Pages

mercredi 21 mai 2008

Mobagetown, vous connaissez ?

Mobagetown, vous connaissez ?

Plus de 13 milliards de pages vues par mois !!! Ça vous parle ? Continuons avec les chiffres :

Mobagetown, premier portail de services mobiles au Japon, et probablement au monde, a été lancé en février 2006.

* Novembre 2006 : 2 millions utilisateurs
* Fin 2006 – Début 2007 : 3 millions utilisateurs
* Juin 2007 : +5,5 millions utilisateurs
* Fin 2007 : +7,5 millions utilisateurs
* Mars 2008 : +9,5 millions utilisateurs


Plus de 13 milliards de pages vues par mois, soit plus de 5 000 PV ... à la seconde!!! Énooooooorme, dirait le Chauffeur...

Moi qui me posais récemment la question « Quel contenu Internet pour les mobiles, et quels usages ? », voici donc une première réponse.

Sur la même période, le navigateur Opera Mini pour les mobiles a également connu une croissance exponentielle :

avec plus de 44 millions de téléchargements et d'installations du système sur les mobiles.

Tous les chiffres autour de la téléphonie mobile sont étonnants : Mais ce qui me surprend davantage encore, c'est que la téléphone mobile sert de moins en moins à parler, et de plus en plus à se connecter à Internet ! Essentiellement pour gérer ses courriels, s'informer sur l'actu de dernière minute et ... jouer, filmer, voir des vidéos, écouter de la musique, etc.

Donc en étudiant de plus près le phénomène Mobagetown, la première idée qui s'en dégage est que le Japon, avec un taux de pénétration du mobile supérieur à 80% de la population, anticipe la téléphonie du futur de demain...

Mais de quoi s'agit-il ?

Les concepts clés qui caractérisent Mobagetown sont le gaming sur les mobiles, les avatars et les SNS...

Les deux premiers étant au cœur de l'abonnement et corrélés aux fonctionnalités traditionnelles des réseaux sociaux (SNS : Social Network Sites), à savoir les profils, les amis, les journaux intimes, les photos, les vidéos, les commentaires, les communautés, etc.

D'autres possibilités de produire du contenu éditorial, de publier, de partager des histoires, de la musique, des clips, etc., enrichissent le tout et permettent de fidéliser les utilisateurs et d'agrandir les communautés, les tribus...

En fait, chez les adolescents, le téléchargement de morceaux sur les mobiles est devenu leur première méthode d'achat. Ainsi, sur le site de Mobagetown, les utilisateurs ont le choix entre plus de 10 000 articles virtuels, vêtements, accessoires, etc., payables en "moba gold", la devise du site !

En Asie, l'association mobiles + réseaux sociaux est probablement plus importante encore qu'aux États-Unis, où les 10 premiers réseaux sociaux attirent environ 40% de leur trafic depuis les mobiles :

Myspace
Google
Mocospace
Yahoo!
Facebook
Live
Hi5
Wikipedia
Itsmy
eBay

De plus, l'introduction de la RFID et des QR Codes ouvre des perspectives d'utilisation des mobiles gigantesques, y compris pour les micro-paiements et les paiements tout court. En voici un exemple parlant :

QR Code
Mais le binôme mobile + RFID / QR Code fera probablement l'objet d'un billet à part...

Ce n'est pas pour rien que, selon IBM, la téléphonie mobile est le numéro UN du top 4 de la pub pour les années à venir, devant Internet, la télé interactive et les jeux...

Les marketers de tout poil ne s'y trompent pas, puisque le mobile est le média interactif par excellence, ubiquitaire, que les gens portent sur eux partout et presque constamment, ce qui en fait des cibles parfaites en tout temps et tout lieu, pour toutes les occasions. Last but not least, le mobile peut également servir de connecteur avec les autres médias.

Un dernier point, d'importance : au fil des mois tous ces adolescents grandissent et deviennent les adultes de demain, puisqu'en réalité, sur Mobagetown l'utilisateur moyen prend de l'âge : en novembre 2006, 69% des utilisateurs avaient moins de 20 ans, 25% de 20 à 30 et 6% plus de 30, des moyennes d'âge qui représentent maintenant, respectivement, 53%, 34% et 15%.

Donc, face à un tel El Dorado, il est évident que les appétits s'aiguisent, de GYM à Webwag, de Netvibes à Goojet, etc., avec des concentrations et des alliances à tout-va. J'aurai l'occasion d'y revenir. @ +



Partager sur Facebook

, , , , , , , , , , , , ,

5 commentaires:

wullon a dit…

Super article. Ca me fait toujours halluciner de voir des sites spécifiques à certains pays/certaines langues avec un trafic énorme, et quasiment inconnu en dehors.

Blogdimension a dit…

Excellent article et très bien documenté. Le nombre de téléchargements d'un navigateur spécifique aux mobiles est un bon indicateur de la tendance de convergence entre univers mobile X Internet. Nul doute que ce phénomène est une manne pour de nouveaux formats de publicités en ligne pour mobiles (voir AdMob, par exemple).
Bonne continuation,

PS : dans le même style as-tu des stats sur la progression de la blogosphère et des contenus Web 2.0 ?

Cyril a dit…

En effet c'est un phenomene assez enorme, leurs pubs sont partout dans le metro et a la TV... de l'ATL pour un site de jeu sur mobile, il fallait l'inventer!

Pour info, dans la meme veine il faut parler de Mixi, leader des SNS au Japon. La communaute accede via PC bien sur, mais surtout a 80% via mobile...

Thierry BEZIER a dit…

Désolé de faire mon éléphant dans une boutique de porcelaine... mais j'ai envie de dire "c'est bien de s'en rendre compte maintenant", ces chiffres sont intéressants mais loin d'etre impréssionnant, on en retrouve depuis 5 ans des performance de ce genre avec de tels service ou difango etc...
Ta phrase sur le téléphone de "demain" faudrait dire "hier"! les puces RFID au Japon en matiere de paiement est un gros ECHEC! existantes depuis plus de 4 ans, le taux de pénétration est faible si le potentiel énorme existe (puisque présent dans tous les mobiles, ordinateurs, consoles etc...) quant au QR code, pâreil, le résultat est très mitigé!
Le téléphone portable au Japon...n'a jamais été fait pour téléphoner! pour l'équivalent de 30€ tu n'as que 10min de communications, c'est ce qui a forcé des usages tels que le web, et les usages du web sont très très limités par rapport à nos besoin occidentaux (sans parler de la télé sur mobile qui a été aussi un echec)

Ne nous trompons pas, les chiffres sont impréssionnants car il y a du prospect, mais à échelle égale, les résultats sont très disparates, comme pour les paiement en puce RFID qui tente de changer des usages (ce qui au niveau comportementale est plus dur pour un japonais que pour un occidental)
Il ne faut pas faire l'erreur des français qui ont importé l'écran 3D de Sharp, parce qu'il avait le mérite d'exister au Japon et qui a fait un flop...peu retentissant

Jean-Marie Le Ray a dit…

Merci à tous pour vos commentaires.

Je peux difficilement répondre sur les points spécifiques, car je n'ai aucune idée de la situation en Asie.

Cela étant, malgré les bémols justement soulevés par Thierry, j'observe deux choses importantes :

1. l'étude de l'ensemble des business model créés autour de Mobagetown serait probablement très riche d'enseignements pour les autres opérateurs et pour ceux qui souhaitent inventer des services autour de la téléphonie mobile.

2. le succès ou non d'un service lié au mobile dépend surtout des conditions tarifaires. Donc s'il n'y a pas en amont une volonté des opérateurs de mettre en place une politique de forfaits incitatifs, aucune économie induite vraiment significative ne verra le jour.

Jean-Marie