à celle que je mentionne dans mon avant-dernier billet. Elle n'est pas de Google, mais de Yahoo!, par la voix de Sue Decker, à propos du partenariat Google-Yahoo! : « Ultimately, that’s the only way we can provide value for Yahoo!’s stockholders »...

Une autre dernière phrase étonnante !

Jean-Marie

Pierre a dit…

Vinton Cerf n'apporte pas de véritable valeur ajoutée par rapport aux prospectives de Tim Berners-Lee. De simples quidams comme moi peuvent imaginer ce qu'il écrit. Son seul intérêt est de signifier que son entreprise sera sur les rangs ; ce qui n'est pas un scoop non plus !
;-)

Jean-Marie Le Ray a dit…

Pierre,

Que celui qui a développé le protocole TCP/IP en 1974, qui servit ensuite de base au lancement d'Internet, exprime sa vision sur l'avenir du réseau, ce n'est pas pareil que lorsqu'un simple quidam comme toi peut l'imaginer et l'écrire.
Quand bien même tu tiendrais des propos identiques au mot pour mot.

Jean-Marie

LebossTom a dit…

"D'un autre côté, c'est un peu normal : il travaille pour Google"

c'est une info qui mérite d'être dans le corps du billet ça :).

Jean-Marie Le Ray a dit…

Tom,

D'après toi, il y a encore quelqu'un qui l'ignore ;)

J-M

Natacha QS a dit…

Cet "Internet de demain" (l’Internet des objets, réseaux pervasifs) est inévitable, nous le savons, mais il pose beaucoup de questions, vous ne trouvez pas ?